Street Food Asia

Docu-série américaine de 9 épisodes d’environ 30 mn chacun diffusé en 2019 sur Netflix
Genre : documentaire, cuisine
Découvrez la cuisine de rue servie dans neuf villes d’Asie fascinantes, et les histoires des hommes et des femmes qui la préparent.
street food asia
Episode 1 : Bangkok, Thailande. Jay Fai, qui concocte la soupe tom yum (soupe pimentée) comme personne et a décroché une étoile Michelin pour ses succulentes omelettes au crabe, nous livre un pan de sa vie.

Episode 2 : Osaka, Japon. Drôle et passionné, Toyo tient un izakaya (sorte de bar à tapas) à Osaka, la ville épicurienne qui a popularisé plusieurs spécialités comme l’okonomiyaki (crêpe salée) et le takoyaki. (boules de pates à crêpes au poulpe)

Episode 3 : Dehli, Inde. Chaat croustillant (mélange de morceaux de pommes de terre, de pain frit croustillant, de pois chiches, d’épices piquantes avec une sauce aigre de piments et une autre de gingembre séché et de tamarin, de feuilles fraîches de coriandre et de yaourt pour la garniture) ou chole bhature frit (curry de pois chiches), ces mets savourés dans les rues de Delhi sont étroitement liés à des histoires familiales et collectives.
chole bhature
Episode 4 : Yogyakarta, Indonésie. Parmi les spécialités de rue indonésiennes figurent le gudeg (jeunes fruits à coque non mûrs cuits pendant plusieurs heures avec du sucre de palme et du lait de coco ), les nouilles de manioc et le jajan pasar (crêpe sucrée), un plat ancien dont la recette ouvre une fenêtre sur le passé.

Episode 5 : Chiayi, Taïwan. Dessert au tofu, soupe à la tête de poisson, ragoût de chèvre… Les échoppes familiales des rues de Chiayi continuent à faire vivre les traditions culinaires de Taïwan.

Episode 6 : Séoul, Corée du Sud. Le marché de Gwangjang est le lieu idéal pour déguster les classiques de la cuisine coréenne, comme le crabe mariné à la sauce soja ou les nouilles coupées au couteau.
marché de gwangjang
Episode 7 : Hô-Chi-Minh-Ville, Vietna. À Hô Chi Minh-Ville, les escargots et le riz brisé font partie intégrante de la cuisine de rue, qui reflète l’histoire du pays et les traditions familiales.

Episode 8 : Singapour. Putu piring (kue de farine de riz cuit à la vapeur traditionnel) , nouilles wonton, crabe au piment, riz au poulet… Les marchands ambulants vendent les plats préférés des Singapouriens et offrent un aperçu de leur vie.

Episode 9 : Cebu, Philippines . Tirant parti de la biodiversité terrestre et marine, Florencio Escabas prépare une soupe aux anguilles dont les habitants de l’île de Cebu raffolent.


La street food, ou cuisine de rue, n’est pas très répandue en France de nos jours. Mais les marchands ambulants de nourriture sont légions dans d’autres pays, et notamment en Asie. C’est tout un art de mettre en vente des plats, aliments et boissons dans la rue, dans un espace public ambulant ou au moyen d’aménagements extérieurs spécifiques. Cette cuisine au prix abordable peut reposer sur les recettes traditionnelles d’une région, mais la plupart du temps les mets se diffusent au-delà.
J’adore les documentaires culinaires et j’ai donc profité du confinement pour découvrir ceux-ci, proposés par Netflix. J’ai beaucoup aimé son approche différente : ici on ne s’attarde pas sur la conception des plats ou sur la recette. Chaque épisode dresse le portrait d’un ou plusieurs cuisiniers de rue. Il raconte ses aventures, comment il en est arrivé là. Il est filmé dans son quotidien. Cela respire la fraicheur et l’authenticité. Le spectateur a vraiment l’impression de faire partie des chalands du pays en question.
Une série immersive et intime qui met l’eau à la bouche la plupart du temps. Même si j’ai eu plus de mal avec la soupe aux anguilles 😉
hamster


15 réflexions sur “Street Food Asia

  1. c’est très courant en Thaïlande et surtout sur les marchés où les gens viennent manger le soir après le boulot, beaucoup font ça, c’est pas cher et des familles vivent de ce travail, beaucoup moins en Chine, voire presque plus, la politique a beaucoup changé en Chine en l’espace de quelques années, et on ne voit plus les petits vendeurs de baozi et de soupes au coin des rues, le gouvernement est devenu plus sévère avec l’hygiène, ce que je comprend ! biz

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.