36 grains de riz le grand voyage de Koichi

Koïchi était amoureux de Yunko, Yunko était amoureuse de Koïchi. Mais pour obtenir sa main, il devait accomplir une épreuve qu’aucun de ses prétendants n’avait réussi jusqu’ici : vendre un chargement de riz à travers le pays tout en gardant trente six grains de riz dans sa main droite. Jamais il ne devrait ouvrir le poing. Afin de le surveiller, Tomomi, un renard chafouin, serait son compagnon de voyage.

Un conte initiatique présenté sous forme de carnet de voyage décoré de magnifiques estampes du grand maitre Hokusai ou de dessins à l’encre de chine inspirés du peintre. Les éléments du conte sont réunis et la magie opère. Ce petit ouvrage compact, édité sous la forme d’un carnet aux coins arrondis et fermé par un élastique, est un livre objet particulièrement bien pensé. Une merveille à chaque page, à découvrir absolument.
En fin de volume se trouve une biographie de Hokusai.

Informations supplémentaires : éditions L’Elan Vert – à partir de 9 ans – 14 euros

Jojo’s Bizarre Adventure ~ Golden Wind

Animé de 39 épisodes de 23 minutes chacun diffusé d’octobre 2018 à juillet 2019 et actuellement sur Crunchyroll et ADN en France
Genre et thèmes : action, comédie, aventure, fantastique, thriller, combat, délinquance, mafia.

A partir de 12 ans
Editeurs DVD en Fance : Kazé
Site web officiel : http://jojo-animation.com/
Cet animé est l’adaptation du manga de Araki Hirohiko publié en 1992 dans le Weekly Shonen Jump au Japon ( Tonkam en France)
Golden Wind est la 5e partie de Jojo’s Bizarre Adventure. Mais comme je n’ai pas encore lu cet arc, nous nous intéresserons à la version animée que j’ai vu il y a un an environ (rédiger ces articles me prend énormément de temps!).

Jojo et l’histoire des Joestar
2001, Rome en Italie. Le jeune Giorno Bebino Giovana décide de gravir les échelons de la mafia pour qu’il puisse éradiquer le trafic de drogue et les crimes qui infestent sa ville. Ayant rencontré dans sa jeunesse un vénérable gangster qui faisait tout pour protéger son quartier, il a décidé de suivre ses traces et de protéger à son tour son quartier et les personnes faibles.

Quel lien peut-il bien y avoir entre Giorno et la famille Joestar ?
Giorno Giovanna, 15 ans, est un lycéen étudiant dans un internat de Neapolis, en Italie. Sa mère d’origine japonaise, s’y est installée après s’être mariée à un italien, et son véritable père, qu’il n’a jamais connu, n’est autre que Dio Brando. Il a été conçu avec le corps de Jonathan Joestar
Négligé par sa mère, maltraité par son beau-père et persécuté par les enfants de son âge, Giorno a vécu une enfance difficile. Jusqu’au jour où il rencontre un homme grièvement blessé. Giorno ment à ses poursuivants, lui sauvant la vie. L’homme, membre d’une organisation mafieuse, lui témoigne sa reconnaissance en le protégeant dans l’ombre. Le quotidien du jeune garçon s’améliore alors du jour au lendemain. Quand Giorno le comprend, son rêve est dès lors de devenir « Gangstar » (à la fois un gangster et une superstar).
Giorno possède cependant de très bonnes capacités d’analyse. Il est doté du même sens de la justice que les membres de la famille Joestar. Pour changer les choses à Neapolis, il intègre les rangs de la mafia Passione, sous les ordres de Bruno Buccelati. Pour cela, il va convaincre le Capo de tuer le parrain de la mafia afin d’en finir avec le trafic de drogue qui ronge l’Italie. 
Son Stand*, Gold Experience, permet de créer la vie a partir d’objet inanimé et si l’une de ses créations est attaquée, l’attaque se retourne contre l’assaillant. Au contact d’une personne, il peut dérégler ses réflexes ou la guérir. Il peut également détecter les signes vitaux. Il s’est manifesté inconsciemment pour la première fois lorsque Giorno a protégé son bienfaiteur de ses assaillants, en le recouvrant d’herbe pour le cacher.

*Pour savoir ce qu’est un stand, je vous invite à relire mon paragraphe consacré lors de la présentation des saisons 2 et 3.

Golden Wind est la cinquième partie de la saga Jojo. Différente des autres, notamment par son lieu, elle a un rythme est très soutenu avec de nombreux combats où la bande de Giorno est toujours hors d’haleine, a devoir s’en tirer par des sacrifices physiques souvent sanguinolents.

Coté « mode » des personnages
Araki est parti en voyage en Italie dans les années 80. En fan de mode, ses personnages se sont affinés depuis la saison précédente. Ici, une fois encore, ils se démarquent par un sens de la mode affûté. Ils sont habillés de façon très sophistiquée avec des tenues qu’on ne pourrait voir que sur des podiums (et sans doute pas dans la mafia italienne!) . C’est une incorporation plus poussée des idéaux de beauté avec souvent un coté androgyne.

Jojo et le rock
Comme dans les saisons précédentes, les stands des personnages s’inspirent souvent de titres de chansons. Au hasard, je citerai Gold Experience, le stand de Giorno Giovanna, qui est aussi le titre d’un album de Prince en 1995. Pour son Capo Bruno Buccellati, son stand est Sticky Fingers, capable de créer des fermetures éclairs sur tout ce qu’il touche. Là aussi, c’est le titre d’un album des Rolling Stones, sorti en 1971. Purple Haze est une chanson de Jimi Hendrix, inspiration pour le stand de Pannacotta Fugo, possédant sur les poings des boules remplies de poison mortel et contagieux, capable de faire fondre la chair humaine.

Pour d’autres stands, leurs noms viennent plutot d’un artiste. C’est par exemple le cas de Sex Pistols, le stand de Guido Mista, composé de six petites créatures pouvant modifier la trajectoire des balles que Mista tire avec son pistolet. A savoir que les Sex Pistols fut un grand groupe de punk anglais à la fin des années 70. Ou encore Aerosmith, le stand de Narancia Ghirga qui prend la forme d’un avion capable de tirer avec des mitraillettes ou de lancer des missiles, inspiré du groupe de rock très connu. Aussi Moody Blues est à la fois le nom du stand de Leone Abbachio, capable de rejouer le passé de n’importe quoi ou qui dans un lieu particulier , et d’un groupe de rock britannique. Les trentenaires auront reconnu le nom du groupe Spice Girls attribué au stand de Trish Una, capable de ramollir n’importe quelle matière. Mais aussi Black Sabbath, Soft Machine, Beach Boys, The Clash, Metallica, Green Day…

Mention spéciale à Coco Jumbo, chanson du groupe Mr President, inspiration pour le stand d’une tortue qui se nomme… Mr.President. Le stand consiste en une sorte de salon de poche contenu dans la tortue pouvant permettre à plusieurs personne de se cacher à l’intérieur.

Quant au nom des personnages, ils s’inspirent de la nourriture italienne. Sans doute que Araki a particulièrement aimé les restaurants italiens lors de son voyage ?
Du coté de Pasione, on retrouve Bruno Buccellati, Guido Mista, Narancia Ghira , Panacotta Fugo, Leone Abbacchio, Trish Una, et bien sur Giorno Giovanna. Pour les antagonistes, c’est un peu plus évident : Polpo, Mario Zucchero, Formaggio ,Illuso, Pesci, Prosciutto, Melone. Ghiaccio, Squalo, Tiziano, Carne, Risotto Nero, Cioccolata, Secco, Scolippi, Diavolo, Vinegar, Dopio…

C’est la dernière saison animée que j’ai pu voir. La 6e saison animée vient d’être annoncée ce mois d’avril.

Dans un prochain article, je vous parlerai du spin off autour de Rohan Kishibe (vu dans la saison précédente)

Pour aller plus loin :
Jojo’s bizarre adventure ~ Jojo’s bizarre adventure Stardust Crusaders ~ Jojo’s bizarre adventure Diamond is unbreakable

Bullet Journal Disney par Hachette

Les fans de Disney savent que la maison d’éditions Hachette publie de nombreux romans et autres issus de leurs univers préférés. Il existe également une collection art thérapie avec de magnifiques livres à colorier, mais aussi des agendas, marques pages ou bullet journaux. Dans ce premier article, je vous montrerai ces derniers.

Le Bullet Journal Marie
A la fois journal intime et agenda, ce carnet Disney à personnaliser est l’objet idéal pour garder un souvenir de l’année écoulée. Dedans, on peut s’organiser pour les mois à venir et noter les nouvelles activités, idées, objectifs…
Ce bullet journal est de petite taille (12.8 x 1.8 x 17.8 cm) comme un agenda de collégien classique.
Sa couverture est très girly et renforcée, avec Marie des Aristochats. Le papier à l’intérieur est épais et de bonne qualité.

En préambule, on explique comment utiliser ce carnet, donc quelques bases du bujo. Il s’ouvre par un planning de la semaine. Puis il démarre en janvier avec une to-do list, un planning mensuel, puis les pages semaines. Les cases sont plutot petites, donc on ne peut pas noter ses devoirs à mon avis, mais plutot les rendez vous par exemple. On retrouve des idées de listes et une colonne « notes ». Chaque mois a une couleur et est pré décoré avec des personnages Disney.

Entre chaque mois est proposé une double page bujo : un mood tracker annuel, des résolutions, page lecture et musique, liste d’anniversaire, voyage, shopping, etc A la fin, plusieurs pages de notes et une double page bilan de l’année.

Le concept est basique et sympa. Plutot destiné aux jeunes, il est conseillé à partir de 8 ans. Je pense que c’est vraiment la cible. Ou alors pour les personnes qui débutent en bujo et qui n’ont pas le temps (ou l’envie) de faire des pages décorées/élaborées. Personnellement je trouve qu’on a trop peu de place pour s’exprimer et créer quand on a mes besoins.

Le Bullet Journal Blanche Neige
Un agenda à personnaliser au besoin. Des espaces dédiés aux listes ou tableaux d’inspiration avec les personnages Disney.
Ce bujo est plus grand que le précédent (16.5 x 2 x 22 cm) Il bénéficie également d’une couverture souple et robuste, dans les tons pêche, avec Blanche Neige. Le papier est également épais, avec des points comme dans les bujos classiques. Les tons sont plus doux avec des couleurs pastels.

Ici aussi, il débute par des recommandations et un sommaire. Il propose de créer des listes (anniversaires, fetes, films, challenges sportifs…) puis le bujo « démarre » par des pages vierges. Ensuite une page « janvier » et les pages semaines. Les journées sont pleines, avec un grand cadre à remplir, ainsi que des cadres vierges pour les besoins de chacun.

Ici le concept est plus mature et me convient mieux. Il laisse plus de place à l’expression, même si cela reste encore limité. Il est top pour les fans de Disney pressés ou ayant besoin de guide.

Disponibles sur Amazon ou chez votre libraire préféré.

Les chiens coréens

Dans cet article, je ne vous parlerai pas des races les plus adoptées en Corée, mais bien des chiens originaires du pays. Tous un peu cousins, ils se ressemblent beaucoup.

Le Sapsal
Sans doute le premier chien coréen, cette race remonte au premier siècle avant Jésus Christ. Son nom indique qu’il chasse les esprits. Le Sapsal est reconnu trésor national du pays en 1992. Il n’est cependant pas reconnu officiellement par les grandes fédérations canines. De taille moyenne, il a les poils longs. De nombreuses couleurs de robes existent. C’est un chien de compagnie affectueux et docile, joueur et robuste. Parfois utilisé pour la chasse, il est surtout un excellent gardien.

Le Sapsal a failli disparaître suite à la colonisation japonaise de 1910 à 1945. En effet, les Japonais les abattaient afin de récupérer leur pelage pour fabriquer des tenues aux soldats. De plus, il ne faut pas oublier que la Corée consomme la viande de chien, coutume bien plus répandue à cette époque. Après la guerre, le Sapsal est devenu une race protégée.

Le Jindo
Parfois, on l’appelle le spitz coréen pour sa ressemblance : taille moyenne, souvent blanc mais parfois roux. Il est originaire de l’ile de Jindo d’où il tire son nom. On suppose qu’il est un descendant du Bankar, un chien mongolien. 53e Trésor national de Corée en 1962, il est la seule race coréenne officiellement reconnue par la KKF (Korean Kennel Federation, soit la fédération canine de Corée) puis par la FCI (Fédération Cynophilique Internationale) en 2005. C’est un chien énergique, intelligent, courageux, taillé pour la chasse.

Une légende coréenne parle de Baekgu, une chienne Jindo qui a été vendue par sa maitresse à un marchand. Mais l’animal ne l’entendit pas de cette oreille et sept mois plus tard, elle parcourrut difficilement les 300 kilomètres les séparant pour retrouver sa maitresse. A sa mort, une statue de bronze en son honneur est érigée à l’entrée du village.

Le Nureongi
Ou Spitz jaune coréen. Un peu plus petit qu’un Jindo, il peut être blanc ou roux. Agile et calme, il n’aime pas être seul : il aboie dans ce cas.

Le Pungsan
C’est une autre race parmi les Spitz. Un chien rare qu’on trouve au Nord du pays et un peu en Chine. Il vit dans les montagnes et résiste au froid. Energique, il est employé pour la chasse. Attention, il est agressif envers les inconnus s’il est mal socialisé. Une légende raconte qu’un Pungsan aurait vaincu un tigre de Sibérie.

Le Donggyeongi
Encore un chien de la famille des Spitz. On a retrouvé des figurines d’argile de ce chien datant du VIe siècle, soit l’époque de Silla. Lors de la colonisation, les Japonais ont voulu massacrer cette race pour sa ressemblance avec les Komainu, ces lions gardiens à l’entrée de leurs sanctuaires royaux japonais. Elle n’a jamais été populaire notamment à cause de sa queue courte qu’on pensait porter malheur. Heureusement aujourd’hui, elle est protégée mais de fait, assez rare. Elle est reconnue comme trésor national en 2012. Leur robe peut être noire, blanche, rousse ou légèrement bringée. Intelligent, il n’en est pourtant têtu. Il a besoin d’exercices.

Le Mastiff coréen
Il est également appelé Dosa Dog ou Mee Kyun Dosa. C’est une race très rare apparue début 1900. Elle est issue de divers croisement de chiens européens comme le Mastiff anglais, le Saint Bernard ou le Dogue de Bordeaux, pour ne citer qu’eux. C’est un gros chien à la fourrure ridée et marron. Il n’en est pas moins musclé et robuste. Ce qui contraste avec son caractère doux et patient qui en fait un excellent chien de compagnie.

Le chien de Jeju
Originaire de l’ile de Jeju, c’est un chien en voie de disparition. Une autre victime de la colonisation japonaise et de la consommation de la viande de chien. Il ne restait plus que trois congénères en 1986 ! Grace à un programme de réhabilitation, ce chiffre est monté à 70 en 2010. La même année où le chien de Jeju a été désigné comme patrimoine national de Corée, permettant sa protection. C’est également un bon chien de garde et chasseur.

Ces beaux chiens gagnent à être connus. Espérons que ces programmes permettront leur réhabilitation et qu’ils gagneront le coeur du public en Corée comme ailleurs.

Le sandwich œuf jambon à la coréenne

Voici la recette « secrète » de Café Jiny, un magasin coréen populaire spécialisé dans les sandwiches. De quoi emmener quelque chose de nouveau et de goûteux au bureau.

Ingrédients pour une personne :
1 tomate
Feuilles de laitue
Chou rouge
Cornichons
1 citron
1 œuf
Sel
Moutarde fine et moutarde à l’ancienne
Miel
2 larges tranches de pain de mie

Tour de main :
Laver la tomate et la laitue. Retirer le pédoncule pour avoir des feuilles entières.
Pendant ce temps, cuire l’oeuf dur avec une pincée de sel. (pour pouvoir retirer la coquille plus facilement)
Coupez l’oeuf en rondelles dans le sens de la tranche, ainsi que la tomate (environ 7 mm d’épaisseur) et le chou rouge en lamelles.
Mélanger une cuiller à café de moutarde fine à une cuiller à café de moutarde à l’ancienne, une cuiller à café de cornichons hachés, quelques gouttes de jus de citron selon votre gout. Ajouter un peu de miel. Pour plus de goût, on peut laisser reposer cette sauce une journée au réfrigérateur avant de l’utiliser.
En garnir les tranches de pain de mie.

Composer votre sandwich ainsi :
une tranche de pain de mie à la sauce, une tranche de cheddar, une fine tranche de jambon (ou plus selon la taille), une autre tranche de cheddar, des lamelles d’oeuf dur, trois tranches de tomate, laitue et chou rouge ensemble, terminer par une tranche de pain de mie à la sauce.

Maintenir le sandwich en le pressant et l’enfermant dans un papier alimentaire ou à défaut du film si vous souhaitez le transporter. Deux couches peuvent être nécessaires.

Si vous avez utilisé du papier alimentaire, vous pouvez couper directement le sandwich en deux à l’aide d’un couteau à pain avant de le déguster.
A manger accompagné d’une salade de fruits frais.

Astuce montage :
Il est préférable de commencer par les ingrédients plats et terminer par la laitue afin que le sandwich ne tombe pas.
Bon appétit !

Conseils de lecture aux béliers

Avec un peu de retard, je propose à nos amis bélier quelques pistes lectures pouvant correspondre à leur caractère. Bien sur, les autres peuvent aussi se plonger dans ces aventures !

Depuis quelques jours, les béliers sont à l’honneur. C’est un signe de feu. Feu qu’on retrouve dans le manga Fire Force qui met en avant les aventures de pompiers hors du commun. En l’an 198 du calendrier solaire, le monde fait face au phénomène de combustion humaine (l’humanité peut s’enflammer sans prévenir et se transformer en « torche humaine » ) Les membres des brigades spéciales Fire Force du royaume de Tokyo cherchent à en découvrir les raisons. Parmi eux se trouve Shinra Kusakabe, surnommé « le démon », qui intègre la 8e brigade pour découvrir la vérité sur l’incendie ayant coûté la vie à sa mère et son frère, il y a douze ans.

Les béliers sont donc des personnes dynamiques. Elles sont placées sous l’égide de Mars, le dieu de la guerre, soit le méchant Arès dans Saint Seiya.

Indépendant, le bélier est également connu pour son côté impulsif, fougueux et son esprit contestataire. Soit le portrait craché de l’héroine de la romance de noel Les étoiles brillent plus fort en hiver. Un roman coup de coeur qui se déroule aux Galeries Hartmann. Les Féeries sont le plus gros événement de l’année. Alors quand sept jours avant leur lancement, le nouveau directeur exige que la décoration de Noël soit intégralement refaite, le sang d’Agathe ne fait qu’un tour : personne ne touchera à son travail, et surtout pas cet arriviste arrogant. Mais le grand magasin est désormais sous la responsabilité d’Alexandre, et aussi talentueuse que soit Agathe Murano, c’est avec lui qu’elle devra traiter. Ces deux-là auraient préféré ne jamais se rencontrer, mais puisqu’un père Noël et son chat magique viennent d’être embauchés pour exaucer les souhaits, pourquoi ne pas en profiter pour s’amuser ? Mais aux dépens de l’un comme de l’autre, bien sûr…

Notre bélier a tendance à prendre des décisions au nom de tous et aime diriger. Cet aspect de sa personnalité peut le rendre légèrement irritant, voire tyrannique. Il pourrait s’inspirer de la mésaventure du taureau du Chateau des Animaux pour s’amender. Quelque part dans la France de l’entre-deux guerres, niché au coeur d’une ferme oubliée des hommes, le Château des animaux est dirigé d’un sabot de fer par le président Silvio… Secondé par une milice de chiens, le taureau dictateur exploite les autres animaux, tous contraints à des travaux de peine épuisants pour le bien de la communauté… Miss Bengalore, chatte craintive qui ne cherche qu’à protéger ses deux petits, et César, un lapin gigolo, vont s’allier au sage et mystérieux Azélar, un rat à lunettes pour prôner la résistance à l’injustice, la lutte contre les crocs et les griffes par la désobéissance et le rire…

J’ ai l’impression d’avoir donné des signes de caractère plutot négatifs, mais le bélier a également de bons cotés. Qui confirme ?

Hello Viviane de Golo Zhao

Viviane, jeune traductrice chinoise, emménage près de Toulouse, le sourire aux lèvres mais le regard sombre. Lou, son éditrice, et Nicolas, le patron d’une brasserie, n’ont rien en commun si ce n’est l’attirance indicible qu’ils ressentent pour cette jeune Chinoise qui a débarqué dans leur vie avec pour tout bagage la mélancolie d’un amour perdu… Un soir, de passage à Paris, Viviane croit voir son fiancé et perd totalement le sens de la réalité !

Je suis tombée par hasard sur ce manhua (manga chinois) grand format, tout en couleur… à la bibliothèque. Attirée par la couverture fraiche, j’ai eu envie de découvrir cet univers que je connais mal. D’ailleurs, je n’ai jamais lu « La Balade de Yaya » du même auteur, malgré sa popularité. Il faudra que j’y remédie.

Tout d’abord, le graphisme est superbe. Trait rond, doux, avec des couleurs édulcorées. Cela donne un petit coté onirique et adoucit la dureté du scénario qui aborde dépression, mort, tentative de suicide, solitude et autres joyeusetés. L’ambiance est très « bleue » : cette couleur est souvent largement utilisée dans les cases, que ce soit pour le ciel, les lumières nocturnes, Paris sous la neige, Brest sous la pluie, une promenade sur le lac… Cela fait écho au blues de Viviane et à son monde intérieur ressemblant à une jungle exotique.

L’histoire se découpe en deux plans : la vie de Viviane bien sur, mais également des planches de la BD de l’auteur australien John. Celle-ci raconte l’histoire d’amour d’un berger dont l’aventure merveilleuse commence avec la rencontre d’une extra-terreste sur le chemin du pâturage. Celle-ci fait écho aux sentiments de Viviane. D’ailleurs, dès le chapitre 1, John dit « L’existence des trous noirs fait penser aux actes humains ». Je n’ai compris cette phrase et le parallèle entre les deux personnages qu’à la fin du volume.
Un conte moderne rudement bien écrit, d’autant plus séducteur qu’il se passe dans notre pays (et ce même si l’auteur a innocemment placé une exploitation vignoble près de Brest). Un monde à la fois dur et doux, au tempo lent, mélancolie oblige, mais bien mesuré, plein de philosophie et de questionnement. Je le réserverais aux ados plus âgés et aux adultes.

Pour lire un extrait reader – Hello Viviane (izneo.com)

Informations supplémentaires : one shot – éditions Pika Graphic – 2016

Un Pigeon à Paris de Lina Foujita

En 2013, Lina Foujita est une trentenaire japonaise célibataire et sans emploi. Complexée par sa situation, elle décide de partir en Europe avec un visa vacances travail durant une année. Alors qu’elle choisit Paris comme destination, son manga est subitement retenu pour une publication. Elle décide malgré tout de poursuivre ces deux rêves et cherche une colocation à Paris. Cela dure un an (soit le premier tome) puis elle rentre au Japon… pour revenir à Paris l’année suivante (second et troisième tome) Cette fois-ci, elle est même bien décidée à apprendre le français pour mieux s’intégrer…

Lina Foujita se sert de son expérience personnelle pour donner vie à ce manga autobiographique et humoristique qui raconte sa nouvelle (sur)vie en tant que mangaka et parisienne. Elle se représente sous les traits d’un pigeon mignon et gourmand. Elle nous parle sans filtre de ses bonnes comme ses mauvaises expériences à Paris, son amour pour le pain, son manque de sens de l’orientation… Le tout dans un manga coloré très drole. C’est frais et amusant. Une saveur particulière pour nous français qui comprendront très facilement ce dont elle parle. Un manga à dévorer pour se détendre et rire !

Informations supplémentaires : série terminée en 3 tomes – éditions Glénat

Stand by Me Love Letter de Riho Masuda

Juste avant les vacances d’été, Hazuki reçoit une surprise de taille, sous la forme d’une lettre d’amour : un camarade de lycée qu’elle ne connaît même pas est tombé sous son charme. Mais la jeune fille n’a pas l’intention de sortir avec un garçon dont elle ignore jusqu’au nom. Malgré tout, touchée par sa sincérité, elle finit par accepter de le fréquenter, d’abord en tant qu’ami…

Peu friande de shojo, j’ai pourtant décidé de lire celui-ci car c’est un one shot (histoire complète en un seul volume) et qu’il était parmi les nouvelles acquisitions de ma bibliothèque, même si sa sortie française date de 2019.
C’est un shojo plutot classique où deux lycéens vivent leur premier amour, découvrent leurs premiers émois et s’étonnent des bouleversements que cela provoque. Un volume frais, attendrissant, avec des dessins tout en rondeur. Il ne me laissera pas un souvenir impérissable mais reste une lecture agréable que les pré-ados devraient aimer.

Lire un extrait Stand by me, Love letter – AKATA (akazoom.fr)

Informations complémentaires : one shot – éditions Akata – à partir de 12 ans – mai 2019

Rainbow Pasta

Fan de licorne, bonjour. Aujourd’hui, recette afin de réaliser des spaghettis ultra kawaii.

Ingrédients :
1 kilo de spaghettis
60 ml de crème fraiche liquide
colorants alimentaires rouge, bleu et jaune

Tour de main :
Cuire 1 kilo de pates comme à votre habitude
Dans six petits récipients, verser 10 ml de crème fraiche, soit un par couleur. Y incorporer du colorant alimentaire comme suit :
Pour des pates violettes : 5 gouttes rouges + 2 bleues
bleu clair : 5 gouttes bleues + 1 jaune
vert : 6 jaunes + 2 bleues
jaune : 8 gouttes jaune
orange : 3 rouges + 6 jaunes
rose : 7 rouges

Mélanger chacune des crèmes
Séparer les pates cuites en 6 parts égales sur lesquelles verser l’un des petits récipients. Mélanger les pates avec son colorant approprié.
Une fois bien imprégnée, servez.


Régalez vous !