Goldorak de Dorison, Bajram, Cossu, Sentenac et Guillo

Goldorak ou UFO Robo Grendizer en japonais, est une série animée japonaise conçue, réalisée et produite par Toei Animation en 1975. Elle a été accompagnée d’un manga de Gō Nagai puis de Gosaku Ōta. Goldorak, le robot de l’espace a fait son apparition en France sur Antenne 2 dès la première émission de Récré A2 le 3 juillet 1978, à 18 heures, déjà présentée par Dorothée.
Mais aujourd’hui nous parlerons de la BD sortie en octobre 2021 chez Kana. Avec l’accord de Gō Nagai, cinq auteurs français publient une bande dessinée simplement intitulée Goldorak, qui situe l’action dix ans après la fin de la série originale.

La guerre entre les forces de Véga et Goldorak est un lointain souvenir. Actarus et sa sœur sont repartis sur Euphor tandis qu’Alcor et Vénusia tentent de mener une vie normale. Jusqu’au jour où, issu de la face cachée de la Lune, surgit le plus puissant des golgoths de la division ruine : Hydragon. Face à lui, les armées terriennes sont balayées et les exigences de la dernière division de Véga sidèrent la planète. Sous peine d’annihilation totale, tous les habitants du Japon ont sept jours pour quitter leur pays et laisser les forces de Véga coloniser l’archipel. Face à cet ultimatum, il ne reste qu’un dernier espoir, le plus grand des géants… Goldorak.

L’action se déroule donc dix ans après la fin de la série où Goldorak avait battu le Grand Stratéguerre. J’avoue ne pas avoir revu l’animé depuis mon enfance, mais je me suis vite replongée dans l’histoire avec cette BD. Je n’ai pas été dépaysée et j’ai retrouvé avec plaisir les personnages connus, avec quelques années (et barbe) en plus.

Le scénario est un mélange de nostalgie et d’action subtilement dosé. Le graphisme et le charadesign, bien qu’occidentalisés, me semble fidèlent aussi. Un gros travail a été effectué sur les couleurs et je tiens à le saluer. En effet, l’album entier est en couleur. (On est clairement sur de la BD à l’occidentale) Et certaines vignettes sont dignes d’une scène de cinéma avec ses éclairages qui subliment les personnages/objets et confèrent une atmosphère particulière.

Le sujet principal de l’histoire tourne autour de l’immigration. Le Japon étant un pays insulaire, il a toujours été replié sur lui-même. Cela se traduit par une nouvelle invasion venue de Véga. Actarus commence donc par lutter. C’est ce qu’on attend de lui. Mais il est hanté par la destruction de sa planète et de son peuple, par les guerres qu’il a menées.  Il finit par se résoudre à proposer une entente grâce à l’expérience guerrière de Rigel. La violence est une conséquence de la peur, que ce soit chez l’envahisseur comme chez l’autochtone. Le refus de laisser une place à l’autre crée des situations de malaise, de douleurs et de guerre chez celui qui refuse de partager comme chez celui qui est rejeté.
Se pose également des questions morales : est-ce qu’Actarus a toujours bien agi ? Les antagonistes ont-ils des excuses ? Sont-ils vraiment méchants ? Pourquoi certains d’entre eux sont-ils malheureux ? Elle interroge aussi la violence et le conflit entre le pacifisme d’Actarus et les moyens qu’il emploie : en grandissant, on accepte que la violence ne permet pas de résoudre les problèmes et qu’il faut trouver une alternative… Un beau message de paix qui malheureusement résonne dans l’actualité encore aujourd’hui.

En fin de volume, j’ai apprécié une section coulisses avec la lettre envoyée par l’auteur à Go Nagai. Mais aussi des archives sur la réalisation de cet album : du scénario à la colorisation, en passant par les recherches visuelles, les pages d’essai, le storyboard ou la recherche de couverture. A noter qu’il a fallu cinq ans aux auteurs pour le réaliser.

Un album a découvrir, fait par des fans pour des fans.

12 commentaires sur “Goldorak de Dorison, Bajram, Cossu, Sentenac et Guillo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.