Lou et l’ile aux sirènes

lou et l'ile aux sirenes affiche
Film d’animation japonais de 1h54 sorti le 30 aout 2017.
Cristal du long métrage au Festival du film d’animation d’Annecy 2017
lou et l'ile aux sirenes
Suite au divorce de ses parents, Kai, un collégien solitaire, quitte Tokyo pour le petit village de pêcheurs où est né son père. Pour occuper son temps, il compose de la musique électronique et rejoint un peu à contre coeur le groupe formé par ses deux camarades de lycée, Yûho et Kunio. Il accepte d’aller répéter avec eux sur une île mystérieuse réputée abriter des créatures marines telles que les sirènes. C’est alors que sa vie monotone bascule quand, grâce à sa musique, il rencontre Lou, une sirène qui souhaite devenir amie avec les villageois. Elle se révèle une chanteuse et danseuse hors pair. Le secret ne tarde pas à exploser au grand jour et les habitants du village découvrent avec stupeur son existence lors d’une prestation publique. Alors que les uns veulent tirer profit pécunier de la présence de la sirène, d’autres y voient l’annonce d’une catastrophe à venir, pensant que les sirènes sont mangeuses d’hommes.


Un film poétique et plein de réflexions sur les sentiments tels que l’amour, l’amitié ou la solitude. C’est également une critique du Japon traditionaliste, état insulaire qui a mis longtemps à s’ouvrir au monde extérieur : on peut penser que les étrangers sont représentés par les sirènes, danger menaçant qu’il faut contenir hors du village et poursuivre la vie en autarcie. Pour ce point, c’est une grande réussite.
lou et l'ile aux sirenes
Côté animation, les dessins sont simples et dynamiques, parfois brouillons et mal proportionnés. Cela dessert l’oeuvre, pour les puristes. L’histoire est entrecoupée de morceaux de musique plutot réussis, mais j’avoue que la façon clip vidéo coloré et frolant le psychédélique ne m’a pas trop plu. En effet, c’est au son de la musique que la nageoire de Lou laisse place à deux gambettes qui ne peuvent s’empêcher de danser. C’est là que réside son pouvoir de sirène : elle entraine tout le monde dans une danse endiablée.
C’est dommage pour les ratés car scénaristiquement, le film est très intéressant et plein de créativité. Un mélange réussi du conte de La Petite Sirène et de Ponyo sur la Falaise. Je le recommande malgré tout pour les curieux et les amoureux de la mer. Petit bémol : je le déconseille aux plus jeunes, le papa de Lou étant un requin qui met sa vie en péril pour sauver sa fille, cela donne quelques scènes assez impressionnantes pour de petits yeux.


13 réflexions sur “Lou et l’ile aux sirènes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.