Bloody Prince

couverture bloody prince
Mana est une exorciste spécialisée dans l’élimination des vampires. Afin de succéder à son père, elle doit procéder à la destruction du suceur de sang qui, parait-il, fait des ravages dans un lycée. Mais Okamoto, ledit vampire, est en réalité tout sauf dangereux : il ne mord personne et semble même un peu simple d’esprit… Cependant il apprend à Mana que les vampires modernes ne craignent aucun des outils habituellement utilisés par les exorcistes : ail, crucifix, plus rien ne les effraie ! Évidemment, ils ont toujours besoin de sang, mais ils peuvent survivre grâce à des transfusions de sang permanentes. Pour Mana, qui s’aperçoit que toutes ses connaissances sont obsolètes et qui doit se renseigner sur les nouveaux us et coutumes des suceurs de sang pour le compte de son père, l’enfer commence car son professeur est loin d’être un cadeau !
bloody prince
Ce manga en trois tomes se lit rapidement. Il ‘na rien de sombre. Au contraire, il est plein d’humour et je pense qu’il plaira aux ados. Les dessins sont sympas, frais et dynamiques. Le scénario est plutot basique comme il repose sur le triangle amoureux mais reste efficace. Comme c’est le premier manga de l’auteur, on reste indulgent et on profite de ce moment de divertissement.
planche bloody prince
Informations complémentaires :
manga en 3 tomes – éditions Soleil manga – 2013 – 6,99 euros le tome

Publicités

Tokyo Room de Kinoko Kinoshita

Kinoko Kinoshita, auteure de manga, décide de vivre en colocation avec deux de ses amies, Nao et la prof de yoga Yayoi. Les hauts et les bas de la vie en colocation dans une maison transformée en atelier…
couverture tokyo room
C’est un one shot (histoire en un seul volume) que j’ai découvert par hasard dans la boite à livres de mon boulot. Curieuse, je l’ai lue et j’ai passé un réel bon moment. L’auteure raconte sa propre expérience en matière de colocation avec beaucoup d’humour. Les dessins sont simples et frais, collant bien à l’ambiance du manga.
J’ai personnellement adoré le passage sur les repas. Et j’avoue que les dessins de plats m’ont donné faim (En même temps, c’était un samedi en fin de matinée et je n’avais pas de pause déjeuner…) D’ailleurs on retrouve des photos réelles des plats en fin de volume.

planche tokyo room
Un manga différent de ce que j’ai l’habitude de lire mais plaisant. Il donne envie de tenter la colocation !

Informations supplémentaires:
Editions Clair de Lune – octobre 2014 – 144 pages

100 Demons Of Love de Pedoro Toriumi

Coco, 15 ans est une jeune fille qui a la particularité de voir les fantômes. Mais un jour, en allant au lycée elle voit pour la première fois deux démons, deux frères terriblement beaux : Leo et Toa. Alors qu’elle se fait agresser par l’esprit d’un chien noir, Coco, pleine de pitié pour cet esprit, dégage un pouvoir spécial qui va intéresser les deux frères démons. Quel est ce pouvoir qui habite la jeune fille et qui attire les démons?
couverture japonaise 100 demons of love

C’est un manga en sept tomes, plutot destinés aux adolescentes. Il se lit rapidement mais cela n’altère en rien sa qualité. Le scénario est plutot classique (le triangle amoureux) mais les dessins sont très beaux. Coco est une jeune fille attachante pleine d’humour, ce qui permet de belles scènes droles qui contrebalancent le coté dramatique d’autres. Les frères Kiriyu sont beaux et aux caractères opposés, chaque lectrice trouvera son préféré.
Le début de l’histoire est intéressante avec les fantomes japonais qui apparaissent régulièrement. C’est un peu dommage que l’aspect culturel n’ait pas été plus développé en ce sens, mais je pense que je réagis ici en tant qu’adulte occidental, et que les jeunes lectrices s’en fichent un peu. L’éditeur classe cette série dans la catégorie « gothique », mais personnellement je trouve les tomes un peu légers malgré la présence de monstres et des combats entre démons et anges. Les derniers volumes parlent de déités, d’anges… avec entre autres, l’apparition de Zeus qui est… une femme ! Un autre aspect intéressant et original. L’histoire traite de façon fantastique de l’amour, l’amitié, la fidélité, la pureté… des questions existentielles. Les plus jeunes pourront facilement s’identifier à Coco.

planche 100 demons of love

Chaque volume propose des bonus qui permettent de connaître l’envers du décor du manga. C’est un plus que j’aime beaucoup.
Une série fraiche, distrayante et prenante que je recommande aux jeunes filles, aux fleurs bleues et aux fans de bishos.

>Lire un extrait <

100 demons of love
7 tomes (160 pages environ chacun) parus en France en 2016 chez Soleil Manga – 6,99 euros le tome – dès 8 ans

Anne Frank au pays du manga

Sous ce nom étrange, une BD reportage adjointe d’un web documentaire.
Par Alain Lewkowicz, Vincent Bourgeau, Samuel Pott et Marc Sainsauve
anne frank au pays du manga couverture
Au Japon, « le journal d’Anne Frank » reste un inusable best-seller. A tel point que son destin tragique est même réinterprété en manga. Que révèle ce succès sur la mémoire de la Seconde Guerre mondiale au sein de la société nippone ? Un voyage en BD documentaire interactive pour comprendre ce qui, de la Shoah et d’Hiroshima, peut (ou non) constituer une expérience commune au Japon et à l’Europe.
anne frank au pays du manga
Depuis sa première publication en 1952, « le journal d’Anne Frank » est le plus lu et le plus étudié des livres étrangers au Japon. Toutes générations confondues, tout le monde connaît la petite fille d’Amsterdam et son destin tragique. Un best-seller, également disponible en manga, mais dans lequel Anne Frank est simplement perçue comme l’héroïne d’un roman à succès à la conclusion cruelle et émouvante. Au pays du soleil levant, peu nombreux sont ceux qui connaissent la Shoah. Une histoire bien trop lointaine pour les Japonais, malgré leur alliance avec le Troisième Reich. Ils ne semblent pourtant pas non plus bien connaître leur propre histoire : « La guerre, c’est horrible. Et nous en avons été les plus grandes victimes lorsque les Américains ont largué leurs bombes atomiques sur nous. », dit Makoto Otsuka, le directeur du mémorial à Anne Frank et à la Shoah, situé non loin d’Hiroshima et unique en Asie. Et c’est l’idée vague qui fait à peu près consensus au Japon.

Racontant à la première personne le voyage de ses auteurs, cette BD documentaire interactive explore les représentations du passé dans la société japonaise d’aujourd’hui. Le Japon a adopté Anne Frank, figure universelle, pour en faire un manga, une forme spécifiquement japonaise mais que le monde entier s’est désormais appropriée. Pied-de-nez, mais aussi véritable tentative de jeter un pont entre deux cultures, les auteurs racontent leur parcours d’Occidentaux au Japon en « web-manga », mêlant dessins, photographies, sons et vidéos, pour dissiper le brouillard du relativisme culturel qui nimbe généralement l’Asie lorsqu’elle est observée depuis l’Occident.


On peut donc lire cette BD sur le net ou tablette (lien ci dessous). Personnellement, j’ai lu la version papier (qui contient des Qrcodes pour aller plus loin dans la découverte avec des vidéos dont des interviews, des diaporamas, etc) Un voyage étonnant qui jete un regard nouveau sur le sujet. A découvrir absolument.

Infos :
lien webdocumentaire : annefrank.arte.tv
BD documentaire en noir et blanc de 96 pages-2013 – 19,90 euros – à partir de 14 ans

Rumiko Takahashi ~ Grand prix 2019 Festival d’Angoulême

C’est une première ! Le festival de la BD d’Angoulême a décerné le 23 janvier dernier son Grand Prix à une mangaka !
rumiko takahashi
Habituellement, ce festival ne récompense que rarement des femmes… et jamais d’auteurs japonais. Depuis sa création en 1974, le Grand Prix n’a été décerné qu’à un seul Japonais, Katsuhiro Otomo, en 2015, et à une seule femme, Florence Cestac, en 2000 (Claire Bretécher recevant un « Grand Prix du dixième anniversaire » en 1983). De quoi faire jubiler les otakus francophones qui savent que le manga tient le haut des ventes de la bande dessinée en France.
rumiko takahashi et lamu
Une grande partie des œuvres de Rumiko Takahashi, 61 ans, sont publiées en France, mais les lecteurs retiennent avant tout qu’elle est la créatrice de Maison Ikkoku (que nous connaissons bien en dessin animé sous le titre de Juliette je t’aime) et de Ranma 1/2. Deux séries dont les adaptations télévisuelles ont cartonnées dans le Club Dorothée dans les années 1990, portant ainsi son œuvre au rang des mangas cultes pour les lecteurs français.
rumiko takahashi et ses personnages
Née en 1957 à Nigata au Japon, Rumiko Takahashi commence sa carrière en 1978 avec Urusei Yatsura (Lamu en français, également connu des adeptes du Club Do) après avoir appris son métier dans la prestigieuse école de manga Gekiga Sonjuku. A la différence d’une majorité de ses consœurs, l’auteure ne va pas adresser ses mangas à une cible féminine, mais dessiner des shonen, (histoires destinées aux garçons.) Elle est l’une des premières femmes à se lancer dans ce segment.

Virtuose de l’humour potache et tonitruant, l’auteure a achevé sa dernière série, Rinne en décembre 2017.

Le mari de mon frère de Gengoroh Tagame

couvertures le amri de mon frere
Synopsis :
Yaichi élève seul sa fille. Mais un jour, leur quotidien va être perturbé… par l’arrivée de Mike Flanagan. Ce Canadien n’est autre que le mari de son frère jumeau. Suite au décès de ce dernier, Mike est venu au Japon, pour réaliser un voyage identitaire dans la patrie de l’homme qu’il aimait. Yaichi n’a pas alors d’autre choix que d’accueillir chez lui ce beau-frère homosexuel, vis-à-vis de qui il ne sait pas comment il doit se comporter. Mais ne dit-on pas que la vérité sort de la bouche des enfants ? Peut-être que Kana, avec son regard de petite fille, saura lui donner les bonnes réponses.


Mon avis :
Intriguée par le titre, j’ai lu les premières pages de ce manga durant ma pause au boulot… Et je n’ai pas voulu le refermer avant d’en connaître la fin ! Un manga original avec des personnages attachants qui pose sans doute les vraies questions sur l’homosexualité, que ce soit au Japon ou ailleurs. La petite Kana est vraiment adorable et on se sent triste de refermer le dernier volume, mais 4 tomes sont parfaits, il n’aurait pas fallu délayer ou poursuivre juste pour continuer.
Les graphismes sont eux aussi agréables, simples et frais. Un manga positif, intelligent et profond que je recommande.

>Lire un extrait<
vignette manga le amri de mon frère
L’auteur :
Né en 1964, Gengoroh Tagame est un spécialiste de l’homosexualité car ses œuvres traitent toutes de ce sujet. Ses manga ssont Shirogane no Hana, Kimi yo Shiru ya Minami no Goku, ou encore Virtus… Je n’en ai lu aucun pourtant. Il est très connu également en dehors du Japon et tient de nombreuses expositions de ses illustrations.

Informations complémentaires :
Editions Akata – 4 volumes (série terminée) – 7,95 euros le volume
Une mini série (drama japonais) de 3 épisodes est sorti au Japon en mars 2018 sur NHKBS Premium
drama et manga le mari de mon frere

Scarlet Soul

Scarlet Soul est un shojo fantasy de la mangaka italienne Kira Yukishiro.
scarlet soul tome 1
Synopsis :
Dans le royaume de Nohmur, les humains vivent en paix depuis que les exorcistes ont repoussé les démons et scellé le passage menant au monde démoniaque de Rumhon. Deux soeurs, Lys et Rin Shirano, veillent sur la barrière des cent Autels qui maintient l’équilibre entre les deux mondes grâce à l’épée des cent âmes. Mais un jour, Lys disparaît brusquement en laissant derrière elle l’épée sacrée qui réagit étrangement à un phénomène mystérieux. Accompagnée de son ami le démon Aghyr, la jeune Rin entreprend un voyage dans l’espoir de retrouver sa sœur à travers un royaume de nouveau menacé.


Mon avis :
En général je ne suis pas trop adepte des shojos purs (sauf pour les beaux personnages masculins hihi) Et le début de ce manga m’a paru classique. Mais comme j’ai beaucoup aimé les dessins, que ce soit le charadesign ou la multitude de détails des décors, j’ai poursuivit la lecture… Avec plaisir ! L’intrigue semble bien ficelée, bien que classique pour le moment. Les personnages sont attachants et j’ai envie de voir l’évolution entre le couple Rin-Aghyr. Je pense que les fans de shojo fantasy devraient être rapidement sous le charme de cette série.

L’auteure :
Kira Yukishiro, 23 ans, vit dans une région du nord de l’Italie. Elle a commencé à se passionner pour le Japon à 12 ans en lisant « Sadako will leben ». Elle a commencé à dessiner des mangas autour de 18 ans en autodidacte.
scarlet soul
Informations complémentaires :
Editions H2T – premier tome paru le 28 octobre 2018 – 7,95 euros

>Pour lire gratuitement le premier chapitre<

Les Brumes d’Arcadia de Y. Postel et M. Betinelli

BD française écologique pleine d’humour.
couverture les brumes d'arcadia
Synopsis :
Arcadia, une planète peuplée uniquement de robots. Ni humains, ni animaux, ni végétation. Un monde refermé sur lui-même, sans mémoire de son passé et entouré par un immense nuage sombre et toxique, empêchant les habitants de partir. Le docteur Data, éminent scientifique tente d’informer le Haut-conseil de ses dernières découvertes : le mur de brume semble se resserrer petit à petit sur leur monde menaçant de l’engloutir un jour.
Le conseil rejette ces spéculations et lui confie une enquête plus importante: neutraliser un robot incontrôlable qui s’attaque à plusieurs arcadiens…

Mon avis :
D’abord peu emballée par le charadesign et les couleurs à dominante un peu trop « vert caca d’oie », je me suis surprise à me laisser vite emporter par l’histoire et notamment sa dimension politico-écologique très actuelle. Il est facile de faire le parallèle entre nos dirigeants politiques qui ne pensent qu’au profit sous couvert de bonnes intentions, et l’attitude de Linux pour Arcadia.
Heureusement, cette bd sf sait ne pas se prendre au sérieux avec de nombreux clins d’oeil geek (les noms des robots sont évocateurs, par exemple, ou encore ils utilisent un tétris comme moyen de défense pour écraser les espions,…) et dialogues croustillants.
La fin a réussi à me surprendre. Un régal d’aventures basé sur un scénario intelligent. Je recommande.

Informations complémentaires :
parution octobre 2018 – Editions H2T – 208 pages – 17,95 euros
>Découvrez un extrait gratuit <
enveloppe animée
Concours :
Pour gagner votre exemplaire des Brumes d’Arcadia, c’est très simple…
Il suffit de :
~vous abonner à mon blog (bouton bleu dans la colonne de droite)
~aimer la page facebook partenaire Editions H2T
https://www.facebook.com/EditionsH2T/ (donnez votre pseudo pour vérification)
~dire en commentaire quel est votre bd/manga préféré

Fin du concours : le 28 décembre 2018 à minuit
Tirage au sort effectué via random. Le gagnant aura une semaine à parution des résultats pour se manifester, sous peine de retirage.
Le lot vous sera envoyé par la boutique.
Nous ne pouvons etre tenu de la perte ou du dégat du colis par La Poste

cadeaux de noel
Concours remporté par Eloneko28

Edit du 11/01: Sans nouvelles de la gagnante précédente, Florence Deleglise remporte la BD!!

Marion de Yuu Hisaka

Nouvelle série manga chez Komikku Editions, Marion se passe durant la drole de guerre, avec pour héroine une nouvelle Jeanne d’Arc.

couverture manga marion

Synopsis :
1939, Marion Lamy est une adolescente orpheline qui vit de petits boulots. Repérée dans la rue grace à son chant, on l’emporte à Paris pour la vendre dans une maison close. Traumatisée par une tentative de viol, elle s’échappe.
Un an plus tard, alors que l’armée allemande avance vers la France, on la surnomme « Le Chaton ». Elle se donne en spectacle dans les rues pour détourner l’attention des passants afin que ses amis vagabonds se servent sur les étals. Elle vit dans un ancien puits. Après une maraude, elle est poursuivie par Aaron Rosenberg, le directeur musical d’un music hall réputé, qui lui demande de chanter au Doelion après l’avoir entendue en faisant la soupe. Après avoir refusé, elle finit par tenter sa chance. Elle subit alors un entrainement drastique pour incarner Jeanne D’Arc dans un spectacle de propagande.

manga marion

Mon avis :
Gohyakunenme no Marion (titre original) est un manga créé en 2017 par Yuu Hisaka et classé dans la catégorie Seinen (pour adultes). Il a d’abord été prépublié chez l’éditeur japonais Tokuma Shoten dans le magazine Comic Zenon (Arte, Assassins, Grendel) et est licencié en France par Komikku Editions où il sort sous la forme de deux tomes
Le dessin m’a fait penser aux mangas des années 80 par son style classique et réaliste. De superbes décors parisiens avec des noirs et blancs lumineux. Par ce scénario prometteur, Yuu Isaka dessine une héroine haute en couleur mais naive, qui n’est pas sans m’avoir fait penser à Candy Candy, héroine de mon enfance.
Un manga qui se lit d’une traite, malgré les nombreux flashbacks et retours en arrière imbriqués les uns dans les autres, qui rendent la lecture parfois un peu malaisée. Chaque chapitre est clos par une histoire parallèle d’une page, ajoutant une touche humoristique à l’histoire.
Ce manga est un chant d’espoir sur fond de guerre. Prometteur, il accroche le lecteur qui a hate de lire le second tome.

manga marion

Informations complémentaires :
Editions Komikku- septembre 2018- 190 pages – 8,50 euros

> Découvrez un extrait gratuit <

manga marion

Japan Party

Japan Party est LE livre d’inspiration rêvé pour toutes celles qui aiment le papier et les loisirs créatifs.
couverture livre japan party
Embarquez pour le pays du Soleil Levant et prenez le temps de découvrir de nouvelles idées et de créer vos objets déco. À l’intérieur, 3 univers thématiques pour toutes les envies : des centaines d’illustrations traditionnelles, kawaï ou graphiques à découper et à customiser.
Boîtes aux couleurs pop et motifs stylisés, invitations, to-do list, origamis, mini-carnet,… laissez vous séduire par une explosion de couleurs et d’énergie !
Sans oublier les cartes postales pailletées, les étiquettes, les marque-pages et les autocollants tout faits à détacher. Une multitude d’activités originales et créatives vous attend, pour des moments de plaisir… et un résultat vraiment extra !


Informations complémentaires :
Le livre des paper lovers ! Editions Prisma – ISBN : 9782810424559 – Juin 2018 – 210 x 260 mm –
19.95 €