Le Haunted Reading Bingo du Challenge Halloween

2021 voit ma première participation au Challenge Halloween ainsi que leur premier Haunted Reading Bingo. Initié par Lou & Hilde, il suffit de remplir le plus de cases possible pour atteindre les paliers, dans un esprit ludique, décomplexé et totalement sans contrainte !

Pour voir les paliers, je vous invite à lire l’article de Hilde sur le Livroblog.
Je vise le plus haut palier bien sur, si je peux 😉 soit le Pallier 4 – Vampire écologiste en reconversion
Ce bingo a été lancé le 5 octobre dernier. Je pense qu’il court tout le long du challenge, soit jusqu’au 15 novembre prochain.

Je remplirai cet article au fur et à mesure de mes lectures, visionnages et autres actions.
Voici mes participations (Je laisse en italique les suggestions de Hilde en attendant de les remplir)
Sorcières : Visionnage du film animé « Kiki la Petite Sorcière »
Je vous en rédige un article la semaine prochaine 🙂

Jeunesse : Albums, romans jeunesse tous âges, Young adult, BD / Manga / série à destination des enfants et ados : Suggestions de rendez-vous interchallenge #mercredicestlejourdesenfants

Dark London : Direction Londres et ses bas-fonds lugubres. Suggestion de rendez-vous interchallenge : @britishmysteries

Écologie : Partage d’une initiative Halloweenesque écologique ou d’une lecture en rapport avec le thème (pas forcément horrifique ! La forêt, les arbres, l’écoute de la nature, c’est parfait)

Vampire : Je suis en train de terminer la saison 4 de l’animé Castlevania

Asie : Comme beaucoup, je suis en train de regarder la série Squid Game. Pensez-vous qu’elle puisse rentrer dans ce bingo ?

Suggestions de rendez-vous interchallenge : @unmoisaujapon, @lesetapesindiennes

Cimetière : Rendez-vous au cimetière ! Partage d’une photo, d’une illustration, ou d’un film / série / lecture se déroulant en partie dans un cimetière

Contes et nouvelles: Effrayants, gothiques, horrifiques ou d’automne. Fantômes et légendes urbaines bienvenus. Suggestion de rendez-vous interchallenge : @challengecontesetlegendes

Cocooning : Plaid, tea time, petit plat réconfortant, décorations d’automne, roman douillet d’automne.

Lovecraft & Dérivés : Romans et nouvelles d’H.P. Lovecraft et toutes ses adaptations ! Jeux de société, jeux vidéos aussi !

DIY : Je suis en train de décorer ma maison pour Halloween, mais je n’ai pas encore terminé. Photos à venir.Suggestion de rendez-vous interchallenge  : #Les Ateliers créatifs de Syl

French touch : J’ai regardé le film « Le Bal des Folles » sur Amazon Prime
Après avoir révélé à sa grand-mère qu’elle entre en relation avec des esprits, Eugénie est amenée de force par son père à l’hôpital de la Salpêtrière. Les femmes qui y sont internées sont les cobayes de thérapeutes masculins. Notamment le fameux docteur Jean-Martin Charcot, qui a mené des recherches sur l’hystérie et qui est considéré comme un pionnier de la neurologie.

Marmite : Faites bouillir vos chaudrons ! Recette, photo… ou des lectures et films / séries gourmands !  Suggestions de rendez-vous interchallenges  : #deslivresetdesecrans en cuisine, #Les Gourmandises de Syl chaque dimanche.

Plume féminine : Un texte écrit par une femme, en rapport avec Halloween, ses créatures, la nature, l’automne, ou d’inspiration gothique. Suggestion de rendez-vous interchallenge : #lireaufeminin organisé par Tiphanya

Fantôme : Histoires de fantômes, des livres aux écrans. Des documentaires sur les chasseurs de fantômes ou les lieux dits hantés. Des histoires de spiritisme. Et pourquoi pas… vos histoires vraies ? Suggestion de rendez-vous : Contes de fantômes avec le #challengecontesetlegendes, Fantômes russes, thématique proposée par Purple

Un oublié de la PAL :  Poussière et toiles d’araignées, ce livre attend chez vous depuis trop longtemps ! Sortez un vieux grimoire de votre PAL !

Demeures et campagne hantées : Je suis en train de lire le roman « Mexican Gothic »
Suggestion de rendez-vous interchallenge : #challengecottagecore organisé par Missycornish

Écrans : Films & Séries, du douillet au plus horrifique en passant par l’humoristique

Familiers: Comme vous le savez, j’ai 3 chats, mes boules de poils dont je ne saurais me passer.
Il y a d’abord Yuki, mon vieux Kiki de 14 ans déjà ! Il a grandi aux côtés de mon fils.
Ensuite, j’ai adopté Nami, qui a 4 ans. Une jolie minette douce (autant par le poil que le caractère)
Et enfin mon « petit » Ren, qui a eu un an en juillet dernier. Je mets « petit » entre guillemets car c’est une belle bête de 5,7 kilos 😉

Magie : Initiation à la Wicca et aux cultes païens avec différentes lectures, séries (Sabrina, Charmed…) et films. Guides d’initiation. Secret des pierres et des plantes. Tarot, oracle. Vos propres expériences.  Proposition de Pedro Pan Rabbit

USA : même le Nouveau monde peut être hanté, peuplé de monstres ou simplement majestueux à l’automne. Lectures, séries, films, mais aussi photos si vous en avez l’occasion. Et pourquoi ne pas en profiter pour relire le maître Stephen King ?

Classiques : du roman gothique aux textes du XIXe de tous pays et continents, de vraies pépites nous attendent ! (Au passage, regardez le beau catalogue des éditions José Corti, Phébus Libretto, mais aussi Robert Laffont collection Bouquins, Gallimard…)

Bulles : BD, manga ou comics, en automne, monstrueusement drôles, revisitant les classiques, gentiment effrayants, ou carrément flippants selon les envies. Suggestion de rendez-vous  en parallèle : #labddelasemaine ou Mercredi BD en mode « sauvage »

Geek : Laissez votre côté geek s’exprimer avec des jeux vidéo ou des jeux de plateau et de cartes pour petits et grands. Jeux de fantômes, labyrinthe hanté, univers lovecraftien, vampires et loups-garous, les inspirations ne manquent pas.

Bookshelf / book selection : faites nous rêver en nous partageant des photos de plusieurs livres en rapport avec le thème ou vos bibliothèques… peut-être décorées pour l’occasion !

Bilan : A peine démarré, j’ai déjà rempli 3 cases/25. C’est déjà pas mal !
Participez vous à ce genre de bingo ?

Alice In Murderland de Kaori Yuki

La famille Kuonji est à la tete de l’un des plus grand groupe industriel mondial. Les parents ont adopté plusieurs enfants qui ont l’autorisation de manquer l’école une fois par mois pour se rendre à la tea party familiale. Ce mois-ci, la fête semble particulière et chacun est convié avec la personne qu’il ou elle aime le plus. La vie des enfants Kuonji bascule soudainement lorsque leur riche mère leur donne l’ordre de s’entre-tuer afin d’accéder à la fortune familiale avec en bonus, la vie éternelle. Chacun est sous le choc. A tel point que Stella, la quatrième fille de la famille, tombe dans la schizophrénie et devient Alice, une jeune fille blonde amatrice d’armes à feu. Ceci pour se défendre, ainsi que son frère Zeno dont elle est secrètement amoureuse.


Après avoir éliminé Sid dans le premier tome, Stella doit affronter Claire, sa sœur ainée, sa préférée qui s’est transformée en un petit chaperon rouge loin d’être innocent. Pendant ce temps, Miser, la fille cadette, choisit de s’enfuir avec son amoureux. Stella décide de lui venir en aide avec le soutien de Tsukito, le majordome, alias le lapin blanc. Mais ils sont arrêtés par Maré, le jumeau et quatrième garçon, qui tue le petit ami et maquille cela en meurtre perpétré par Stella. Il espère ainsi voir les deux sœurs s’entre-tuer. La ruse a plutôt bien fonctionné, puisque Stella doit se justifier aux yeux de sa sœur.
Alors qu’elle combat Miser, Zeno et Maré s’allient pour éliminer Tsukito, le petit fils du chef des lapins noirs. Mais ce garçon se métamorphose et dégaine son sabre pour frayer un passage à Alice. Elle se retrouve face à Maré qui tente de s’enfuir. Elle le rattrape et n’en fait qu’une bouchée. Alors qu’elle tombe d’épuisement, Stella rêve du tragique accident qui a fait d’elle et de son frère des orphelins. Elle se souvient alors de la présence d’un enfant aux cheveux blancs ressemblant étrangement à Tsukito. C’est alors qu’elle réalise que la cicatrice reçue par Zeno dans leur enfance est maintenant sur son autre main.


Elle ne trouve alors plus de raison de se battre. Elle est interrompue dans sa réflexion par la fille aînée, Ibara. Cette dernière, complètement dévouée à leur mère, attaque Zeno, cherchant à lui faire avouer ses mensonges. Pour s’en sortir, Stella passe un pacte avec Alice. Cette dernière arrache donc le cœur d’Ibara et gagne le droit de garder le corps de Stella pendant un mois.
Pendant ce temps, Tsukito s’interpose encore une fois et dévoile son identité  : il est en réalité le grand frère Zeno disparu. Mais les retrouvailles sont vite écourtées par l’arrivée des lapins noirs d’un coté et d’un duo mystérieux de l’autre. Ceux-ci semblent très bien connaître l’imposteur et s’enfuient avec.


C’est donc sous l’apparence d’Alice que Stella entreprend d’arracher des aveux à Rikudo, un lapin noir de la garde rapprochée des Kuonji. Zeno s’avère être un assassin envoyé par le clan Washimiya, les ennemis jurés des Kuonji. Bouleversée, elle est alors attaquée par le fantôme de Maré. Elle tombe dans un traquenard où Tsukito, son ami ayant lui aussi de multiples personnalités, sert d’otage.
Une fois son ami libéré, Stella n’a plus qu’à affronter Miser, l’otaku fan de reptiles. Elles élaborent un plan pour duper leur mère : faire semblant de s’entre-tuer sous ses yeux pour lui faire croire que la cadette en décède, alors qu’elle va retrouver son amoureux secrètement. Mais alors qu’ils s’enfuient, Olga découvre tout. Stella se dresse donc contre sa mère, risquant sa vie. Mais elle doit surtout affronter Mel, le plus jeune des enfants.

Fidèle aux thèmes des contes (elle avait déjà rédigé deux séries sur le sujet avec son héros Ludwig), Kaori Yuki trouve un nouveau scénario plein d’humour et de sang pour les explorer. Ici, à travers la folie des Kuonji, chaque enfant va devenir l’un des héros des contes de notre enfance. Dans le premier tome se révèle Bloody Alice. Même si elle n’est pas invitée au pays des merveilles, elle est accompagnée d’un lapin blanc (ici un jeune majordome albinos). Plus tard dans l’histoire aparait Jabberwocky (Initialement le poème le plus connu de Lewis Caroll, ici un dragon protégeant Alice) Le tome 6 signe l’arrivée du personnage de Cheshire, et l’amorce d’un nouveau combat sur un échiquier. Ou bien Io, le petit ami de Miser, est l’incarnation de Humpty Dumpty avec son coté jovial et gourmand. De nombreuses références sont disséminées dans certains volumes.

Dans le second tome, elle affronte le Petit Chaperon Rouge à travers un scénario touchant mais sanglant. On en apprend un peu plus sur chacun des enfants Kuonji grace aux différents flashback et aussi à l’introduction de ceux qu’on ne connaissait pas encore.
Le troisième, plein d’action et d’horreur, met en relief le caractère détestable de Maré, le jumeau diabolique qui se fait passer pour un saint, au sens propre comme au figuré. On découvre également la cadette, Miser, une jeune femme férue de sciences et qui a, sous sa coupe, une armée de zombies. Exit les contes, nous voici en plein délire scientifique : un croisement entre Jekyll, Frankenstein et l’apocalypse. L’action est donc à son comble. Miser est le genre de fille qui plaira aux lecteurs masculins. Mais le plaisir est là aussi pour les filles (rappelons que ceci est un dark shojo) avec le triangle amoureux dont Miser est le centre. Le conflit qui oppose Stella et Maré est vraiment intéressant, même s’il est un peu mis entre parenthèse par l’attitude lâche de Maré.

Le quatrième tome voit la page des zombies se refermer mais l’action est toujours au rendez-vous. Ici, on s ‘attarde un peu sur Tsukito. Cela relance l’intrigue sous un nouvel angle.
Dans le tome 5, l’aînée des filles, Ibara est un personnage tout en contraste et complexe à dessiner avec ses robes et froufrous, ce qui régale les fans de la plume de Kaori Yuki. Coté scénario, on parle beaucoup de Zeno et quelques lumières sont faites sur l’accident d’avion. Cela fait un peu d’ombre au combat Alice-Ibara, mais ce temps plus calme dans la narration permet d’obscurcir le mystère autour de Zeno et de mieux comprendre d’autres pans de l’histoire. Ce tome est bourré de révélations mais aussi de nouvelles interrogations avec l’arrivée d’une mystérieuse organisation.
Dans le tome 6, Kaori Yuki joue de nouveau la carte de la société secrète avec la secte Washimiya. Un tome un peu moins action et plus centré sur les sentiments ainsi que les voiles à lever alors qu’on approche du dénouement. Mais rien ne semble gagné pour Stella qui a encore de nombreux frères et sœurs à vaincre. De jolis retournements de situation qui évitent que le scénario ne s’essouffle.

Dans le suivant, fin du combat entre Alice et Ibara. On en apprend plus sur le passé de cette dernière et sur ce qui la pousse à être une poupée indestructible depuis son adoption. Stella doit donc tenir sa promesse et mener sa lutte la plus difficile, celle contre son double maléfique. Un tome qui parle donc beaucoup d ‘Alice, de ses sentiments, de son enfermement dans le corps de Stella, mais surtout son passé et ses motivations. Et notamment sa relation avec Rikudo, l’un des trois piliers des Kuonji. Avec ses révélations, Kaori Yuki nous livre une Alice qui arrive à nous attendrir rapidement. Je pense que de nombreux fans auraient aimé une confrontation plus dure entre les deux filles, un peu dans la veine du reste du manga. C’est un peu dommage car le reste est toujours aussi bien ficelé.

Au tome 8, un affrontement entre Alice et les jumeaux russes Sol et Maré, qui ne sont pas sans rappeler Tweedle Dee et Tweedle Dum de l’œuvre originale. Pour rappel, ce sont des jumeaux issus d’une comptine écrite par le poète John Byrom et popularisés en 1872 par De l’autre côté du miroir de Lewis Carroll. Leur nom proviendrait d’une épigramme. Depuis, dans la culture populaire occidentale, leurs noms sont devenus synonymes de deux personnes qui regardent et agissent de manière identique, généralement dans un contexte péjoratif.
Puis dans le tome 9, la fratrie est réduite à trois enfants : Miser, Melm et Stella. Plus le nombre de volumes augmente et moins les frères et sœurs sont nombreux. Nous nous dirigeons vers la fin de l’histoire. Il reste malgré tout beaucoup d’énigmes à élucider, à poursuivre dans l’avant dernier tome.

Le thème de la famille est au centre de l’oeuvre : fraternité, amour filial, voire inceste, ainsi que la quête d’identité.
La patte graphique de la mangaka est bien sur toujours là pour sublimer le scénario, offrant de magnifiques dessins de personnages aux tenues chatoyantes, dans des scènes d’actions sanguinolentes ou des vignettes plus sentimentales. Encore une fois Kaori Yuki nous régale avec des personnages complexes et de l’action à toutes les pages.
Une nouvelle série au franc succès qui s’est vue sold out avant sa sortie officielle, nécessitant une réimpression. Un shojo à la sauce survival game décapant

Informations:
Alice in murderland  de Kaori Yuki – Editions Pika – séries en 11 tomes de juin 2016 à mai 2019 (en France)


Journal de Lectures ~ Septembre 2021

Après vous avoir présenté mes (nombreux) visionnages de septembre hier, nouvel article aujourd’hui pour faire part de mes lectures.

Moi Méduse de Sylie Baussier
Je suis Méduse, petite fille de Gaia, la Terre, et de Pontos, l’océan. Tout le monde vantait ma beauté exceptionnelle. Il me suffisait de regarder un homme pour qu’il soit attiré par moi. Mais aujourd’hui, mon regard transforme en pierre quiconque le croise et mon apparence est monstrueuse… Comment cela est-il arrivé ?

Ce roman pour les jeunes lecteurs raconte les récits mythologique du point de vue des monstres. Ici, nous redécouvrons la jeunesse de Méduse. On en apprend également sur la jeunesse de Persée, le héros qui lui trancha la tete. Le point de vue adopté est à contre pied des écrits classiques.
L’histoire est courte et pourrait convenir à un jeune public, s’il n’était pas question de viol. Méduse a été punie de se trouver belle, mais aussi car un Dieu a abusé d’elle. Un fait choquant pour notre époque où le féminisme et l’égalité des sexes est au coeur de l’actualité quotidienne. Ce livre peut donc permettre une réflexion sur ma misogynie de la Grèce Antique, époque où une femme devait être modeste et docile. En fin de volume, une partie documentaire permet de s’immerger dans le mythe grâce à des textes mais aussi des jeux (quiz, qui a dit quoi…) Une édition illustrée originale et sympathique.

Bestiarius (intégrale – tomes 1 à 7) de Masasumi Kakizaki
Ier siècle après Jésus-Christ, l’Empire romain est à son apogée et ses légions soumettent une à une les dernières contrées où monstres et humains vivent encore en paix. Criminels, innocents, orphelins, demi-humains, wyvernes… Tous constituent les rangs d’esclaves guerriers jetés dans l’arène et forcés de s’entretuer pour divertir l’empereur Domitien et les Romains avides de sang. Parmi ces combattants se trouvent des gladiateurs qui affrontent fauves et créatures légendaires : on les appelle les “Bestiari”. Or, certains d’entre eux, comme Finn ou Zénon, ont été élevés aux côtés de ceux qui, aux yeux de Rome, ne sont que de simples bêtes, et ils comptent bien retourner leurs armes contre leurs geôliers… et même contre l’Empire tout entier !

Un manga que j’ai dévoré. Une fiche détaillée est en cours de rédaction. Patience…

Amour et Croissants Chauds de Alex Vox
Ces vacances, Stéphanie les attendait avec impatience. Son horoscope lui avait annoncé “ Une aventure extraordinaire dans laquelle pourrait naître une belle histoire d’amour “. A peine arrivée, rien ne tourne comme prévu : sa meilleure amie Amandine disparaît au bras d’une inconnue et sa chambre est cambriolée. Dans cet hôtel loin de chez elle, elle rencontre la belle Charlotte.

J’ai peu lu de romances car c’est un genre qui ne m’attire pas… J’ai lu ce roman ci pour découvrir le genre en douceur, d’autant plus que c’est une romance à suspens. Ayant apprécié le second roman de l’auteure, je partais confiante. J’avoue avoir eu du mal avec la première partie, trop axée fricotage à mon goût. Quand la partie mystère apparaît, je me suis plus intéressée à l’histoire de ces deux jeunes femmes. Bien qu’intéressant et surtout original, le côté suspens reste trop en surface à mon goût. J’en conclus donc que je ne suis pas faite pour le genre romance, mais vous conseille vivement L’Immeuble aux Secrets de Alex Vox qui est lui une réussite.

Madame chat est une sorcière de Bénédicte Boullet
Inès habite Paris chez ses parents, sur la rive gauche. Elle est perspicace et adore rechercher le pourquoi des choses et des évènements, surtout s’ ils sont mystérieux. A sa manière elle mène des enquêtes avec son chien Mouche et son ami Jules-Henri.

Ce roman jeunesse est le premier volume des aventures d’Inès. Ses aventures sont mêlées à l’art. Ici, le tome est sous titré « Enquêtes au Musée d’Orsay » et indique déjà où se terminera l’enquête. Ce sera devant l’oeuvre « Le Tigre » de Delacroix, plus précisément. Une façon originale et ludique d’initier les plus jeunes à l’art. Le livre est proposé seul ou avec un CD où l’histoire est lue par Nathalie Favreau.

2040 Coquelicots et Bleuets de Colline Hoarau
Au cœur de la société française de 2040, Mahavel, une jeune femme de 20 ans, fait une rencontre qui risque de définitivement bouleverser sa vie. Jour après jour, elle est amenée à se questionner sur son passé, son présent et son avenir, mais aussi à voyager entre sa région natale, la Bretagne, et sa terre d’origine, l’île de la Réunion. À travers un cadre spatio-temporel à la fois historique et futuriste, Mahavel nous emmène à la découverte de son histoire familiale.

Une auteure que j’avais apprécié pour son roman jeunesse. Je découvre donc sa plume d’écrivain pour adultes. Et ce roman m’a laissée « bizarre ». Se passant en 2040, il évoque l’évolution du monde, et plus particulièrement de la France, après le covid (et accessoirement un second mandat macronien) Si le début de l’histoire est séductrice par sa technologie et la facilité avec l’héroine semble vivre, rapidement de vraies questions se posent. Ce futur proche propose un monde aseptisé, les relations humaines étant réduites au minimum et toute action étant pensée pour le bien de la planète. Ne sachant si ce futur idéalisé, mais fortement possible, serait une bonne chose, je reste « sonnée » par sa lecture. C’est un sentiment que je n’avais jamais eu avec les romans d’anticipation, qui en général sont violents et ne nous laissent pas le choix quant à nos sentiments. Ceci est renforcé par un texte lent, cosy, saupoudré de poésie, qui enveloppe le lecteur dans un cocon. Poudre aux yeux ou avenir technologique probable ? Rendez vous en 2040 pour le savoir.

Les romans ont été lus dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge.

Les suites :
Cliquez pour accéder aux fiches

Nyankees tome 5 et 6
J’ai terminé ce manga où les héros sont des chats furyos. Drole et plein d’action. Je vous en avais rédigé un article complet.

Le Garçon de la lune tomes 7 et 8
Ce manhwa coréen fantastique raconte l’histoire d’une jeune fille amoureuse d’un garçon qui a perdu la mémoire. Il est menacé par un groupe de renards anthropomorphes qui veulent dérober son foie pour l’offrir à leur reine.
Il me reste un tome à lire pour terminer cette saga. A ce moment là, je vous proposerai un article habituel.

Valkyrie Apocalypse tomes 6 et 7
Après vous avoir présenté la série animée, j’ai lu les deux tomes supplémentaires disponibles à ma médiathèque. La série n’est pas terminée, mais je vous ai déjà fait une fiche de lecture, en attendant de pouvoir obtenir la suite.

Les série Bestiarius et Valkyrie Apocalypse ont été lues dans le cadre du mois de la BD 2021

Bilan du Challenge du mois de la BD 2021

Pour la première année, j’ai participé au challenge belge du mois de la BD. Celui-ci ayant pris fin le 30 septembre dernier, il est temps d’en faire le bilan.
Pour un rappel des conditions du challenge, je vous invite à (re)lire mon article de présentation.

J’avais préparé une pile à lire en s’inspirant de mes lectures haloweenesques pour le Pumpkin Autumn Challenge… Et bien finalement, que nenni. Je n’ai lu aucune BD vampirique (Ce sera pour ce mois-ci je pense, espérant recevoir Fangs… que je devais avoir le 23 septembre dernier) J’ai du modifier mes plans notamment à cause de mes dernières réservations en médiathèque.
Petit aparté, dans la médiathèque de ma ville, je fais régulièrement des propositions d’acquisitions, notamment en manga pour aider mon ancienne collègue dans ses choix. Ce qui me permet de facilement réserver des œuvres qui m’intéressent. Le problème est que ma collègue met parfois très (trop) longtemps à faire ses achats et je me retrouve avec des livres proposés il y a… deux ans. Pour dire la vérité, avec le temps, j’oublie complètement avoir fait ses demandes…
C’est exactement ce qui s ‘est passé avec la série Bestiarius. Je me suis donc retrouvée avec 7 tomes à lire en 28 jours. Vous comprenez mieux ma priorité 😉

J’ai donc lu 10 mangas et aucune BD :
Les tomes 6 et 7 de Valkyrie Apocalypse
Les tomes 1 à 7 (série complète) de Bestiarius
Cliquer pour accéder aux fiches

Ce qui est pas mal car je m’étais fixé comme objectif de lire 8 tomes.
Chaque lecture rapporte des points. Je vous épargne le détail. Mais j’ai totalisé un score de 61 points. Ce qui n’est pas si mal, mais loin d’atteindre les scores dépassants les 100 points de certains challengeurs.

Quant à tout ce qui tourne autour du challenge en lui même, j’ai eu peu de contacts avec les autres participants. C’est en partie ma faute, car bien overbookée ces dernières semaines, mais je trouve ça dommage. Je verrai si je rempile l’année prochaine, selon le temps qui me sera disponible.
Et vous, lisez vous des BD ?

Nyankees de Atsushi Okada

Ce manga raconte l’histoire du quotidien des chats des rues, version furyo (loubards japonais). Au quartier de Nekonaki arrive Ryusei, un chat tigré au visage balafré. Nouveau dans le quartier, il recherche un male tricolore, Gekka, son ancien meilleur ami qui l’a rejeté mystérieusement. Après une bagarre, Ryusei a perdu son oreille. Le quartier de Nekonaki est régi par des lois bien précises. Ryusei n’en a cure et se bat à ce sujet avec le chef des lieux, Taiga. Comme le chat rayé est vainqueur, il en devient le nouveau chef… même si cela ne l’intéresse pas. Il va pourtant mettre à profit sa nouvelle position pour effectuer sa quête. C’est ainsi qu’il croise le gang voisin, appelé le clan des Gobelin Cat Tail, dirigé par Sango, une femelle imposante.

Après l’avoir vaincue, il décide finalement de rester dans le quartier de Nekonaki, laissant Taiga gérer le clan. Mais le territoire est de nouveau menacé par l’arrivée d’un trio atypique : le sphinx (chat dit sans poil) Mugen, Mr Moke le drogué au matatabi et Hyoma le bengal bagarreur.
C’est ce moment délicat que choisi Raiga, le jeune frère de Taiga, pour revenir. Bani du clan pour se coté bagarreur, il est jaloux de Ryusei. Tout ce petit monde va devoir mettre ses différents de coté afin de s’allier, étant tombés dans un traquenard tendu par Hazuki et l’informateur Madara. Mais pourquoi Madara s’en prend au quartier de Nekonaki, et plus particulièrement à Ryusei ?

Ce manga mêle allègrement humour et violence de façon décalée. Le parallèle entre les délinquants et les chats est un élément comique. Mais il est surtout graphiquement très bien représenté. Par exemple, les vêtements et les coiffures humaines font écho à la robe du chat (étoile sur la veste qu’on retrouve sur le torse de l’animal, taches de la robe…) ou les caractéristiques physiques (oreille croquée, balafre…) Le charadesign est très travaillé en ce sens et j’ai adoré.
Mais le parallèle est également valable pour le mode de vie : chacun se bat pour manger, trouver un abri… et conserver son territoire. Le scénario devient évident et brillant.

Ruysei incarne le parfait anti héros du shonen nekketsu par son côté un peu idiot et sa faculté de se faire facilement des amis lors de combats. Les personnages sont tous attachants et touchants. J’aime particulièrement Mochi, un chat domestique un peu trouillard, mais qui se surpasse pour aider le clan.
Cette ode à la liberté est à découvrir pour tout fan d’humour et de chat.

Informations supplémentaires : série en 6 tomes, parus dès février 2020 chez Doki Doki en France (en 2016 au Japon)

Le Challenge Halloween 2021 ~Journal de bord du 15 au 19 Septembre

Certains me penseront folle… En effet, je me lance dans mon troisième challenge pour le mois de septembre!
Pour mon excuse, le mois de la BD est bientot terminé (comme son nom l’indique, il ne dure qu’un mois!) Et je suis tombée par hasard sur le Challenge Halloween. Etant ma fete préférée, je n’ai pu que craquer!

Ce challenge se déroule du 15 septembre au 15 novembre 2021.
Il est tout doux et ne demande pas énormément d’investissement. Il est co organisé par Lou & Hilde.
Sur les blogs, Facebook et Instagram, nous fêtons ensemble l’arrivée de l’automne et la période d’Halloween, entre cocooning, ambiance chaleureuse et douces frayeurs, voire un peu plus – pour les plus téméraires. Suggestion de thématique principale cette année : Cocooning, bien-être, nature, DIY, pour un Halloween bon pour soi et respectueux de la nature ! 
Pour tout savoir sur le challenge, rendez-vous sur le blog de Hilde

Du 15 au 30 septembre : dépoussiérage de PAL, premières suggestions, décorations automnales pour plonger tranquillement dans l’ambiance.
Donc pour démarrer ce challenge, je poste d’abord cet article de présentation 😉
J’ai aussi une jolie pal toute prête grace au Pumpkin Autumn Challenge…. même si celle-ci a un peu fondu, puisque j’en suis à une quinzaine de jours de challenge. Vous pouvez la voir dans mon article dédié et une partie dans la photo ci dessous (avec ma déco automnale plutot minimaliste)

Pour le reste de la semaine, je ne sais pas… J’ai très très envie d’aller zieuter les décos d’halloween dans les magasins. Mais ma santé n’est pas au top ces derniers jours et il ne serait pas prudent de m’aventurer seule sur les routes, d’autant plus que le soleil est de retour cet après midi…

En attendant, je mets aussi mon ordinateur aux couleurs de l’automne 😉

Et vous, décorez-vous votre intérieur pour l’automne?

Lancement du Pumpking Autumn Challenge 2021 ~ Le Grenier des Mystères

Tout comme l’année dernière, je participe au challenge littéraire et cinéphile Pumpking Autumn Challenge se déroulant du 1er septembre au 30 novembre 2021. Il est initié par Le Terrier de Guimause.

Qu’est-ce que ce challenge ?
L’objectif est de vous faire passer la saison de l’automne sous les meilleurs auspices tout en vous faisant lire et découvrir, si vous le souhaitez, des films et des séries ! Tous les formats sont acceptés (roman, bande dessinée, manga, essai, revues, et j’en passe). Et cette année, on rajoute à cela jeux vidéos et jeux de société. De quoi bien passer la saison !

Guimause vous explique tout en vidéo:

Les échanges et discussions se font en partie sur le groupe facebook du challenge
Mais aussi sur un groupe annexe qui parle d’automne, cuisine, crafts, diy… (à noter que ce groupe secondaire est facultatif et que c’est la première année que je le rejoint)
Sur l’un comme l’autre, l’ambiance est bon enfant et bienveillante, avec de partages.
Les amoureux de lecture, cinéma, sf, fantastique, halloween, automne… s’y regroupent avec plaisir.

Ma participation :
L’année dernière j’avais réussi à valider la totalité du challenge avec au moins une lecture ou un visionnage pour chaque catégorie proposée. Cette année, je pense avoir moins de temps pour y parvenir mais je tente de relever le défi au maximum malgré tout.
Voici en images mes choix :

A savoir que je risque de modifier cette pal (qui est plutot une pap = pile à piocher) au gré de mes achats, réceptions, envies, possibilités…
Vous pourrez donc retrouver mes avis ici dans la rubrique Mes visionnages et lectures du mois, ainsi que sans doute un article bilan en fin de challenge.

Comme je suis complètement folle, je me suis également constituée une pile bonus « si j’ai le temps » :

Etes vous tenté par ce challenge ? Y participez vous ? Aimez vous l’automne ? Faites vous des lectures saisonnières, à Noël ou Halloween ?

Le mois de la BD 2021

A l’instar du booktuber belge Ludo Bond, le mois de la BD est un challenge littéraire qui fait écho à l’événement national en Belgique. J’ai découvert ce challenge grace au blog Light and Smell (Merci à toi!) Et sur un coup de tête, je décide de me lancer pour la première fois cette année.

Dates : du 1er au 30 septembre 2021

On peut gagner des points bonus supplémentaires grace aux items

J’avoue faire ce challenge plus pour le fun que pour la compet. Ca me permettra également de découvrir de nouvelles personnes, de nouveaux blogueurs peut être, et aussi de nouvelles œuvres graphiques.
Je constitue rarement des piles à lire à l’avance, mais voici une prévision de ce que je souhaite lire pour ce challenge. Sachant que je risque de modifier tout ça en cours de route selon mes réceptions/envies :

A savoir que la BD vampirique « Fangs » sort le 23 septembre, j’espère la recevoir à temps pour l’intégrer à ce challenge.

J’ajouterai sans doute mes réservations faites à la bibliothèque, si elles se débloquent en septembre. A savoir:

Vous retrouverez bien sur tous mes avis chroniqués sur ce blog !
Avez-vous envie de participer ?
Si oui, ça se passe sur la page facebook du challenge !

[ANIME] Heaven Official’s Blessing/Tian Guan Ci Fu

Série animée chinoise (donghua) de 11 épisodes de 30 mn environ plus un épisode spécial
diffusée en octobre 2020 en Chine et disponible en France depuis avril 2021 sur Netflix
Sur Netflix, le premier épisode est divisée en 2, composant ainsi la série de 12 épisodes et non de 11.
Genre et thèmes : fantasy, mystère, surnaturel, taoisme, fantome, guerre
A partir de 10 ans

800 ans auparavant existait la nation Xian Le. Ce royaume était vaste et disposait de ressources considérables. Xie Lan, le prince héritier, était un jeune homme talentueux qui n’était pas intéressé par le pouvoir et désirait « sauver le monde ». Celui-ci remporta à l’âge de 17 ans les épreuves célestes, et atteint l’immortalité, s’élevant au rang d’officier céleste.
Cependant, il se fit bannir deux fois du paradis et devint la risée des trois royaumes.
Peu de temps après sa troisième ascension, il est privé de pouvoir spirituel. Sans temples ni fidèles, ce dieu pauvre et piteux se voit confier une mission : lever les mystères autour des crimes les plus terrifiants commis par des démons sur Terre. Au cours de ses enquêtes, il déterre de nombreux secrets mortifères qui hantent le paradis et rencontre le mystérieux Hua Cheng, un démon qui gouverne les fantômes et terrifie les cieux… Pourtant, à l’insu de Xie Lian, ce roi démon le surveille depuis très, très longtemps.

Adaptation du light novel de Mo Xiang Tong Chou. (un des plus grands succès de web-littérature chinoise en 2018) 120 000 dessins, 30 dessinateurs vétérans et fans eux-mêmes du livre, des voix de célèbres comédiens de doublage et des chansons du générique époustouflantes : la première saison de l’animé, adulée tout d’abord par la fandom du livre, réussit à toucher un public plus large. L’audimat s’élève à 30 millions rien qu’au premier jour de diffusion, en battant tous les records. Elle est devenue également la première série d’animation chinoise à être diffusée sur la plateforme américaine Funimation. 

Je suis tombée par hasard sur le trailer de ce donghua, avant de me souvenir avoir entendu ses louanges chez la Youtubeuse Sam & les dramas. J’ai donc profité d’une quinzaine où mon entourage m’a abandonnée à mon triste sort pour regarder ma première série chinoise.

Le premier gros point positif de la série est sans conteste son visuel. Le charadesign est à tomber, nous plongeant dans une Chine ancienne remplie de magie et de beauté. Les costumes et les décors sont superbes. N’oublions pas également la quantité de beaux garçons. Puisque l’histoire se veut à tendance boys love, c’est obligé.

Sur ce point, tout est également en douceur. Tout passe par le regard. Aucun baiser et encore moins de nudité, miroir d’une époque pudique et d’un pays suivant l’étiquette. Malgré tout, l’amour semble être quelque chose de très compliqué. Dans la première moitié, Xie Lan poursuit le fantome du marié. Celui-ci enlève et tue de jeunes promises le jour de leur mariage. Dans la seconde partie, le fantome vengeur est une guerrière qui a trahi son pays pour son amant et continue de l’attendre sans qu’il ne vienne. Et enfin, dans la dernière partie, une sorcière provoque tempêtes de sable et égare les voyageurs.

On note que tous ces fantomes coléreux et vengeurs sont des femmes (car oui, on apprendra que le marié fantome n’est pas vraiment celui auquel on s’attend) Si au premier abord j’ai trouvé cela sexiste, il faut noter que ces femmes ont été profondément blessées par l’attitude de la gent masculine (et souvent des officiers célestes). S’il n’y a pas de profonde réflexion à ce sujet dans l’animé, j’espère qu’il est un peu plus développé dans le roman (que je n’ai pas lu)

Autre petite difficulté, il n’est pas facile de comprendre les subtilités de la cour céleste lorsqu’on n’est pas versé dans le taoisme. Heureusement, cela ne gache en rien l’histoire. Ayant fait quelques recherches, voici mes éclairages : les dieux de la religion chinoise s’inscrivent dans une bureaucratie céleste, miroir des fonctionnaires et officiers de l’époque impériale. Les plus importants cultuellement sont les dieux du Sol (quartier, village, champ ou cimetière) et les dieux de la muraille et des douves (villes ou quartiers autrefois murés).Un Dieu du sol, ou plus simplement Tǔdì, est un Esprit/Dieu chinois d’influence locale qui veille à la façon d’un fonctionnaire sur le bien-être des habitants. Des titres de mandarins ou d’officiers de la maison impériale, d’officiers militaires pour les dieux guerriers et de dames du palais pour les déesses étaient attribués aux divinités des temples les plus populaires.

Je n’ai pas vraiment eu de « choc culturel », puisque je connais le principe de réincarnation et l’importance de l’intégration et de la notion d’honneur (personnel, familial, national…) dans la culture chinoise. Mais je me doute que cela peut déstabiliser un occidental lambda.

Netflix nous propose ici la version chinoise de l’animé (mandarin sous titré en français pour la version que j’ai regardé personnellement, mais il doit y voir d’autres options) Apparemment une version japonaise existe également . Mais j’ai apprécié de découvrir l’oeuvre originale avec ses musiques et chansons en mandarin.
A noter qu’en plus du roman, il existe une version manhua illustrée par l’artiste STARember . Celle ci me fait de l’oeil mais hélas elle n’a pas été éditée en France. Une seconde saison aurait été préparée. A quand sur Netflix ?

Une série animée originale, sombre et intrigante qui ne se contente pas d’une simple histoire d’amour platonique. Suivons la quête existentielle de Xie Lian, un idéaliste à la Don Quichotte, qui se nourrit de la haine face à la cruelle réalité, avant de devenir un dieu taoïste apaisé à l’esprit ouvert.

[TAG] Une enquête à mener dans votre bibliothèque

Après un passage chez Lnad6d2, Sherlock Holmes est venu enquêter dans ma mangathèque personnelle. Voici le fruit de ses recherches.

Nota : je corse un peu les choses en limitant ce tag à ma mangathèque, donc sans inclure les romans.

Un livre dont le titre commence par l’initiale de ton nom de famille
« Ludwig Revolution »
Ludwig est le prince héritier de son royaume. Mais celui-ci a un tempérament des plus singuliers : seules les femmes avec un bonnet de taille E l’intéressent. Menant une vie de débauche qui finit par excéder son père, ce dernier l’oblige à partir en voyage afin de ramener une épouse.
Shojo fantastique et humoristique de ma mangaka préférée Kaori Yuki. Cela me fait penser que je ne vous en ai jamais parlé… Erreur à réparer tant ce conte saugrenu est à découvrir !

Un livre dont l’auteur.e a un prénom qui commence par la même lettre que toi (ou le même prénom que toi, encore mieux)
Van Rah
J’ai eu du mal à trouver un auteur commençant par un V…
VanRah est l’auteure de plusieurs séries. Autodidacte, elle a débuté en tant qu’encreuse de comics. Elle décide de poursuivre en solo et choisit finalement le style manga dont les codes lui permettent une plus grande liberté d’expression. La finesse de son dessin et la qualité de ses intrigues lui ont valu, en 2016, d’être reconnue comme l’un des dix meilleurs talents et espoirs du manga par le magazine japonais Shônen Jump +.
Sa série Stray Dog (chez Glénat) a été plusieurs fois primée en France et à l’étranger, notamment par le magazine spécialisé Animeland pour le prix du Meilleur manga international 2015, et nominée aux Japan Expo Awards 2016 dans la catégorie Meilleur manga international. 

Un livre qui a un joli titre, selon toi
« L’oiseau de Shangri La »
Apollon, hétérosexuel et en plein processus de divorce, est engagé dans un établissement de prostitution masculine du nom de Shangri-La. Son travail est de faire naître le désir chez les prostitués avant que ceux-ci n’aillent satisfaire le client. Afin d’être formé à son rôle, il est confié à Fee, l’un des prostitués ; mais si Apollon est habitué aux femmes, caresser des hommes pour la première fois s’avère compliqué. D’autant que Fee n’a de cesse de tenter de le séduire…Apollon parviendra-t-il à s’habituer à son nouveau job ?
Alors oui, le synopsis de ce boys love peut être racoleur… Ce manga est dans ma wishlist. Aussi je ne peux vous donner mon avis. Mais j’aime son titre autant que sa couverture.

Un livre dont le titre contient un mot que tu ne connais pas
« Trisagion »
La définition de ce mot est : Triple acclamation liturgique où le mot « saint » est prononcé trois fois. Merci google.
Quand au synopsis du manga : Depuis la nuit des temps, les hommes affrontent les Nihiles, les anges déchus qui infiltrent notre monde. XIXe siècle – Orphelin depuis l’attaque de ces créatures malfaisantes, Levy devient le disciple du grand mage et inventeur Thomas Edison. Son objectif : intégrer Trisagion, l’agence d’exorcisme luttant contre les anges déchus. Parviendra-t-il à résister au déchaînement des forces occultes qui menacent le monde ?
Encore un manga qui fait partie de ma pile à lire…

Un livre dont le titre forme une phrase complète
« Que sa volonté soit faite »
Keima Katsuragi, un lycéen de seconde année, est un avide joueur de sim-dating. On le connaît sur Internet comme le « Dieu des Conquêtes » pour ses compétences légendaires de pouvoir « capturer » n’importe quelle fille 2D dans des jeux. Cependant, dans la vrai vie, on connaît Keima comme « otamegane », un jeu de mots entre otaku et megane (lunettes). Un jour, Keima reçoit un courrier électronique lui offrant un contrat pour « capturer » des filles. Il accepte ce qu’il pense être un défi et un démon de l’Enfer surnommé Elsee apparaît. Elle demande sa coopération pour l’aider dans sa chasse aux esprits fugitifs. Ces esprits se cachent à l’intérieur du cœur des filles et Elsee suggère que la seule méthode pour faire sortir les esprits de force est de faire tomber ces filles amoureuses.
Un shonen comique dont je n’ai lu que les trois premiers tomes il y a longtemps, lors de mes débuts avec le genre. Il ne m’a pas laissé un souvenir impérissable.

Un livre à la couverture très réussie
« Innocent Rouge »
À l’aube de la Révolution, Charles-Henri Sanson, maître des hautes oeuvres de Paris, règne sur la famille des exécuteurs de France. Sa jeune sœur Marie-Josèphe, en charge de l’office de Versailles, devient incontrôlable à la mort d’Alain, son premier amour. Elle se jure de le venger en éliminant son assassin et ne recule devant rien pour renverser le système injuste qui lui a coûté la vie.
J’ai longtemps hésité pour répondre à cette question. Car souvent je suis attirée par la couverture ou le charadesign d’un manga avant son synopsis. J’ai finalement opté pour la dernière série de Sakamoto Shinichi, dont j’adore et j’admire la patte. Cette série est en cours de lecture chez moi.

Un livre au titre très petit
« Im »
Depuis qu’elle est toute petite, Hinome n’a aucun ami. À l’école, on la dit maudite… Et pour cause : chaque son qui sort de sa bouche se transforme en flamme mortelle ! Alors qu’elle rentre comme d’habitude chez elle sans avoir parlé à qui que ce soit de la journée, elle tombe sur un étrange garçon en pleine cavale dans les rues de Tokyo. Elle lui propose de l’héberger, avant de découvrir qu’elle a devant elle rien de moins qu’Imhotep, le plus grand prêtre-sorcier de l’Égypte ancienne ! Malgré ses airs d’adolescent, il cache d’immenses pouvoirs… si grands qu’il s’est attiré la colère des dieux. Considéré comme le pire criminel de tous les temps, il a été condamné à un sommeil artificiel…
Un shonen surnaturel qui est également dans ma pile à lire. Je suis curieuse de le découvrir, comme je suis fan d’égyptologie. A voir si le scénario tient la route ou si c ‘est trop farfelu pour moi.

Un livre au titre très long
« L’épouse du dieu de l’eau »
Le village de Soah est victime de sécheresse. Celle-ci est envoyée en sacrifice au dieu de l’eau, Habaek pour calmer sa colère. D’après les habitants, Habaek serait un monstre qui mangerait ses épouses. Terrifiée par les dires et les rumeurs de son village, Soah sera surprise d’être très bien accueillie dans le royaume de l’eau. Elle qui croyait avoir à faire un monstre, découvrira la véritable apparence d’Habaek.
Il existe sans doute des titres plus longs, mais c’est le premier qui m’est venu en tete. Un manhwa poétique que j’ai aimé également découvrir en version live dans le drama coréen éponyme.

Un livre minuscule, mais pas le moins épais
La plupart des mangas font une taille standard,. Il est donc compliqué pour moi de répondre à cette question car je n’en ai pas ayant une « petite » hauteur.

Le livre le plus grand, mais pas le plus épais
« Saiyuki »
Le Togenkyo est un monde paisible, une contrée ou après d’effroyables combats entre les humains et les yokais, la paix et l’harmonie régnèrent pendant 500 ans. Mais voilà, aujourd’hui, quelqu’un tente de ramener à la vie le roi-démon Gyumao… et cela génère des ondes d’énergie maléfique qui se déversent sur tout le territoire, rendant fous les yokais et réveillant en eux de sombres instincts qui les poussent à massacrer les humains.
J’ai plusieurs mangas de taille au dessus de la moyenne. Mais j’ai choisi « Saiyuki » car c’est la première série de haute taille que j’ai achetée. Mais sans doute aussi car c’est mon manga préféré ever.

Et toi? Laisseras-tu Sherlock fouiner sur tes étagères? N’hésite pas à répondre à ce tag ici ou sur ton blog. Dans ce cas, donne-moi en l’url que je vienne te lire!