All of us are dead

Série coréenne de 12 épisodes d’environ 60 minutes, diffusée en janvier 2022 sur Netflix
Genre et thèmes: drame, épouvante, suspens, école, harcèlement, zombies
A partir de 18 ans
Site officiel: https://www.netflix.com/fr/title/81237994

Dans une petite ville coréenne, le fils du professeur de sciences est sans cesse harcelé par la bande de voyous de l’école. Alors qu’il est acculé sur le toit, il en tombe. Mais contre toute attente, il ne meurt pas, se relève et casse la figure à ses harceleurs avant de s’enfuir.
Quelques jours plus tard, une élève se rend au laboratoire de sciences où elle se fait mordre par un hamster enragé. Découverte par le professeur, celui ci l’attache au radiateur. Alors que toute l’école s’inquiète de sa disparition, la jeune fille semble être contaminée par un virus la zombifiant. Rapidement celui-ci se propage dans l’établissement.

Le drama est une adaptation du webtoon du même nom de Ju Dong Geun.

Encore un drama coréen violent et avec des zombies, me direz vous. Il est certain que Netflix surfe sur l’engouement des adaptations de webtoon (horrifiques ou non) Et personnellement, cela ne me déplait pas. Je trouve qu’en règle générale, c’est un gage de qualité scénaristique.
Et All of us are dead ne déroge pas à la règle. Sous couvert d’horreur, on assiste une nouvelle fois à une critique de notre société vue à travers les yeux d’adolescents. Ceux-ci vivent déjà une période difficile, période où le corps se transforme et cela parfois de façon malaisante (comme cela s’exprime à travers les mutations zombies) Mais ils doivent également faire face à d’autres problèmes comme le harcèlement scolaire allant parfois jusqu’au viol. En effet, deux lycéens sont séquestrés par la bande de gros durs. La fille est déshabillée et le garçon doit filmer. S’en suivent chantages et humiliations.

Autre point de vue, celui des jeunes filles qui deviennent mère. Ce problème est plus difficile en Corée qu’en France car il n’y a aucune aide sociale pour la jeune mère, sans compter le poids du regard des autres. Une lycéenne accouche seule dans les toilettes de l’école et s’enfuit en pleine attaque zombie… Même si ce personnage secondaire pourrait être anecdotique (puisqu’on ne la voit que sur deux épisodes, si mes souvenirs sont bons), il mérite de pointer une réalité qui dérange… Avec une note d’espoir puisque malgré son jeune âge, la fille décide de ne pas abandonner son enfant et de le protéger autant que possible malgré s’être fait mordre.

Mais surtout la série fustige les adultes et leurs comportements vis à vis des adolescents: ils les considèrent encore comme des enfants. Ceci est visible notamment à travers les professeurs qui refusent de croire les accusations de harcèlement révélés apr les jeunes. L’un des enseignants allant même jusqu’à questionner une élève pour lui faire avouer ce qu’elle aurait fait qui justifierait d’être harcelée!

Même sans être méchant, les adultes ne pensent qu’à eux. La mère de Cheong San donne le nom de son fils à son restaurant de poulet, placardant même son visage sur les vitrines. Elle ne comprend pas la honte qu’il peut ressentir, car pour elle c’est une preuve d’amour. Ou encore les politiques qui prennent des décisions sans se soucier réellement du ressenti et des besoins des élèves survivants dans l’école. Ceci est verbalement exprimé à travers On Jo qui, à la fin de la série, lors de son audition par les autorités, dit clairement ne plus avoir confiance dans les adultes qui les ont abandonné à maintes reprises.

Les adolescents doivent s’organiser en une communauté pour se débrouiller par eux mêmes et réussir à survivre grâce à de belles valeurs telles que l’amour (de la famille, l’amour tout court…), l’amitié, le soutien mutuel.

Le webtoon original a été publié en Corée du Sud en 2009. C’est un peu loin de notre situation politicosanitaire actuelle, mais la série fait étrangement écho à nos préoccupations autour du virus, des expériences scientifiques qui peuvent être menées, ainsi que des répercussions politiques. Elle pose les questions suivantes: peut on sauver tout le monde? Faut il sauver la majorité ou bien une minorité? Est-il préférable de sauver la sagesse (les adultes) ou bien l’avenir (les adolescents/enfants)? Chaque adulte répond différement à ces questions, que ce soit l’armée, la député, les policers, les pompiers, le corps enseignant…

Cette série peut sembler plutot classique de part son sujet et son approche, mais personnellement je lui trouve de nombreux points positifs et originaux: tout d’abord, les personnages principaux sont tous interprétés par de jeunes talents à découvrir. (hormi Na Yeon, interprétée par Lee Yoo Mi, déjà vue dans Squid Game) Tous portent bien le film sur leurs épaules et, si on a bien sur nos préférences, ils sont tous talentueux. Mention spéciale à Park Solomon qui est désormais pressenti pour devenir le nouveau fils de Netflix, après Song Kang Elle est également originale par la variété de ses personnages, ainsi que le fait qu’elle n’est pas simpliste dans sa vision du monde. Ce n’est pas les méchants meurent et les bons survivent. Mais aussi car le spectateur sait dès le début d’où vient le virus. Ce qui donne une certaine crédibilité à l’histoire, d’autant plus que le virus évolue.

C’est donc une série que j’ai beaucoup appréciée et que je vous recommande, tout en vous avertissant de quelques scènes violentes (harcèlement, baston, morsures et zombies qui mangent les humains) Pour ma part, j’ai surtout trouvé l’introduction malaisante, entre la musique et les images de zombies filmés de façon drone.

A noter que la fin suppose une suite.

16 commentaires sur “All of us are dead

  1. Bien que je me sois arrêtée au 3eme épisode, faute d’apprécier ce genre que je trouve anxiogène puisque je déteste les flots d’hémoglobine, j’ai lu tes propos avec intérêt. Tu es la deuxième personne dont j’estime les articles et les jugements argumentés à proposer une critique positive de cette série ( l’autre étant Domdom sur culturasia.fr). Elle doit donc être réellement recommandable pour les amateurs de ce genre.
    Qu’entends-tu par l’expression « nouveau fils de Netflix » ? ( Question qui te prouve que j’ai bien lu l’intégralité de ton propos et qui correspond au fait de s’exprimer au lieu de simplement « liker » un « post ».)

    Aimé par 1 personne

    1. haha merci de ton comm et de ton itnéret.
      « fils de Netflix » dans le sens « chouchou » ou « coqueluche ». ce jeune acteur quasi inconnu devrait se voir proposer régulièrement des roles dans des productions netflix et y avoir une belle carrière, tout en étant plébiscité par le public.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.