Le cerf volant de Toshiro de Ghislaine Roman

Par une belle journée de printemps, Toshiro et son grand-père fabriquent un cerf-volant. Ils le lancent dans le ciel, mais le vieil homme ne peut pas le voir car son corps fatigué l’empêche de lever la tête. Toshiro a l’idée de l’installer sur un banc devant une flaque d’eau qui forme un miroir.

Cet album est un très beau livre cartonné. Le texte est abondant, écrit au passé. Il sera donc préférable de partager cette lecture plutot que laisser l’enfant seul avec son album. L’objet livre est magnifique, avec des illustrations façon aquarelles japonaises.
Toshiro ne parle pas. On ne sait pas pourquoi. Sans doute un traumatisme. Il vit avec son grand-père, bien usé par le temps. Autour d’une activité simple et amusante, le cerf volant, ces deux personnages vont se rapprocher, se comprendre et prendre soin l’un de l’autre, en douceur et en silence.
A la façon d’un conte, leurs liens se tissent au fil des saisons, joliment illustrées par Stéphane Nicolet. De la douceur, des émotions, de la bienveillance… un album à partager sans modération avec nos jeunes lecteurs, dès trois ans.

Informations supplémentaires : Editions Nathan – 32 pages couleur – 11,50 euros

Journal de lecture ~Décembre 2021

Avec un peu de retard, je viens vous parler de mes lectures réalisées le mois dernier. Elles ont toutes eu lieu dans le cadre du Cold Winter Challenge.

Casse Noisettes de Pascale Maret et Alexandra Huard
C’est Noël et Drosselmeyer, le parrain de Clara, lui offre une poupée en forme de casse-noisette. Tout le monde se moque de sa vilaine tête, mais Clara l’aime beaucoup et s’endort en le serrant dans ses bras. Commence alors un rêve merveilleux…
Cet album s’inspire du ballet Casse Noisette, entré au répertoire de l’Opéra national de Paris en 1985. Livret d’après le conte d’ETA Hoffmann, adapté par Alexandre Dumas. Chorégraphie de Rudolph Noureev, d’après Marius Petipa et Lev Ivanov.
Cet album retrace la féerie du grand classique Casse Noisette, faisant la part belle au ballet. Les textes sont courts et abordables (dès 5 ans) De belles illustrations aux couleurs chatoyantes. Clara évolue dans un monde onirique peuplé de danseurs exotiques, au bras de son Casse Noisette devenu Prince charmant. De quoi laisser s’exprimer l’imagination des petites princesses et des danseuses en herbe.

Lettres du Père Noël de JRR Tolkien
JRR Tolkien est très connu pour ses sagas fantasy. Avec son imagination débordante, l’auteur a envoyé des lettres à ses enfants, signées du Père Noël, pendant de nombreuses années. Ce recueil les traduit et les compile, avec des reproductions des illustrations jointes.
J’avais déjà lu ce livre il y a de nombreuses années en arrière et je n’avais pas accroché. J’ai profité du challenge pour m’y replonger avec des yeux plus matures. La période étant propice à l’enchantement, j’ai bien aimé le personnage de l’ours polaire. Facétieux, il fait le sel de ce livre original mais un peu redondant.

Le cerf volant de Toshiro de Ghislaine Roman et Stephane Nicolet
Par une belle journée de printemps, Toshiro et son grand-père fabriquent un cerf-volant. Ils le lancent dans le ciel, mais le vieil homme ne peut pas le voir car son corps fatigué l’empêche de lever la tête. Toshiro a l’idée de l’installer sur un banc devant une flaque d’eau qui forme un miroir.
Cet album tout en douceur retrace les aventures et les liens forts entre un petit garçon muet et son grand-père autour du vol d’un cerf volant. Poétique et richement illustré à la japonaise, c’est un moment de partage et de bien être plein d’émotions.

Paroles de fées : l’art des formules magiques de Aline de Pétigny
Les formules magiques existent vraiment ! N’hésitez pas à les redécouvrir, à les utiliser, à en comprendre la magie.
A la façon d’un dialogue, l’auteur éveille notre conscience aux formules magiques qui adoucissent la vie. Que ce soit la notre ou celle des autres. De je t’aime, à merci, en passant par j’ai tout ce qu’il me faut et plus encore. Un petit livre illustré pour apprendre le pouvoir des mots, quelque soit votre age.

Le petit carnet bleu de Noélie Bourgeois
Nombre d’entre vous on du voir passer mon article sur ce petit livre autobiographique à découvrir en cette période de pandémie. Pour les retardataires, on clique ici !

Contes modernes de Noël de Mouna Bouslouk
Quel est le point commun entre Caroline qui vient de s’inscrire sur TenderLove, Danièle qui a viré son mari, Pierre qui cherche de la compagnie, Ahmed qui se bat contre PharmaXena, Simon qu’on a abandonné deux fois, Marie qui veut caser son fils et Alexandre qui veut rendre les gens heureux ?
Tous sont un jour passés dans le bar à vins de Quentin qu’Alice est en train de rendre fou. Tous, sauf Emilie.
Un recueil d’histoires courtes présentées façon récit d’amour ou d’amitié se passant à noel dans un bar à vin parisien. Chaque chapitre est écrit à la première personne et présente le point de vue introspectif de l’un des personnages. Les destins se croisent, s’entremêlent, avec toujours un happy end. C’est léger, cosy… Une façon moderne de revisiter les romances de noel, qui devrait plaire même aux plus réfractaires. Je recommande vivement!

Et vous, avez vous fait des lectures de noël ?

Il était une fois de Kei Ishiyama

Les contes de Grimm sont intemporels et ont inspirés de nombreux artistes. Les éditions Nobi Nobi proposent ici un magnifique recueil réunissant une sélection de contes réinterprétés façon manga, mais aussi l’intégralité des textes originaux en miroir.

L’objet livre est magnifique : le format est celui d’un manga classique mais la couverture, quoi que souple, est celle d’un ouvrage plus classique (hors manga, pas de jaquette à rabats) On retrouve des dorures sur le titre en couverture et sur le dos, ainsi qu’un vernis sélectif sur les illustrations (en couverture et en quatrième de couverture) Un signet en tissu bleu permet de marquer la page. En fin de volume se trouve une galerie de croquis, et surtout de magnifiques illustrations couleurs au début. C’est un gros volume de 368 pages.

Les contes sélectionnés ne sont pas forcément les plu connus, pour notre plus grand bonheur : le petit chaperon rouge, Raiponce, Hansel et Gretel, les douze chasseurs, les deux frères, Blanche Neige, le chat botté, le prince grenouille, et la fauvette qui chante et qui sautille.

Chaque version manga est une libre interprétation (par exemple, Raiponce est un garçon ou le prince grenouille une fille) mais l’histoire reste fidèle au conte originel. La morale reste la même et la sauce manga prend rapidement. Le charadesign est très plaisant, les décors et les costumes réussis. Les fans de manga comme les autres apprécieront.

A noter que ce recueil est la réédition luxueuse de deux tomes distincts sortis précédemment sous un format manga classique.

Informations supplémentaires : Editions Nobi Nobi – à partir de 11 ans – 11,50 euros

Jingle Bell Book Tag

Veille de Noel, je vous propose un tag livresque vu récemment sur le blog de Light & Smell. Toutes les questions de ce TAG sont inspirées d’un film ou d’une chanson de Noël.

All I Want For Christmas Is You… : quel livre aimerais-tu trouver sous le sapin ?
J’aimerais beaucoup trouver la version d’Alice aux pays des Merveilles de Benjamin Lacombe.
J’ai beaucoup d’autres envies aussi, mais je ne pense pas trouver de livres sous le sapin cette année. (Malgré que ça serait une bonne idée, vu comment les médiathèques sont devenues un club select)

Simply Having A Wonderful Christmas Time… : ta meilleure lecture de l’année. Je n’ai pas encore commencé à réfléchir aux rétrospectives annuelles que je fais toujours sur les blogs en janvier. Mais je pense que la dernière lecture qui m’a le plus marquée est « Mexican Gothic » lue lors du Pumpkin Autumn Challenge.

It’s Beginning to look a lot like Christmas… : quelle couverture de livre te semble la plus festive ?
Je lis peu de romances de noel et c’est vrai que leurs couvertures se ressemblent toutes. Je vais malgré tout parler de « Contes Modernes de Noel » que j’ai lu et apprécié récemment.

Elf : quel livre réveille ton enfant intérieur ?
Sans être très originale, je dirais la saga des Harry Potter.
Mais j’aime aussi beaucoup lire des albums jeunesse.

The Grinch : ton méchant préféré ?
J’allais répondre Rogue, mais ce n’est pas un méchant ! Alors je dirais Maléfique.

The Holiday : cite tes deux couples favoris…
Tout d’abord Mina Harker et le Comte Dracula. C’est vraiment l’essence du romantisme à mes yeux (S’aimer par delà la mort) Pour le second, j’ai du réfléchir longtemps… et j’ai pensé à Magnus et Alex de la saga des Mortal Instruments.

Quel livre aimerais-tu offrir aux personnes qui te suivent ?
C’est toujours difficile d’offrir un livre qui plait à tout le monde. Il est plus facile de faire en fonction des gouts de chacun. Pour les adeptes de fantastique, je recommanderais « Mexican Gothic ». Ceux qui préfèrent la sf « Every line of you ». Et pour les fans de manga « Beastars ».

Si vous avez envie de reprendre ce tag, n’hésitez pas à me donner le lien que je vienne vous lire.
Et joyeux noel !

Jojo’s Bizarre Adventure ~ Stone Ocean

Animé de 12 épisodes de 24 minutes chacun diffusé depuis décembre 2021 en France sur Netflix
Genre et thèmes : action, aventure, drame, fantastique, horreur, mystère, combat, crime, délinquance, paranormal, prison, religion
A partir de 12 ans
Site web officiel : http://jojo-animation.com/

Cet animé est l’adaptation du manga de Araki Hirohiko publié en 2000 dans le Weekly Shonen Jump au Japon ( Tonkam en France)
Stone Ocean est la 6e partie de Jojo’s Bizarre Adventure. Mais comme je n’ai pas encore lu cet arc, nous nous intéresserons à la version animée qui vient de sortir sur Netflix. A noter que nous avons ici droit à 12 épisodes diffusés en simulcast avec le Japon, mais que d’autres épisodes arriveront courant 2022 pour la suite.

Jojo et l’histoire des Joestar

En 2011, aux Etats-Unis, Jolyne Kujo, surnommée « Jojo » par sa mère, fait une balade en voiture avec son petit ami, Romeo. Voulant l’embrasser, le jeune homme perd le contrôle de son véhicule et percute un piéton. Par peur des conséquences, Romeo demande à Jolyne de l’aider à dissimuler le corps et de ne rien dire à qui que ce soit par amour pour lui. Jojo est arrêtée et est tenue pour seule responsable de l’accident. Avant d’être transférée pour son jugement, son avocat lui remet un étrange pendentif que son père, Jotaro Kujo a tenu qu’elle obtienne en cas de « problème ». Jolyne se pique sur la pierre présente à l’intérieur (il s’agit d’un bout de flèche présent dans les saisons 2 et 3) et développe un Stand*, qu’elle baptisera Stone Free, capable de transformer son corps en fils.

Dans le bus qui la conduit au pénitencier de Green Dolphin en Floride, elle rencontre Hermes Costello, qui deviendra son amie. Juste avant son procès, l’avocat de Jolyne lui explique qu’elle devrait tenter une négociation de peine. Ainsi, elle serait jugée uniquement pour responsable de vol de voiture et d’accident. Jolyne accepte mais est condamnée à 15 ans de prison pour meurtre. Son avocat a « oublié » de lui dire que le piéton respirait encore avant que son petit ami ne précipite la voiture dans un étang. En réalité, il joue double jeu et a été engagé par la riche famille de Romeo pour protéger leur fils. Jolyne se venge de l’avocat mais doit exécuter sa peine à Green Dolphin.
Arrivera à-t-elle à s’enfuir grâce à sa nouvelle capacité ? Qui sont ces hommes qui semblent lui en vouloir et attaquent les Joestar ?

*Pour savoir ce qu’est un stand, je vous invite à relire mon paragraphe consacré lors de la présentation des saisons 2 et 3.

Jolyne est donc la fille de Jotaro (héros de la saison 2) D’ailleurs on pourrait dire que tout commence pareil : dans Stardust Crusaders, Jotaro, 17 ans alors, est incarcéré. Et dans Stone Ocean, les premiers plans montrent sa fille, Jolyne, 19 ans, également incarcérée. D’ ailleurs les deux personnages ont le même type de caractère bien trempé. Et leurs stands se ressemblent, notamment dans leur attaque au corps à corps.

Cette partie est, à mon goût, la plus crue de toutes. Bien que pour la première fois les personnage sprincipaux soient des femmes, la violence est toujours là, et même très forte dans cette prison. Que ce soit la violence physique ou verbale d’ailleurs.

Les stands sont pour la plupart des personnages humanoides. C’est donc un peu moins original qu’auparavant, mais beaucoup plus esthétique. Le mangaka peut laisser libre cours à sa fantaisie et notamment son amour pour la mode (voir aussi ci dessous) Malgré tout, je trouve personnellement qu’ils se ressemblent tous un peu et c’est bien dommage.

Le coté « mode » des personnages

Comme dans la saison précédente, les personnages (masculins comme féminins) sont fins et portent des tenues sophistiquées pour des prisonniers. Cela pourrait plaire à des personnalités telles que Jean Paul Gaultier, par exemple.
D’ailleurs, cette passion pour la mode est encore poussée plus loin cette saison avec le nom de certains personnages faisant référence à des maisons de haute couture. J’ai notamment retenu Hermès, l’acolyte de Jolyne, ou bien Emporio, un enfant né en prison (référence claire à Emporio, le parfum d’Armani). Dans les personnages secondaires, on trouve Guess, une détenue qui partage sa cellule avec Jolyne. Le prêtre de la prison s’appelle Pucci (référence à Emilio Pucci) ou encore l’antagoniste Lang Wrangler (Wrangler étant une marque de jeans américaine)
A noter que dans la prochaine partie (encore non diffusée) ces personnages apparaîtront : D&G (référence claire à Dolce & Gabbana), Kenzo, Rykiel, Versace ou Guccio.

Jojo et le rock

Une nouvelle fois, le mangaka se fait plaisir en donnant au stand de ses personnages le nom de star de la musique rock ou pop, ou bien des titres de chansons. Par exemple, le stand d’Hermès s’appelle Kiss (qui est le nom d’un groupe de rock américain mais aussi une chanson de Prince). FF est un personnage original dont les initiales font écho à son stand Foo Fighters (le groupe actuel du batteur de Nirvana, pour ceux qui connaissent). Miraschon, une autre prisonnière, possède le stand Marilyn Manson.
Thunder Mc Queen est un antagoniste mineur ayant pour stand Highway To Hell (qui est le titre d’une chanson phare de ACDC) Le Stand de Wrangler est Jumpkin Jack Flash, chanson des Rolling Stones (bien que la traduction française ait été changée pour la série Netflix) Et il en est ainsi pour chacun des personnages…

Petit aparté, on retrouve encore de nombreuses références au groupe britannique Queen (que j’adore) avec les stands Bohemian Rhapsody et Made In Heaven.
Personnellement j’adore tous ces petits clins d’oeil et cela m’amuse énormément de les débusquer.
J’attends la suite avec une certaine impatience, comme la première partie se termine sur un gros climax.

Pour aller plus loin :
Jojo’s bizarre adventure ~ Jojo’s bizarre adventure Stardust Crusaders ~ Jojo’s bizarre adventure Diamond is unbreakable ~ Rohan Kishibe ~ Jojo’s bizarre adventure Golden Wind

Journal de lectures ~Novembre 2021

Pour boucler les challenges littéraires, je me suis plongée dans quelques lectures. J’ai fini novembre avec quelques lectures plaisir.

Every Line Of You de Naomi Gibson
Coup de coeur
À 17 ans, Lydia est seule au monde. Son petit frère est mort dans un accident de voiture qui hante toujours ses cauchemars. Son père a fui, la laissant seule avec une mère qui la néglige. Sa meilleure amie, présente lors de l’accident, est devenue sa pire ennemie. Alors Lydia concentre toute son énergie et ses considérables talents de codeuse à se créer l’IA parfaite. Le résultat s’appelle Henry : un garçon fascinant, intelligent, et entièrement dévoué à elle. Henry est le seul ami qui lui reste… et pourrait même devenir bien plus. Mais quelle est sa nature réelle ? Et jusqu’où ira-t-il pour prendre soin de Lydia et la défendre contre ses ennemis ? Car il se pourrait que, dans l’ombre, certains individus aient percé le secret de Lydia… et qu’ils convoitent le garçon qu’elle a créé.
Gros coup de coeur pour ce roman young adult traitant de sujets graves comme le deuil, l’abandon, le harcèlement scolaire ou la conscience morale. J’ai pleuré plus d’une fois en lisant. Un roman touchant et bouleversant.

Fangs de Sarah Andersen
Lu dans le cadre du Challenge Halloween
Elsie rencontre Jimmy dans un bar. C’est le coup de foudre. Alors que leur amour éclot, ils doivent faire face à un souci de taille : Elsie est une vampire, alors que Jimmy est un loup garou. Comment vont-ils surmonter leurs différences ?
Une BD qui met en avant les différences homme-femme à travers une relation amoureuse entre un vampire et un loup garou. Loin de Roméo et Juliette, ce couple atypique reste moderne et vit pleinement son amour, avec humour et douceur. Une véritable lecture plaisir.

Sorcière Madga et les petits pots d’amour de Déborah Joulianos
Lu dans le cadre du Challenge Halloween
Sorcière Magdalena vit dans un agréable petit village et y travaille comme porteuse de nouvelles. Discrète, celle-ci est presque transparente pour les villageois. Aussi, elle n’a pas d’amis. Malgré tout, elle est très attentive aux bonheurs et chagrins de chacun. C’est ainsi qu’elle confectionne en secrets des petits pots d’amour réconfortants qu’elle dépose discrètement sur les pas de portes, la nuit. Jusqu’au jour où un petit garnement perce son secret.
J’ai reçu mon exemplaire de « La sorcière Magda et les petits pots d’amour » que j’ai sponsorisé sur la plateforme Ulule. Sorcière Magda et les petits pots d’amour est un conte pour toute la famille illustré à l’aquarelle. Dédié à l’automne, il met en avant la contemplation de la nature, la tolérance, la bienveillance et l’affirmation de soi. C’est un livre pas comme les autres avec une double lecture qui plaira à tout âge, plein de magie, de cocooning et de gourmandise. 

Hotel des frissons tome 10 de Vincent Villeminot
Lu dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge
Margot et Tristan, les enfants du personnel de l’hotel, s’infiltrent au second étage pour espionner les clients. Ces derniers sont là pour participer au grand congrès annuel des monstres répugnants. Autant dire qu’ils portent bien leur nom ! Alors qu’ils viennent de croiser une nuée d’insectes, les enfants se rendent au troisième étage pour trouer le sol et ainsi observer en toute sécurité ce qui se passe à l’étage du dessous. Quand soudain un craquement sinistre fait pencher l’hotel.
Dixième et dernier tome de « L’hotel des frissons », avec toujours une bonne dose d’aventure et d’humour. Un roman frissonnant pour les jeunes lecteurs (8 à 11 ans)

La potiche a peur en rouge de Pierre Jourde
Lu dans le cadre des mass’critiques Babelio de septembre 2021
La fable express est une parodie de fable, datant du XIXe siècle. Elle met à l’honneur les jeux de langue, calembours et autres contrepèteries, jouant avec l’absurde, l’insolence voire l’obscénité. La morale est souvent à double sens et prête à rire.
Une façon originale de s’amuser avec la littérature humoristique, à la fois moderne et rétro.

Tohu bohu chez les quinquagénaires de Ana Pia
A cinquante ans, Christine tombe des nues quand une jeune quadra l’aborde dans la rue pour lui annoncer qu’elle est l’amante de son mari. Une fois le divorce consommé, la belle-mère lunatique et acariâtre jetée, Christine déménage dans un nouveau quartier, en compagnie de son chat Bigoudi. Bien décidée à reprendre sa vie en main, elle s’offre des vacances en Italie avec ses proches, famille ou amis. Réjane, son amie d’enfance, et Jérome, son collègue, seront de la partie. Une nouvelle vie s’amorce.
Un roman tranche de vie frais et humoristique. Un livre positif , vivant, qui fait du bien, et on en a grandement besoin en cette période. A lire en mode cocooning.

Pumpkin Autumn Challenge 2021 ~Le bilan

Après vous avoir présenté le challenge littéraire du Pumpkin Autumn Challenge qui s’est déroulé du 1er septembre au 30 novembre dernier, voici l’heure du bilan.
>Pour en savoir plus sur ce challenge et/ou voir ma pile à lire prévue alors, rendez vous ici<
Sous le sous-titre « grenier des mystères », ce challenge propose de mixer lectures de toutes sortes et films (ou séries), et pour la première fois cette année, des jeux vidéos. J’avoue ne pas avoir programmé de jeux vidéos car ce n’est pas ma tasse de thé. Je suis tout simplement nulle aux jeux 😉

Je m’étais fixé comme objectif de lire au moins 13 livres d’une grosse pile à piocher, de regarder 2 films et 3 séries (une par mois). Si je n’ai pas réussi à lire tous les livres que j’avais sélectionné (mais ça, je m’y attendais!), j’ai regardé beaucoup plus de films et de séries que prévu. Je me suis largement laissée emporter par mon enthousiasme (et mes abonnements aux plateformes de streaming!)

Je vous propose de revoir chaque menu créé par Guimause et de faire le point :

Automne Douceur de vivre :
J’avais souhaité lire « L’arbre d’Halloween » de Ray Bradbury, mais c‘est un livre que je n’ai pas en ma possession. Ne pouvant l’emprunter à la bib, j’ai du le remplacer. J’espère pouvoir le lire l’année prochaine car il me tente beaucoup. On voit que j’ai surtout rempli cette partie avec des visionnages.

Automne enchanteur :
Là aussi, pas mal de changements puisque je n’ai lu qu’un livre prévu.

Automne frissonnant :
Encore une fois, je repousse « Wicked » qui me tente beaucoup mais qui est énorme.

Automne des mystères :
Pas eu le temps de tout lire là non plus.

Malgré tout, un bilan positif : je savais très bien que je changerais de livres en cours de route. Si j’espérais lire un livre par catégorie et tenter un film (ou série) en bonus, je n’ai pas pu tenir cette ligne. Mais j’ai rempli toutes les catégories ! D’autant plus que j’avais peur de ne pas trouver de quoi le faire, n’ayant accès qu’à ma bibliothèque personnelle. J’ai fait de belles découvertes, ainsi qu’un gros coup de coeur pour « Mexican Gothic »
Vous pourrez retrouver mes avis lectures et visionnages dans les rétrospectives sur ce blog.

Les avez vous lu/vu ?

Lancement du Cold Winter Challenge 2021 !

Pour la deuxième année, je participe au Cold Winter Challenge. Ce challenge littéraire propose de la romance, des flocons de neige et la magie de Noël. Il se compose de différents menus avec des mots clés. Il dure trois mois, soit du 1er décembre 2021 au 28 février 2022.

Pour plus d’infos, je vous invite à regarder la vidéo explicative de l’Enluminée, l’organisatrice.

Les échanges entre challengers se font sur le facebook du Cold Winter Challenge : https://www.facebook.com/groups/11622…
Ainsi que le discord : https://discord.gg/v6teqjv
Et sur les réseaux avec le #coldwinterchallenge ou #cwc

Place au challenge !
Cette année, je vais devoir constituer ma pile à piocher avec ma propre bibliothèque, comme Monsieur Pass Sanitaire continue à être obligatoire en bib…
Voici donc ma pile à piocher. Je ne sais pas si je pourrais tout lire, mais j’espère remplir chaque catégorie malgré tout. De même, je compte glisser quelques films par-ci par là.

Je vous donne rendez vous dans la rubrique mensuelle de mes visionnages et lectures pour faire un point sur mes découvertes !

Allez vous participer ?

POTTER BOOK TAG – Maison Serpentard

J’ai découvert sur le blog de Signé C une collection de Tag en lien avec Harry Potter et les maisons du collège de Poudlard. On commence avec Serpentard (et si cela vous plait je ferai les autres!)
L’emblème de Serpentard est le serpent, une référence aux pouvoirs de son fondateur, Salazar Serpentard, qui était un fourchelang. J’ai choisi de débuter par cette maison car le Serpent est mon signe astrologique chinois 😉

Vous finirez à Serpentard
Si vous êtes plutôt malin,
Car ceux-là sont de vrais roublards
Qui parviennent toujours à leurs fins.
— Extrait d’une chanson du Choixpeau magique

Question 1 : Avez-vous récemment lu, ou avez-vous dans votre PAL un livre à la couverture verte ?
Effectivement. J’ai lu dernièrement « Mexican Gothic » et je me suis délectée. Un véritable coup de coeur dont je vous ai parlé dans ma dernière revue livresque.

Question 2 : Quel personnage de roman vous inspire le mot « serpent » ?
Si on avait parlé manga, j’aurais sans hésité le personnage d’Orochimaru dans Naruto.
Si on se cantonne aux romans, j’avoue sécher un peu…

Question 3 : Quelle adaptation cinématographique d’un livre avez-vous détesté ?
Je vais un peu contourner la question en répondant que je ne suis pas du tout attirée par les adaptations de BD en film français (par exemple Boule et Bill, Ducobu, Lucky Luke, etc.) Je ne suis pas fan de cinéma français et surtout pas de comédie. Je déteste certains acteurs (Dubosc, Dujardin par exemple). Donc ce genre d’adaptation, c’est niet !

Question 4 : Avez-vous récemment lu un conte ou une légende ?
J’aime beaucoup lire les réécritures de contes. Mais dernièrement j’ai contribué à la sortie d’un conte original « Sorcière Madga et les petits pots d’amour »
Sorcière Magdalena vit dans un agréable petit village et y travaille comme porteuse de nouvelles. Discrète, celle-ci est presque transparente pour les villageois. Aussi, elle n’a pas d’amis. Malgré tout, elle est très attentive aux bonheurs et chagrins de chacun. C’est ainsi qu’elle confectionne en secrets des petits pots d’amour réconfortants qu’elle dépose discrètement sur les pas de portes, la nuit. Jusqu’au jour où un petit garnement perce son secret.
Une très belle découverte, cosy et cocooning pour l’automne.

Question 5 : Avez-vous récemment lu un livre feel good ?
« Sorcière Magda… » peut entrer dans cette catégorie. J’avoue que dernièrement j’ai plutot envie de lire des choses légères et pas trop longues (Je crois qu’on est tous un peu dans ce cas ces deux dernières années de covid)
Dernièrement, je me suis plongée dans un livre humoristique qui m’a fait sortir de ma zone de confort littéraire : « Tohu bohu chez les quinquagénaires »
Passée la rancœur d’un divorce aussi soudain qu’inattendu, Christine, cinquante ans, laisse derrière elle un mari menteur et infidèle, une belle-mère lunatique et acariâtre et jette, sans complexe, toutes les ondes négatives de son ancienne vie aux orties pour déterrer avec délice sa liberté perdue. …
Si le début m’a laissée dubitative, j’ai bien aimé les moments passé avec Christine et sa bande de copains, ainsi que son chat trop drole.

Question 6 : Quel méchant de roman affectionnez-vous ?
On replonge en enfance. En réfléchissant, j’ai pensé à Sophie, des Malheurs de Sophie. J’ai lu ce roman un nombre incalculable de fois quand j’étais au primaire. Sophie est vraiment une gamine détestable, mais je ne pouvais m’empêcher d’avoir mal au coeur pour elle quand elle se prenait des roustes.

LA QUESTION POTTERHEAD
Qui est votre professeur préféré à Poudlard ?
Sans aucune hésitation, c’est Rogue ! Je pense que tout le monde sera d’accord. C’est un personnage complexe, profond et très attachant.

J’invite tous mes blopines fan de lecture à reprendre ce tag sur leur blog ou bien à répondre en commentaire. N’hésitez pas à m’indiquer votre url que je puisse venir vous lire !
Voulez-vous lire les questions d’une autre maison en janvier ?

Le garçon de la lune de Lee Young-yoo

Myung-Ee est une ravissante jeune fille cachant un secret : quand la lune brille, ses yeux deviennent rouges. Le jour de son arrivée au lycée elle retrouve un ancien camarade de classe, Yu-Da Lee, dont elle était amoureuse. Mais il ne se souvient pas d’elle, à sa grande déception. Quelque temps après, Yu-Da Lee est attaqué par la tribu des « Renards de la Lune » et Myung-Ee vient à son secours, révélant son appartenance à la tribu des « Lapins de la Terre ». Yu-Da Lee découvre à son tour qu’il est le lapin noir, dont le foie est un remède à toutes les maladies et dont les deux tribus veulent son pouvoir. C’est le début d’une course poursuite magique semée d’épreuves ensorcelantes dans le monde réel.

Au Japon, un mythe raconte qu’un lapin vit sur la lune où il pile du riz gluant. C’est pour cela que les Japonais mangent des dangos en regardant la pleine lune. Ce mythe est dû au fait qu’une forme de lapin se devine sur la pleine lune. Même si celui-ci est japonais et que la série « Le garçon de la Lune » est coréen, on peut y voir une inspiration.

« Le garçon de la Lune » est un manhwa (BD coréenne) en 9 tomes, édité chez Clair de Lune. Sa commercialisation a été stoppée et elle n’est donc plus disponible qu’en occasion.

J’ai la chance d’avoir toute la collection (le dernier tome a été difficile à trouver et payé un certain prix pour une qualité moyenne) Ce shojo m’avait été conseillé par une amie il y a bien longtemps.
L’objet livre en lui même est sympa : des tomes reliés façon manga avec des couvertures colorées. On trouve même des paillettes sur les chibis en quatrième de couverture. Chaque volume contient un mini poster couleur bonus. Malgré tout, la maquette n’est pas à la hauteur et cela pour les premiers tomes : le cadrage est mal centré et les rebords de certaines cases sont coupés à l’impression, d’autres sont pris dans la reliure… gênant la lecture. J’espère que s’il y a réédition un jour, ce problème sera résolu.

Le thème du lapin est très présent au début de l’histoire, avec les yeux rouges des personnages principaux ou les salles d’entraînement qui sont élaborées comme des terriers dans le second tome. Mais ensuite, cette thématique est plutot abandonnée. Le fait que les héros soient des lapins devient intégré et il n’y a plus ce genre de petit clin d ‘œil sympa.

Dans ce manhwa, les thèmes abordés sont classiques : l’amour et l’amitié sont au choeur de l’histoire. Chaque personnage est amené à prendre conscience de ses sentiments, à les accueillir et à accepter d’aimer, même si pour cela le risque d’être blessé est grand. Les personnages sont persévérants dans leurs quêtes, que ce soit d’amour ou de vie éternelle.

Malgré tout, les apparences sont importantes. Myung Ee ne cache pas son amour pour les beaux garçons par exemple. Ou Taekwon V est souvent raillé pour sa petite taille. Si cette importance des apparences est très prononcée en Corée, cela peut vite devenir perturbant pour un lecteur occidental qui trouvera ces besoins futiles voire mal placés.

A fortiori, on peut saluer la beauté du charadesign et des inserts entre chaque chapitre où les personnages portent souvent de magnifiques costumes travaillés.

L’humour présent est assez basique : entre les histoires de culotte, les fangirls qui shippent les couples homosexuels (à la façon des fans de boy’s love), la présence de magical girls ou encore le travestissement des garçons. Cela semble se moquer gentiment des mangas japonais où ces thèmes sont récurrents. D’ailleurs, de nombreux clins d’oeil sont fait à la transsexualité, notamment au travers du personnage de Ga Woo, un infirmier qui se travesti allègrement et qui semble amoureux de Taekwon V.

Ce coté shojo humoristique est largement contrebalancé par des combats violents. Les personnages frappent facilement et ce même les filles. Les renards sont dépeints comme des êtres assoiffés de sang, même sous leur apparence humaine. Ce qui donne quelques scènes des plus violentes. Ceci est renforcé également par un langage parfois grossier.

Si l’histoire des lapins et des renards m’a beaucoup plu, que le triangle amoureux entre les héros peut attirer son public, je trouve malgré tout que le manhwa souffre de nombreuses maladresses qui gachent le plaisir du licteur. Et notamment en ce qui concerne les personnages, trop nombreux, et qui changent sans arrêt de nom : chacun possède un nom propre, mais aussi un nom différent durant sa vie antérieure, et un nom de guerrier. C’est une pratique courante dans les scénarios chinois (mais encore une fois, nous sommes ici sur une série coréenne) mais j’avoue que cela me perd à chaque fois.

En conclusion, mon avis est plutot mitigé. Si la forme me plait bien (hormis les soucis d’impression qui ne peuvent être imputés à l’auteur), le fond manque de solidité pour séduire un public occidental.