Les bonbons japonais, un danger pour la santé?

Alors que je surfais sur Facebook, je suis tombée sur un post de Mr Japanization, un webzine japonais que je lis régulièrement. Celui-ci met en garde ses lecteurs contre la consommation de bonbons japonais, mais aussi contre la société Candysan (sans doute leader dans ce créneau sur le marché français)

Voici un copié/collé de leur post du 5 juillet dernier:
(Je préfère copier/coller afin que vous puissiez lire)
« Candysan, boutique d’export de bonbons japonais d’un gros Youtubeur français, épinglé par Pigeon Gratuit qui surveille les arnaques et abus de travailleurs « gratuits » sur internet.
Voilà un certain temps que le Youtubeur expatrié au Japon fait intervenir des graphistes gratuitement contre de la « visibilité » et des réductions sur des bonbons.
Une exploitation qui passe mal dans la communauté des artistes « gratuits » (véritables paillassons des entreprises contre un peu de visibilité pour les gagnants) alors que Candysan brasse des centaines de milliers d’euros de chiffre d’affaire d’annuel. Exploitation d’autant plus douteuse qu’il y a quelques semaines, le Youtubeur affichait l’achat de sa nouvelle maison au coeur de Tokyo, voiture de luxe et rénovation de pièces dédiées au tournage de vidéos pour 100.000 euros, ce qui indique que les fonds ne manquent pas pour rémunérer des graphistes.
De simple influenceur « Japon » populaire, Candysan s’est transformé en une corporation richissime grâce à l’exportation en masse de bonbons industriels japonais vers la France. Un business florissant mais qui connaît de sérieuses zones d’ombre qui finiront pas éclater en dépit de la distance avec les consommateurs.
En effet, nombre de bonbons japonais contiennent des ingrédients cancérogènes bannis en Europe mais pas au Japon. Pour cause, très en arrière sur le sujet, le Japon se soucie peu de la qualité des ingrédients utilisés dans l’industrie alimentaire moderne et ses produits nouveaux dans l’histoire. Le Japon a par ailleurs l’un des plus haut taux de cancer de l’estomac sans que la cause soit clairement déterminée faute d’étude. On pense également aux perturbateurs endocriniens, très nombreux dans ces produits ultra-colorés et transformés. Ici encore, le Japon rencontre un problème majeur d’infertilité de plus en plus important, lié à la consommation de produits industriels transformés.
Beaucoup de bonbons japonais seraient tout simplement ainsi interdits à la vente en Europe pour protéger les consommateurs et surtout les enfants encore fragiles. Cette problématique n’est évidemment pas spécifique à Candysan qui est juste le plus gros exportateur dans le milieu. Il conviendrait que quelqu’un prenne le temps de se pencher très sérieusement sur ce dossier pour protéger les « fans de goodies japonais » qui font une confiance aveugle dans les influenceurs. Mais comme partout ailleurs, là où l’argent passe, la vérité se tait. Le monde des influenceurs ne fait pas exception, en dépit de l’amour qu’on peut parfois leur porter.
À ce sujet, il y a quelques mois, nous avons décidé de supprimer – pour ces raisons – la boite cadeau « bonbons japonais » sur Tipeee. Pour cause, nous étions également dans l’ignorance de cette réalité jusqu’à l’époque. La douche froide en faisant traduire les étiquettes japonaises pour nous et nos propres enfants. Pas question de faire peser le moindre risque à notre communauté. Votre santé vaut plus que de l’argent.
Édit : plusieurs acheteurs nous rapportent que les bonbons envoyés par Candysan n’ont pas d’étiquette traduite à ce jour, ce qui est une violation des réglementations du commerce. C’est une obligation légale pour l’importation en Europe et la sécurité des consommateurs, d’autant plus avec ce genre de produits sensibles. »

Le post de Mr Japanization a reçu plus de 180 commentaires, dont une poignée de virulents souhaitant soutenir Tev, le Youtuber propriétaire de l’enseigne Candysan. D’ailleurs Mr Japanization conseille de plutot se tourner vers des enseignes alternatives qui produisent en France avec nos réglementations. Ils recommandent « les boutiques spécialisées qui produisent en France. Par exemple, « La Maison du Mochi » dont les mochi artisanaux ne contiennent ni additifs ni conservateurs contrairement aux produits industriels »

Au moment où je rédige ces lignes (donc en avance de la publication), Candysan et son propriétaire n’ont pas réagit.

Sans entrer dans la polémique du travail gratuit (qui est un autre scandale), je tenais à vous présenter mes excuses pour les nombreux articles sur les bonbons et snacks japonais que j’ai pu faire par le passé. Comme beaucoup, j’ai acheté sur Candysan et sur d’autres sites par curiosité et amour du Japon. J’ignorais totalement ces différences de législation et j’ai un peu trop fait confiance aux entreprises dirigées par des francophones. Je ne pensais pas mettre votre santé en jeu en vous incitant à gouter à votre tour. J’espère de tout coeur qu’aucun d’entre vous n’a rencontré de problèmes de type allergies ou autres par ma faute.

De ce fait, j’ai supprimé tous mes articles unboxing et dégustations en lien avec ces boxes. Je suis un peu triste car cela représente une énorme masse de travail passé. Il faudra également que je prenne le temps de retirer les vidéos que j’avais faite à ce sujet.

Chai Tea Latte

Si vous êtes adepte du Chai Tea Latte de Starbucks, voici la recette originale pour vous régaler à la maison.

Ingrédients pour 2 personnes :
40 cl d’eau
2 cuillers à café de tchai (mélange d’épices : cardamome, cannelle, gingembre et clous de girofle)
2 cuillers à café de thé noir
20 cl de lait végétal
1 anis étoilé pour la décoration (facultatif)
1 cuiller à soupe de sucre roux

Tour de main :
Verser dans une casserole 40 cl d’eau et 2 cuillers à café de mélange tchai.
Bouillir pendant une dizaine de minutes
Puis diminuer légèrement le feu .
Y ajouter 2 cuillers à café de thé noir à infuser à feu doux pendant 3 à 4 minutes, tout en mélangeant régulièrement.
Filtrer la préparation.
Ajouter 20 cl de lait végétal et une cuiller à soupe de sucre.
A déguster chaud ou froid !

Variante :
Il est possible de remplacer le sucre roux par du sirop d’érable ou de l’extrait de vanille liquide pour les plus gourmands.

Eau de Fleurs de Sureau

Une recette rafraichissante et bienvenue en cette période de forte chaleur.
Il est possible de sécher les fleurs de sureau pour en préparer tout au long de l’année, le goût sera exactement le même. Assurez-vous simplement qu’il s’agit bien de sureau noir (Sambucus nigra). Le sureau hièble qui n’est pas un arbuste est très toxique.

Recette pour 1 litre de boisson:
Ingrédients :
6 Ombelles de sureau noir
1 litre d’Eau de source
1 Orange
2 c à s de miel bio
1 Poignée de boutons de roses Damas séchées
Quelques feuilles de menthe (facultatif)

Tour de main :
Couper l’agrume en rondelles.
Le verser dans une grande jarre avec le sureau, les boutons de roses et la menthe préalablement lavés
Recouvrer d’eau frémissante
Ajouter le miel
Bien mélanger
Infuser au moins une nuit.
Filtrer ensuite le breuvage au tamis fin
Le verser en carafe avant de le mettre au frais.
A consommer très frais !

Variantes :
Il est possible de réaliser la même recette avec des fleurs de lilas. Ou encore de remplacer l’orange par du citron si vous préférez (ou tout autre agrume)

Règles communes d’utilisation des baguettes chinoises

En Asie, il est courant de manger à l’aide de baguettes. Seule la Corée utilise en plus une cuiller et parfois des couverts occidentaux. Dans chacun de ces pays, utiliser des baguettes nécessite une certaine connaissance de l’étiquette. Certaines règles ne vont pas de soi. Voici un article pour vous aider à y voir plus clair et passer pour quelqu’un de bien éduqué.

Les choses à ne jamais faire:

-Embrocher la nourriture sur les baguettes

-Enfoncer ses baguettes verticalement dans le riz. Cela fait écho à une cérémonie où l’on plante des batons d’encens lors d’un rite funérairee.

-Se passer de la nourriture d’une paire de baguettes à l’autre.  Ceci rappelle également les funérailles où les fragments d’os du défunt sont passés d’une personne à l’autre via paires de baguettes avant de finir dans l’urne funéraire. Si vous voulez donner un morceau de nourriture à quelqu’un, déposez lui dans son bol de riz.

-Tenir ses baguettes dans sa bouche pour libérer ses mains.

-Lécher les baguettes

-Tenir les baguettes dans le poing fermé comme on tiendrait un couteau (ou une arme)

-Taper les baguettes contre un verre, un plat ou la table.

-Pointer quelqu’un ou quelque chose avec ses baguettes

-Faire des mouvements et parler avec ses baguettes en main (comme un italien parle avec ses mains)

-Il est recommandé d’attrapper un plat ou une assiette avec sa main libre et non pas avec celle qui tient les baguettes. Il est interdit de se servir des baguettes comme ustensile pour rapprocher ce plat.

-Chercher dans un plat à l’aide des baguettes

-Hésiter au dessus des plats avec ses baguettes avant de décider quoi prendre

-Attraper de la nourriture parmi les plat partagés en utilisant le côté inverse de vos baguettes. Ceci est impoli car vous tenez ce côté avec vos mains, qui ne sont pas considérées comme étant propres. Utiliser plutôt les baguettes communes.

-S’aider d’un plat ou taper ses baguettes sur la table pour les aligner.

-Utiliser les baguettes pour couper la nourriture en morceaux. Il est toujours plus poli de demander des couverts occidentaux, même au restaurant.

-Et enfin dernier conseil: reposer vos baguettes à plat lorsque vous ne les utilisez pas. Si vous avez des baguettes jetables, les placer sur leur emballage en papier. Prendre soin que vos baguettes ne se croisent jamais et soient toujours posées parallèlement. (Des baguettes croisées sont symbole de mort.)

Prêt à aller au restaurant japonais?

Les crêpes Whaou ! (coup de gueule inside)

Lancée en 1981 dans le Finistère, Whaou ! Est une marque spécialiste du gouter, avec une diversité de recettes : crêpes, pancakes, donuts et madeleines. Mon fils est un grand adepte de leurs crêpes. Il a été ravi de la sélection par la plateforme Sampleo pour les déguster.

Tous les produits Whaou ! Sont élaborés à partir d’ingrédients sélectionnés avec soin et fabriqués en Bretagne pour des recettes simples, authentiques et gourmandes.

Whaou ! Utilise des œufs frais de plein air français et de la farine de blé CRC (culture raisonnée controlée) de Bretagne et Pays de la Loire. Le lait frais des fermes voisines est livré quotidiennement par 8 fournisseurs situés dans le périmètre de l’usine de fabrication. Sans conservateur ni huile de palme.

Il existe 5 variétés : chocolat, chocolat au lait, choco noisette, fraise, cracky.

Mon fils a une nette préférence pour la saveur Cracky : la crêpe au chocolat contient des billes croustillantes.

Connaissez vous ces crêpes ?

Petit coup de gueule :
J’ai reçu ces crêpes pour test de la part de la plateforme Sampleo. J’apprécie grandement de recevoir des produits physiques plutot que des bons d’achat, car c’est toujours compliqué de les trouver en grande surface, surtout quand il s’agit de nouveauté. Mon coup de gueule va à l’encontre de DPD Chronofresh.
J’ai déjà eu des soucis avec le livreur DPD mais j’espérais que cela changerait avec mon déménagement… Hé bien non ! Les ambassadeurs ont reçu leurs produits via chronofresh, c’est à dire un colissimo réfrigéré pour garder les produits alimentaires au frais.
Je devais recevoir le mien le mardi entre 8h et 13h. J’ai donc prévu ma matinée. Le mardi à 11h30, je reçois un mail m’indiquant que le colis est retardé. Je devrais le recevoir le mercredi entre 8h et 13h. Je cale donc ma matinée, encore une fois. Le mercredi, personne ne passe. Aucun mail ni SMS pour prévenir. Le jeudi, pas de colis ni de message. Sur la plateforme de suivi, je ne peux avoir affaire qu’à un robot qui me dit que le colis est retardé… Je reçois enfin le colis le vendredi à 12h15… alors que c’est un carton lambda et ouvert ! Le scotch a été arraché !!! Bravo pour la fraicheur et la ponctualité !!
Parfois je commande des courses surgelées et je n’ai jamais eu ce problème avec d’autres transporteurs. Je suis dégoutée du manque de respect et d’hygiène de DPD.

Banh Mi Express

Le Banh Mi est un sandwich populaire vendu dans les rues vietnamiennes. Après le fameux sandwich aux œufs japonais, voici une nouvelle recette d’en cas (copieux!) pour faire voyager vos papilles.

Ingrédients pour 4 Banh Mi :
2 baguettes de pain
2 carottes
1 concombre
500 g de hauts de cuisses de poulet
40 g de sauce nuoc mam
3 cuillers à café de sucre
30 g de sauce d’huître
50 g de citronnelle hachée
4 gousses d’ail
1/2 citron vert
10 g de piment en flocons
2 cuillères à soupe de mayonnaise
1 cuillère à soupe de sauce sriracha
Coriandre fraîche

Tour de main :

Couper les carottes en batonnets ainsi que le concombre.
Les mariner avec une gousse d’ail hachée, 1 cuiller à café de sucre, 10g de citronnelle hachée, 10 g de sauce huitre et 10 g de sauce nuoc mam.
Réserver.

Mariner le poulet avec les restes d’ail haché, de sucre, de citronnelle, les piments en flocons, de la sauce d’huître, et de la sauce nuoc mam.
Ajouter un filet de citron vert.
Réserver.

Préparation de la mayonnaise :
Mélangez la mayonnaise avec la sauce sriracha.
Ajoutez un peu de jus de citron vert.

Une fois le poulet mariné, le griller dans une poêle à feu moyen, pendant 5 min sur chaque face, jusqu’à obtenir une belle coloration
Le trancher en lamelles
Couper les baguettes en deux pour en faire des demi-baguettes
Les fendre en deux.
Y étaler la mayonnaise préparée comme ci dessus
Garnir ensuite de morceaux de légumes
Ajouter les tranches de poulet
Parsemer de coriandre fraiche avant de refermer.

Buddha Bowl à la japonaise

Le Buddha Bowl est « simplement » une salade composée, améliorée, et surtout avec un visuel impeccablement instagramable. Il regroupe plusieurs saveurs grace à un mélange d’aliments crus et cuits.

Voici la recette de sa version d’inspiration japonaise.

Pour 4 bowls :
Ingrédients pour la garniture :

  • 200 g de riz rond
  • 160 g fèves fraîches ou surgelées
  • 2 échalotes
  • 125 g d’épinards
  • 1 cuiller à soupe de gomasio (condiment japonais composé d’un mélange de sésame grillé et de sel marin)
  • 200 g de tempeh (sorte de tofu)
  • 2 cm de racine de gingembre
  • 1 gousse d’ail
  • 2 cébettes ou oignons verts
  • 50 g de cacahuètes grillées
  • 4 oeufs
  • 6 cuillers à soupe d’huile spéciale cuisson
Tempeh

Ingrédients pour la sauce

  • 4 cuillers à soupe de tamari (sauce soja à l’ancienne)
  • 1 cuiller à soupe de sucre de coco
  • 1 cuiller à café de sauce piment (facultatif)
  • 4 cuiller à soupe de vinaigre de riz
  • 4 cuillers à soupe d’huile de sésame

Tour de main pour la sauce :
Mélanger l’huile de sésame avec tous les autres ingrédients.
Réserver.

Tour de main pour le bowl :
Cuire le riz et le maintenir au chaud.
Blanchir les fèves 2 minutes dans une casserole d’eau bouillante.
Les passer sous l’eau froide et retirer leur peau.
Faire revenir les échalotes ciselées dans 2 cuillères à soupe d’huile spéciale cuisson chaude
Ajouter les épinards.
Les laisser fondre 5 minutes environ
.En fin de cuisson, ajouter le gomasio.
Poivrer.
Réserver.
Couper le tempeh en lamelles épaisses.
Les faire griller dans 1 cuillère à soupe d’huile chaude avec le gingembre râpé et l’ail pressé pendant 5 minutes.
Mélanger avec un peu de sauce.
Réserver.
Émincer les cébettes avec la partie verte.
Hacher les cacahuètes.
Dans chaque bol, verser un peu de riz, quelques fèves, les épinards, le tempeh grillé, les cébettes.
Dans une grande poêle, préparer les œufs au plat.
Sur chaque bol, déposer un oeuf au plat.
Arroser de sauce et parsemer de cacahuètes.
Servir immédiatement.

Comment confectionner un bento japonais complet ? (dessert y compris)

Le bento est la base du repas sur le pouce au Japon. Dans une jolie boite, les mamans japonaises préparent un repas healthy et diversifié, à base de riz et d’accompagnements plus mignons les uns que les autres. Voici quelques règles à suivre pour créer le votre et faire sensation au bureau.
Il ne faut pas oublier que le bento réunit la joie de créer, de cuisiner.. et de manger ! C’est également l’art d’accommoder les restes pour les emporter pour la pause déjeuner du lendemain.

Recette pour deux bentos complets (2 personnes) :

Des onigiris :
On peut tout d’abord confectionner des onigiris. Je vous avais donné leur recette ici.
Sinon il est possible d’utiliser du riz simplement cuit. C’est ce que nous ferons aujourd’hui.

Onigirazu au poulet teriyaki :

Ingrédients :
1 escalope de poulet
du riz déjà cuit
deux poignées d’épinards en salade
1 œuf
1 large feuille d’algue
1 morceau de beurre
1 cuiller à soupe de maizena
1 cuiller à soupe de sucre
du gingembre rapé
du saké (facultatif)
de la sauce soja salée
sel
poivre
graines de sésame (facultatif)

Tour de main :
Saler une escalope de poulet.

Puis l’imbiber d’une cuiller à soupe de saké, une cuiller à soupe de sauce soja et une cuiller à soupe de maizena.
Ajouter le gingembre émincé.
Laisser reposer 30 minutes.

Dans une poêle pas trop chaude, cuire le poulet sans la marinade (on va l’utiliser pour la sauce) qu’on peut remplacer par du saké. Il faut que le poulet soit fondant.

Pour la sauce teriyaki :
On utilise comme fond la marinade récupérée ci dessus.
Rajouter 2 cuillers à soupe de sauce soja salée et 1 cuiller à soupe de sucre.
Mélanger.
Puis chauffer la sauce quelques secondes et y plonger le poulet précédemment cuit.
Bien l’en imbiber.

Des épinards et un œuf au plat :
Pour un peu de vert, préparer des épinards au beurre : dans une poêle, fondre un morceau de beurre, ou à défaut chauffer un peu d’huile.
Une fois chaude, y mettre deux poignées de salade d’épinards.

Saler et poivrer.
Ajouter un peu de sauce soja.
Laisser cuire une minute puis réserver.
Utiliser la même poêle pour réaliser un œuf au plat.

Assemblage :
Dans une large feuille carrée d’algue, étaler une couche de riz.

Le recouvrir d’épinards au beurre.

Ajouter quelques graines de sésame (facultatif)
Ajouter le poulet et enfin l’oeuf au plat.

On termine par une dernière couche de riz.
Refermer l’algue comme un paquet cadeau sur elle même et filmer.

Onigirazu à la saucisse :

Ingrédients :
1 large feuille d’algue
du riz déjà cuit
1 saucisse type knacki ou saucisse chinoise
mayonnaise kyuupi*
moutarde
ketchup
1 oeuf

Tour de main :
Dans une large feuille carrée d’algue, étaler une couche de riz.
Découpez des saucisses (chinoises ou knackis) cuites
Les placer en tronçons sur le riz
Cuire un œuf au plat et le découper en tronçons
Les intercaler entre les morceaux de saucisse.
Assaisonner avec de la moutarde, de la mayonnaise et du ketchup (selon votre gout)
On termine par une dernière couche de riz.
Refermer l’algue comme un paquet cadeau sur elle même et filmer.

Le tamago Sand ou sandwich aux œufs :

Ingrédients :
2 oeufs durs
sel de céleri
poivre
mayonnaise kyuupi*

Tour de main :
Cuire des œufs durs.
Les couper en morceaux fins.
Dans un bol, les saler et les poivrer.
Ajouter de la mayonnaise kyuupi (voir recette ci dessous)*
Mélanger
Retirer la croûte de deux tranches de pain de mie.
Les aplatir à l’aide d’un rouleau à patisserie.
Déposer une couche d’oeufs mayo.
Refermer le sandwich et réserver.

Comment faire de la mayonnaise Kyuupi ?

Ingrédients:
Une demi cuiller à café de sucre
1 jaune d’oeuf
1 cuiller à soupe de jus de citron
1 cuiller à soupe de vinaigre de riz
1 cuiller à café de moutarde
125 ml d’huile (de colza de préférence, mais n’importe quelle huile de cuisson fera l’affaire)
1 pincée de poudre dashi (facultatif, à ajouter uniquement si vous souhaitez ajouter un goût d’umami)
1 pincée de sel

Tour de main :
Si vous souhaitez un goût prononcé d’umami, diluez 5 minutes la poudre dashi dans le vinaigre de riz. (facultatif)
Dans un bol, battre le jaune d’œuf et la moutarde
Tout en continuant de mélanger, ajouter lentement 3 cuillers à soupe d’’huile jusqu’à l’obtention d’une émulsion.
Ajouter le sel, le sucre, le vinaigre de riz et le jus de citron
Terminer en ajoutant en filet fin et continu le reste d’huile tout en battant sans arrêt comme pour une mayonnaise classique.

Kudamodo sand ou sandwich aux fruits

Ingrédients :
2 fraises entières
1/2 kiwi
1 petite mangue
2 tranches de pain de mie.
1 bombe de chantilly

Tour de main :
Laver et équeuter les fraises. Attention à bien les garder entières.

Peler le kiwi et la mangue.
Couper le kiwi dans le sens de la hauteur.
Couper deux tranches de mangue
Recouvrir deux tranches de pain de mie de chantilly.
Puis tout est dans le positionnement des fruits : placer la moitié de kiwi au milieu de la tranche de pain, de chaque coté une fraise entière et à chaque coin restant une tranche de mangue.

Recouvrir de chantilly.
Refermer le pain et mettre sous cellophane.
Réserver au frais minimum 30 minutes.

Finalisation et montage :

Couper en deux les onigirazu d’un mouvement net (sans scier)

Placer chaque moitié dans la boite à bento.

Couper le sandwich aux œufs en quatre pour en faire des triangles.

Couper le sandwich aux fruits en deux.

Placer le sandwich aux œufs à coté des onigirazu.
Décorer selon votre envie avec des feuilles de salade verte, des œufs durs, bâtonnets de carottes, radis et autres petites choses mignonnes.

Bon appétit !

Albal 35 % de ressources recyclées

Albal est une marque de produit d’emballage et de conservation bien connue qui se démarque dernièrement en lançant une nouvelle gamme plus écologique. Au coeur de ses préoccupations : la durabilité, le recyclage et l’environnement, tout en offrant la meilleure expérience fraîcheur avec des astuces au quotidien pour congeler, cuire, cuisiner, conserver et transporter au mieux les aliments.

Une gamme complète de produits pratiques, simples et astucieux fabriqués à partir de 35% de ressources recyclées :
Les produits fraîcheur :
Des couvre-plats pour recouvrir les salades, préparations salées ou sucrées, aux sacs pour fruits et légumes en passant par les films alimentaires et le papier cuisson.
Retrouve tous les produits fraîcheur ici
Les sacs congélation
 :
La meilleure solution pour protéger les aliments contre la formation du givre : des sacs congélation avec une fermeture hermétique, faciles à remplir et faciles à étiqueter. Congeler avec Albal® c’est simple et sûr ! Sac Congélation Ultra-Zip®, Sachets Glace Pilée , Sachets à Glaçons…
Retrouve tous les produits congélation ici
Les produits cuisson
 :
Des classiques de la pâtisserie aux tartes salées ou sucrées les plus élaborées, les papiers cuisson Albal® sont la solution idéale pour tout réussir. Le plat et le four restent propres, il ne reste plus qu’à déguster. Papier Cuisson, Papier Aluminium, Sac Papillote…
Retrouve tous les produits pour la cuisson ici
Conservation et transport
 :
A la maison ou à emporter, les aliments restent frais et savoureux grâce à des emballages qui permettent de conserver fromages, un sandwich ou encore un goûter pour l’école sans risque de fuites. Emballages alimentaires à la cire d’abeille, Sac Zipper®, Sac Sandwich Ultra-Zip®…
Retrouve tous les produits pour la conservation et le transport  ici

Les produits Albal® ne se résument pas qu’à une solution astucieuse pour préserver la fraîcheur des aliments. Ils s’inscrivent aussi dans une démarche de durabilité et de recyclage, au coeur des préoccupations de la marque qui fait évoluer ses produits en permanence pour qu’ils restent utiles sans nuire à l’environnement. Pour parvenir à offrir des produits de qualité dans une approche durable, elle met en place des procédés qui englobent tout le cycle de vie des produits.

Albal® et le principe des quatre R : Redesign – Reduce – Reuse – Recycle.

Ce que l’on pourrait traduire par Repenser la conception, Réduire les déchets et la consommation d’énergie, Recycler et Revaloriser. Mais qu’est-ce que cela signifie concrètement ?

L’objectif d’Albal® est d’utiliser exclusivement des matériaux recyclés ou revalorisés pour fabriquer ses produits et ses emballages d’ici 2025. Pour y parvenir, la marque repense ses chaînes d’approvisionnement, mais aussi une partie de ses produits comme : les films Fraîcheur, les sacs Zipper®, les sacs à glaçons, les sacs congélation Ultra-Zip®, les sacs congélation à liens qui sont désormais fabriqués à partir de 35% de ressources recyclées.

Mais aussi de réduire la consommation en ressources au niveau des chaînes d’approvisionnement et des modes de production en maintenant une qualité produit constante. Aujourd’hui, une grande majorité des produits Albal® est conçue à partir de ressources recyclées et/ou pour être réutilisées plusieurs fois. L’objectif d’ici à 2025 est de garantir aux consommateurs des produits irréprochables sur l’ensemble des gammes. La marque souhaite désormais utiliser des matières premières recyclées ou recyclables pour les produits mais aussi pour leurs packagings !

Focus sur le Film Fraîcheur fabriqué à partir de 35% de ressources recyclées.
Il est extra-large et permet de recouvrir en un seul geste tous les types de plats même de grande taille tels que les saladiers ou les casseroles pour mieux préserver les aliments ou les restes de repas. Disponible en trois tailles, on trouve des rouleaux de 20, 30 ou 50 mètres.
La triple épaisseur permet une meilleure résistance aux bords des plats, faisant ainsi gagner un temps précieux au moment d’emballer les restes ou bien de préparer un déjeuner à emporter. L’épaisseur du Film Fraîcheur évite le transfert des odeurs dans le réfrigérateur tout en conservant le moelleux et la fraîcheur des aliments.
Son étui est aussi efficace qu’un dévidoir et regorge de particularités uniques : une forme arrondie et ergonomique pour une meilleure prise en main, une scie incurvée qui assure la découpe facile et en un seul geste, des languettes latérales pour maintenir le rouleau dans sa boîte et un système d’amorce pratique qui permet de toujours retrouver l’entame.

Etes vous séduites par ces nouveautés ?

#FilmAlbal @Albal_France.

Riz & haricots verts à l’asiatique

Voici une recette simple pour faire manger des haricots verts (frais de préférence) à tous les réfractaires.

Ingrédients:
Des haricots verts (frais si possible)
Du riz
Des saucisses chinoises (en vente les boutiques asiatiques spécialisées).
Sauce « Arôme Saveur » de Maggi ou à défaut, de la sauce soja.

Tour de main:
Équeuter les haricots verts
Les cuire dans de l’eau bouillante, jusqu’à ce qu’ils se ramollissent.
Les égoutter.
Cuire le riz
Couper les saucisses chinoises dans la longueur, puis en petits tronçons.
Les cuire dans une poêle.
Puis les égoutter sur du papier absorbant pour retirer l’excédent de gras.
Faire revenir les haricots verts dans la poêle ayant servi à faire cuire les saucisses chinoises, jusqu’à ce qu’ils dorent.
Assembler le riz, les haricots verts et les saucisses.
Utilisez de la sauce « Arôme Saveur » de Maggi pour assaisonner le plat ou à défaut, de la sauce soja.

Variante:
A défaut de saucisses chinoises : des dés de jambon, des lardons ou du poulet effiloché.

Bon appétit !