La saison d’Halloween 2021 à Disneyland Paris

Cela fait très (trop) longtemps que je ne suis pas allée dans un parc d’attraction, et d’autant plus à Disneyland Paris. J’aimerais beaucoup y aller à l’époque des citrouilles. Après quelques recherches, voici les nouveautés de cette année.

Le Festival d’Halloween s’y déroule depuis le premier octobre et se terminera le 7 novembre.

Côté décoration du parc, pas de nouveauté. Visiblement, elles sont les mêmes depuis 2018. Cela n’empeche pas qu’elles soient jolies.

De même, les personnages revetiront leurs traditionnelles tenues d’Halloween sans changement. Mickey et Minnie ont des tenues vestimentaires mexicaines faisant penser au film Coco. Ou Max un costume orangé jonché de toiles d’araignées.

Quant aux Vilains, ils sont à l’honneur sur la scène du Castle Stage ou encore à Studio Theatre à la place des Héros Marvel pendant la saison de Halloween.

On peut bien sur retrouver tout ce beau monde durant les parades, notamment un char avec Maléfique (version dragon).

Côté photo, les magic shot sont des « photomontages » à réaliser au parc. On retrouve le Chaudron et la Citrouille enflammée sur Central Plaza ainsi qu’un tout nouveau magic shot avec Big Thunder Mountain en fond à Frontierland !

Pas mal de nouveautés côté menu. On retrouve le « Méchamment Délicieux » à Vidéopolis. Il est composé d’un burger violet avec pickles de chou rouge, cheddar et roquette ainsi que d’une pomme en dessert avec mousse de pomme verte, compotée de pomme et biscuit aux amandes. Par contre, j’ai eu des échos négatifs sur le web… Un autre menu s’appelle « Méchante Reine ». Espérons qu’il soit meilleur.
De nouveaux snacks sont également disponibles dont un magnifique cupcake Maléfique. Qui craquera pour le « Sabl’EffrayantMickey » ou le sablé Cruella ?

Côté shopping, une toute nouvelle collection « Fabulously Villainous » dessinée par les équipes de Disneyland Paris, mettra fièrement à l’honneur les Méchants Disney sur un sweat, une écharpe, un parapluie, des badges ou encore un gobelet lumineux.

Pour ceux qui ne peuvent pas se rendre au parc mais souhaitent malgré tout décorer leur intérieur façon Disney, de nombreux produits sont disponibles sur le Disneystore en ligne ou en boutique. Personnellement j’adore le sweat Oogie Boogie.

En conclusion, les animations souffrent elles aussi de la pandémie. C’est bien dommage. Mais l’année 2021 marque aussi le grand retour de l’iconique Soirée Halloween Disney ! Cette soirée unique, organisée le 31 octobre de 20h à 2h du matin dans le Parc Disneyland (accessible dès 17h), proposera une sélection d’attractions ouvertes en nocturne ainsi que de nombreuses surprises et animations méchamment drôles concoctées par les Méchants Disney… J’espère que certains d’entre vous pourront en profiter !

Le musée international du manga de Kyoto

Le musée international du manga de Kyoto est le premier du genre, même au Japon.

Ouvert en 2006, ce palais a pour but de consacrer les mangas comme éléments à part entière des arts japonais. A l’image de la bande dessinée franco-belge, que l’on désigne chez nous comme « neuvième art », les mangas sont aujourd’hui une véritable fierté nationale au Japon. Le musée qui a ouvert à Kyoto il y a 15 ans retrace donc l’histoire de cet art visuel qui a permis au pays d’exporter sa culture dans le monde entier. Je vous rappelle que la France est le second pays consommant le plus de mangas après le Japon.

Ce musée est une bibliothèque immense, entouré de jardins où les visiteurs peuvent s’étendre pour lire. De quoi rêver ! A l’intérieur, le « mur des mangas » parcourt l’intégralité du bâtiment sur ses deux étages. On y trouve aussi bien sûr des mangas traduits en langue étrangère, deux rayons uniquement pour les lecteurs français, comme pour les anglophones, mais aussi des livres en thaïlandais, danois, chinois, norvégien… A noter que le musée possède une section de livres pour enfants ainsi que des “kamishibai”

Au deuxième étage, se trouvent les expositions. L’exposition permanente retrace l’histoire des mangas modernes, ceux qui sont apparus pendant l’après-guerre, nés de la convergence entre les arts visuels traditionnels japonais et les éléments de la culture américaine ramenés par les GI sur l’archipel. Le meilleur exemple qu’on puisse donner de cette fusion est bien sûr Astro Boy (Tetsuwan Atomu) de Tezuka Osamu, l’homme qu’on considère toujours aujourd’hui comme le père des mangas japonais contemporains. Vous connaissez sans doute Astro le Petit Robot, si vous êtes de la génération Club Dorothée…

En parallèle, on trouve des expositions temporaires, comme dans tout bon musée. Celles ci sont bien sur également sur le thème des mangas. Il propose également de nombreuses animations. Tous les samedi et dimanche, ainsi que durant les vacances scolaires japonaises, le « manga studio » permet d’observer le processus de création d’un manga avec des dessinateurs professionnels en chair et en os.

Situé dans le quartier central de Kyoto, le musée international du manga est vite devenu un incontournable des visites.
Vous pouvez vous renseigner sur les conférences et événements qui y ont lieu sur leur site : https://www.kyotomm.jp/
L’entrée coûte 900 yen (environ 7 euros)

Dix endroits typiquement japonais

Les fans de Japon revent souvent devant les lieux mythiques du pays. Et se demandent pourquoi nous n’avons pas la même chose en France. Petite revue avec parfois tentative d’explication.

Le konbini

Abréviation de convivence store, le konbini est une épicerie locale mais son concept est bien différent de la notre. Malgré sa petitesse, le konbini propose une variété de produits (alimentation, boissons, presse, petite papeterie, produits ménagers, hygiène…) mais surtout des services tels que distributeur de billets, photocopie, internet, billetterie… Mais surtout, il est possible d’y manger des plats préparés rapides à réchauffer et déguster sur place. Les devantures sont de grandes vitrines. Ces échoppes sont ouvertes 24h/24 et sont souvent tenues par un seul employé durant la nuit.
C’est sans doute là que réside le problème pour la France : difficile d’obtenir des autorisations pour être ouvert en permanence. Sans parler des problèmes d’insécurité.

Les restaurants où on mange debout

Ces restaurants n’ont aucun siège. Situés dans des quartiers à forte densité de population travailleuse, ils permettent de servir de la nourriture goûteuse à un maximum de personnes et en un temps record. C’est un réel gain de place pour manger rapidement le midi dans un pays où on mange souvent seul. Le service est hyper rapide pour que les salarymen puissent faire le plein d’énergie en quelques minutes, entre deux rendez-vous ou en attendant leur train.
Un rythme de vie que nous ne connaissons pas. Même le midi, les salariés vont au resto ou en cantine entre collègues et aiment passer du temps à papoter en mangeant. C’est dans notre culture.

Le capsule hotel

Concept inventé dans les années 70, ce type d’hotel typiquement japonais consiste en dortoir commun alignant des chambres de 2m2 environ. Chaque chambre contient un lit, un réveil, une connexion à internet, et parfois une télé, pour une trentaine d’euros en moyenne. Les sanitaires, la petite restauration et les casiers sont publics. Les capsules ne sont pas munies de portes rigides mais plutôt d’un rideau laissant passer tous les bruits, à commencer par les ronflements plus ou moins discrets des voisins de chambrée. Il est interdit de parler dans les couloirs par exemple.
Le coté exotique de ce type d’hotel peut attirer certaines personnes, mais ils manquent cruellement d’intimité et sont mixtes. C’est un concept particulier, au confort spartiate, sans doute compliqué à importer car les Européens n’ont pas les mêmes besoins. Pourtant, un projet d’hotel capsule est en chantier à Marseille. A voir si le concepteur du projet sera suivi.

Le manga café

Autre endroit typiquement japonais, le manga café est largement plébiscité par les européens. Bien sur, certains existent en France. Mais en grattant un peu, on se rend vite compte que les mangas cafés japonais sont d’une toute autre envergure (et rendent les cafés français minables, désolée)
Au Japon, on loue un box ou un fauteuil ou un espace… pour une heure minimum. Cela peut s’étendre jusqu’à plusieurs jours. Dans cet espace, on peut lire ou dormir. L’offre de lecture est immense et en libre service. On y trouve de quoi se restaurer (snacks, glaces, mais aussi du thé et des plats chauds) Les boissons y sont souvent gratuites. Mais aussi de quoi se connecter. Moins cher qu’un capsule hotel, il n’est pas rare que des jeunes louent un box pour la nuit quand ils ratent leur train par exemple.

Les game center

On peut trouver des game center en France, mais là encore, ils sont bien différents de ce qu’on trouve au Japon. Chez nous, ce sont essentiellement des salles remplies de bornes d’arcades, plus ou moins récentes.
Au Japon, les game center proposent des jeux très diversifiés, ainsi que des ordinateurs en réseaux pour jouer uniquement. Quant aux jeux physiques, l’éventail va du jeu de cartes, des simulateurs au jeu de danse ou de musique. Ils s’étendent sur plusieurs étages et contiennent d’autres attractions comme des machines à gashapon, des machines à pinces, des photomatons japonais appelés purikura…
Il faut se rappeler que tous ces jeux sont sous licences et qu’il est difficile de les obtenir pour un game center français. Pareil, le problème de l’ouverture non stop (24h/24 et même les jours fériés) pose un souci de taxes.

Le pachinko

C’est le sseul jeu d’argent autorisé au Japon car il est « déguisé ». Pour rappel, les jeux d’argent sont interdits au Japon et en Corée, et notamment tout ce qui est casino, pour éviter les dépendances et addictions. Seuls les étrangers sont admis dans ces établissements. Si un coréen est surpris dans un casino touristique, il encoure jusqu’à 3 ans de prison. Les jeux d’argent en ligne sont également interdits. Néanmoins des sociétés étrangères (américaines par exemple) en proposent car elles ne sont pas soumises aux lois du pays. Mais il est souvent difficile pour les coréens de s’y inscrire car le gouvernement bloque l’accès aux sites ou ralentit la connexion.

Le pachinko est un jeu de billes. Les joueurs achètent un grand nombre de petites billes en métal qu’ils insèrent dans la machine une fois assis devant. Le seul contrôle qu’a le joueur est la vitesse à laquelle les billes sortent. Les billes métalliques tombent alors sur une surface de jeu verticale plantée de nombreux clous, parfois sans les toucher, mais occasionnellement elles tombent dans certains trous et la machine déclenche un genre de machine à sous possédant trois roues. Si trois symboles identiques sont obtenus sur la machine à sous, elle délivre un grand nombre de billes, que le joueur pourra utiliser pour continuer à jouer ou tout simplement aller au comptoir des prix à échanger contre des cadeaux. (le plus souvent des plaques en métal, des ours en peluche, des cigarettes ou même des pierres à briquet). Ils pourront ensuite échanger ces cadeaux contre du liquide dans des stands à proximité du salon de pachinko, appartenant à une autre société, pour contourner la loi.

La borne de jeu est une sorte de flipper à la verticale, croisé avec une machine à sous. Le je n’est pas très passionnant pour les occidentaux comme nous qui peuvent avoir accès aux casinos.

Soapland et autres magasins de jeux pour adultes

Je ne suis pas très calée sur le sujet, mais visiblement il s’agit d’établissements proposant à ses clients d’être lavé et de bénéficier de massages à bulles par une jolie femme. Officiellement. Je vous laisse imaginer ce qui se passe officieusement. Pour rappel, la prostitution est illégale en France comme au Japon.

Le love hotel

Dans le même état d’esprit, ou presque, un love hotel est, comme son nom l’indique, un hotel réservé aux amoureux pour qu’ils puissent faire leurs calins en toute tranquillité. Il est donc possible de louer une chambre à l’heure ou pour la nuit. Les chambres sont souvent à thème, avec une décoration adéquate et des gadgets et accessoires pour aller plus loin. Par exemple, on peut trouver des chambres rame de métro, cabinet de médecin, bondage, avec miroirs, etc .
Si le concept est répandu en Asie (on en trouve également en Corée et en Thailande notamment), la plupart des français trouvent ce type de lieu sale et mal venu. Pourtant, des reportages ont montré que ces hotels sont bien plus propres que les notres et ont un vrai service avec, entre autres, des repas.
A noter que ce concept a été repris en France à Pigalle ou Chatelet depuis une dizaine d‘années.

Les Kyabakura ou host clubs

Toujours dans un registre sexy, le Japon est rempli de bars à hotes et hotesses, plutot différent de notre conception occidentale. Le principe est assez simple : passer une heure, une boisson comprise, avec une ou plusieurs hotesses au hasard (ou hotes si vous êtes une femme) pour un certain prix. La moyenne étant de 150 € de l’heure en 2019. Sachant que les professionnels ne restent que 20 minutes à votre table. Leur physique est très cliché avec beaucoup de maquillage et un rôle joué à la perfection. Ces professionnels vous parlent comme s’ils étaient amoureux et savent comment faire dépenser le client en consommation (notamment en alcool) Notez bien que c’est totalement un jeu d ‘acteur.
Et c’est justement là que ça coince en France : personne ne veut payer un tel prix pour une simple présence. Pour nous,c ‘est de l’arnaque puisqu’il n’y a aucun sentiment réel. L’ego français refuse de passer pour quelqu’un qui soit en détresse amoureuse au point de payer une telle somme pour du flirt uniquement. Car il est interdit de toucher les filles, contrairement à notre idée occidentale du bar à hotesses.

Les cours du soir

L’éducation est primordiale au Japon. Les élève ont beaucoup de pression et se doivent de réussir. Dès le primaire, les enfants ont des cours du soir en supplément de l’école. Ces cours ne sont pas obligatoire selon l’éducation nationale, mais vivement conseillés. Ils sont dispensés par des établissements privés. Ils ont donc un certain prix. Avec le système d’éducation actuel au Japon, ce genre de cours est devenu indispensable pour accéder à des études supérieures.
Cela est complètement différent de l’éducation nationale française. Du moins, au temps où j’étais élève, les cours étaient variés et suffisants. Les cours particuliers servaient plus de soutien que de compléments indispensables.

Les jeux dans l’antiquité

Aujourd’hui, les jeux vidéos font partie intégrante de notre vie. Même si les écrans n’existaient pas dans l’antiquité, les hommes aimaient déjà les jeux.

Le Senet
Découvert sur des sites archéologiques égyptiens datant de -3 500 environ, le senet est sans doute le jeu le plus ancien au monde. Il était sans doute conçu pour deux joueurs qui déplaçaient leurs pions sur un plateau de trente cases selon un principe proche de celui des dames, du trictrac ou du jeu de l’oie. Certains pensent que le plateau représentait l’univers et que les parties permettaient aux joueurs de lire l’avenir. On a retrouvé des jeux de senet dans des tombeaux. Ce jeu accompagnait donc l’âme des morts dans leur voyage vers l’au delà.

Le jeu des vingt cases
Sans doute inventé dans la cité sumérienne d’Ur aux alentours de -2 600, ce jeu s’est ensuite répandu en Mésopotamie et en Egypte. Pratiqué à l’aide de pions et de dés, son principe se rapproche du jeu de l’oie.

Le jeu de Go
Connu des fans du manga Hiraku No Go, ce jeu oppose deux adversaires qui placent chacun leur tour, des pierres noires ou blanches pour délimiter des zones sur le tablier de jeu. On ignore ses origines exactes mais on suppose que c’est un jeu d’origine chinoise (durant la période Chunqiu de -770 à -403) Certains pensent qu’il aidait à concevoir des stratégies militaires : les pierres représentant des hommes et le plateau le territoire à conquérir ou défendre. C’est l’un des plus grand jeux de réflexion sur plateau.

Le Chaturanga
Jeu de l’Inde Antique, il est considéré comme l’ancêtre des échecs. Conçu pour deux à quatre joueurs, le chaturanga possède des pièces de type roi, soldats, éléphant, tours et cavalier qui se déplacent de manière spécifique. Le but est de capturer le ou les rois adverses.

Le Xiangqi
Jeu d’échecs chinois, on suppose qu’il a été introduit durant la dynsastie Tang (618-907) puis a évolué durant la dynastie Song (960-1276) pour connaître la forme actuelle. Pratiqué actuellement par plus de 500 millions de personnes, c’est le jeu le plus populaire au monde.

Les dés
Les premiers dés cubiques comme nous les connaissons on t été retrouvés à Harappa, l’un des sites archéologiques de la civilisation de l’Indus. Les habitants d’Ur utilisaient des dés de forme tétraèdres (4 faces) tandis que les Egyptiens se servaient de baguettes. En Chine, des dés à 14 faces ont été trouvé dans la tombe du roi Qin Huang -(-259 à – 210) ainsi que des dés à 18 faces datant de la dynastie Han (202 à -220) En Asie de l’Ouest, les hommes utilisent des dés taillés dans des os de talons de mouton, et ce depuis l’antiquité. Parfois ceux des nobles étaient fait d’or, d’argent ou d‘ivoire.

Quel est votre jeu préféré ?

[TAG] Voilà l’été !

Les beaux jours sont plus ou moins installés. J’ai lu un tag spécial été sur le blog de lnad6d2 et comme cela fait longtemps que je n’en avais pas fait… Pourquoi pas ! C’est parti !

Les avantages de l’été ?
Aujourd’hui encore, le gros avantage de l’été pour moi est les vacances… Sinon c’est la saison que j’aime le moins. Et depuis que je suis malade,c ‘est une catastrophe, je ne supporte plus le soleil et la chaleur. Entre malaises et autres désagréments dont je vous épargnerai les détails peu croustillants…

Ton lieu de vacances cet été ?
Ces trois dernières années, j’ai bossé les étés. Et même si en 2021 ce ne sera pas le cas, je passerai l’été chez moi. J’ai pas mal de choses à fignoler suite au déménagement et j’ai besoin de me reposer. (et les poches vides!)

Plage ou Montagne ?
Autrefois, j’étais plutot plage. Maintenant je pense que je serais plutot montagne où il fait moins chaud. Ceci dit, j’aime les activités citadines.

Liseuse ou papier en été ?
Papier, été comme hiver. Je n’ai jamais investi dans une lieuse et je ne supporte pas de lire des livres sur tablette ou ordi. Je trouve que ça fait mal aux yeux.

Ta bougie d’été ?
Cela fait des années que je n’utilise plus de bougie parfumée… Pourtant j’en ai encore en stock. Je n’avais pas de parfum préféré pour l’éte.

Short ou jupe ?
Ni l’un ni l’autre ! Etant en surpoids (et plus très jeune!), je ne peux pas porter de short. Je ressemblerais à rien. Et les jupes, j’en porte rarement car je ne suis pas à l’aise dedans. Donc quand il fait bien chaud, je porte des bermudas ou des corsaires.

Tes chaussures d’été ?
Habituellement, je porte des petites chaussures plates type salomé et parfois des sabots. J’aime beaucoup les sandales et les spartiates mais j’ai le pied trop fort pour en porter. Cet été, je porte plutot des baskets comme je sors peu.

Soirée ou après-midi au soleil ?
Je répèpète : jamais au soleil ! Team vampire…

Ton plat d’été ?
J’aime beaucoup une recette de salade de radis que j’ai inventée. (vous pouvez cliquer pour la découvrir)

Ta boisson en été ?
Je bois essentiellement de l’eau. Mais si je sors et qu’on m’offre un verre, ce sera plutot un jus de fruits. J’aime bien aussi le mojito et la bière, mais je ne bois plus d’alcool avec mes soucis de santé.

Ton parfum de glace ?
J’aime beaucoup les parfums fruités et les sorbets en été. Mais je ne crache pas sur une crème glacée de temps en temps. Coup de coeur pour l’enseigne Amorino découverte à Lyon. J’aurais bien gouté le parfum éphémère Cassata proposé cet été, si j’avais pu.

Je ne tague personne mais si vous décidez de reprendre ce tag sur votre blog, n’hésitez pas à m’inviter pour le lire. Vous pouvez également répondre aux questions en commentaire. Ca me fera plaisir d’apprendre à vous connaître mieux.

5 Youtubeurs franco-asiatiques à l’honneur

Cela fait un moment que je souhaitais faire un article pour vous présenter les différentes chaines Youtube que j’affectionne. Le problème étant que je suis essentiellement des chaines musicales (officielles ou fanmades) et quelques chaines diverses par ci par là (du diy, de l’humour, de la cuisine, du voyage…) Difficile de trouver un fil conducteur.
Aujourd’hui pourtant j’essaye de rassembler des vlogueurs franco asiatiques que je suis épisodiquement. A découvrir pour le fun… et se cultiver !

Sam&les Dramas
J’avoue suivre peu de filles sur Youtube mais j’aime beaucoup le concept des vidéos de Sam. Egalement blogueuse, elle est passionnée par le divertissement asiatique depuis 2007, que ce soit les dramas ou la kmusic. Un peu comme moi 😉
Sa playlist pour débutants est très sympa.

Korea Dash
C’est une chaine que j’ai récemment découverte grace à mes propositions Youtube. JiSoo est un jeune franco-coréen qui parle sans langue de bois de son pays d’origine et nous apprend plein de choses, sans se dépêtrer de son humour. C’est frais, divertissant et intéressant. Il fait également des crossovers avec des Youtubeurs tels que Laurent Caccia.

Jowti
Un autre jeune franco-coréen qui a levé le pied sur Youtube. Installé à Paris et ayant vécu un an en Corée du Sud, ses vidéos racontent son expérience personnelle ou abordent des sujets de société en lien avec la Corée. Il a commencé timidement sa chaine en mai 2016 avec quelques vlogs à Séoul puis au Japon. Lui aussi est frais et divertissant, avec une pointe d’humour.

Les Balades de Ben
Ben est un jeune franco-asiatique que j’ai connu sur un site de rencontres (sans commentaires! c’était il y a 5 ans environ) Sans jamais nous rencontrer, nous avons échangés sur pas mal de choses, dont sa chaine Youtube axée voyage. S’il n’a pas publié depuis deux ans, ses vlogs sur Taiwan restent à voir.

Hally
Et pour terminer la chaine de Shiu Li, alias « Hally », une jeune franco-chinoise qui réalise de nombreuses de vidéos tests, astuces et et des recettes. Une chaine très girly qui devrait plaire à mes lectrices

Connaissez vous ces vlogueurs ? Quelle chaine me recommanderiez-vous de votre côté ?

Idées d’activités en foret

Après vous avoir proposé quelques pistes pour voyager sans bouger, voici de nouvelles idées pour terminer l’été en beauté parmi nos amis les arbres. Adepte de la sylvothérapie ou non, sur que vous y trouverez bonheur et ressourcement.
sylvothérapie
Pour rappel, la sylvothérapie, ou shinrin-yoku , est une pratique apparue au Japon dans les années 80. Elle consiste à profiter des bienfaits revigorants d’une forêt, en s’y baladant, et même s’y arrêtant. Elle promet des résultats bienveillants et scientifiquement prouvés sur notre organisme.
On peut profiter de ce moment de détente pour enlacer les arbres ou faire de jolies photos de la nature et des animaux (si on a la chance de les croiser). Mais c’est aussi l’occasion de pratiquer d’autres activités délassantes.
herbier
Composer un herbier est une activité amusante à tout âge. Ludique, il permet de découvrir la flore locale et développe le sens de l’observation. Promenez vous armés d’un carnet et d’un crayon pour noter vos trouvailles, ainsi que de petits ciseaux pour recueillir les spécimens. Attention à ne pas arracher les racines, cela tuerait la plante ! De même, attention aux espèces protégées.
De retour à la maison, il suffit de placer chaque plante ou fleur entre deux feuilles de papier absorbant. A glisser toute une nuit sous une pile de livres pour les aplatir et les sécher. Une fois bien sec, on les scotche dans un beau cahier ou carnet, sans oublier d’y indiquer une légende (nom, lieu, date… à votre convenance) Il est possible pour les artistes de décorer les pages avec des dessins de fruits, graines, etc. qui lui correspondent.
herbier cadre déco
On peut décliner cette activité en encadrant une jolie page façon herbier.
landart
Dans le même style, on peut composer sur place un landart. C’est à dire réaliser un magnifique mandala grâce à ce que l’on trouve : des fleurs et des feuilles bien sur, mais aussi (et surtout) des brindilles, branches, cailloux, plumes… L’imagination n’a aucune limite ! N’oubliez pas la photo souvenir.
accrobranche
Pour les sportifs, rendez vous dans un centre d’accrobranche de votre région. C’est un sport qui a de plus en plus d’adeptes. Les centres spécialisés proposent divers parcours selon l’âge, la difficulté… A vous les échelles de cordes, les ponts de singes, les tyroliennes…
Bon à savoir : si le virus a bousculé l’organisation dans le monde du loisir, l’accrobranche reste heureusement une activité qui permet de garder ses distances sans problème. Les parcs ont donc peu à peu rouvert cet été. Réservez par téléphone à l’avance, on vous expliquera tout.
pic nique en foret
Et pour les gourmands, organisez un pic nique ! Une couverture, un couteau suisse, une trousse de secours et un sac plastique pour ranger la vaisselle sale et les déchets (pour rappel il n’y a pas de poubelles en foret!) sont indispensables.
Coté repas, les barbecues sont interdits. Alors pensez sandwiches maison, cakes salés et autres idées de brunch.
Egalement renseignez-vous sur l’accessibilité : certaines forêts, notamment dans le sud de la France, sont tout bonnement protégées et interdites au public pendant l’été, pour cause de risques d’incendie. Ce peut être aussi le cas pendant des périodes de chasse. Consultez également la météo avant de partir.

Bonne promenade !

Idées d’activités pour voyager en Asie

Si le confinement nous a appris quelque chose,c ‘est qu’on peut facilement voyager depuis son canapé, si on a un peu d ‘imagination. Alors que la plupart des frontières restent fermées ou menacent de le redevenir, on peut bien entendu se ressourcer dans la nature hexagonale. Voici en plus quelques idées pour passer des vacances à l’autre bout du monde.
voitures asie
Les reportages
Bien sur, la façon la plus facile de voyager depuis son canapé reste les écrans. Je ne vais pas ici vous détailler les différentes offres disponibles, mais je peux vous rappeler mes coups de coeur. Que ce soit la série de reportages culinaires Street Food Asia sur Netflix, à déguster sans modération, pourquoi pas avec un ramen burger.
Ou dans le même état d’esprit, la série Globe cooker date un peu mais reste très amusante.
Youtube regorge également de ressources avec par exemple la chaine documentaire Arte mais aussi de nombreux vlogs voyage. Par exemple la chaine de Ichiban Japan
paniers vapeur
Les visites virtuelles
De nombreux musées mettent à disposition la visite virtuelle de leurs collections comme le musée parisien Guimet ou encore le musée Cernuschi (adapté aux enfants)
La visite de certains lieux de Hong Kong à bord d’un téléphérique
Et bien sur, de nombreuses possibilités grace à l’option Street View de Google Arts & Culture.
téléphérique hong kong
Les papilles
Toujours en cuisine, vos papilles vont se régaler avec une sélection de recettes issues de mon blog. Direction la Corée avec le pajeon ou le Japon avec des oshi sushi accompagnés de dorayaki. Pour les boissons, escale en Thailande pour déguster un cheese tea ou en Inde pour un moonmilk relaxant.
moon milk
Les DIY
Pourquoi ne pas tenter de se mettre à l’origami? Ces pliages de papier apportent sérénité et amusement.
Mais aussi confectionner des carpes koi en papier
Ou commencer un hobonichi.
origami
Pour les enfants
De nombreuses activités sont disponibles sur les sites dédiés. Je me contenterai de vous faire un rappel du site pédagogique Mon Autre Reflet dont certaines ressources sont gratuites, comme par exemple un livret d’activités sur la Chine.
chine
Lecture
Bien sur, la meilleure façon de s’évader reste à mon sens la lecture. Voici quelques idées:
Un magnifique manhwa pour se promener dans la campagne coréenne: La Bicyclette Rouge de Kim Dong Hwa
Découvrir l’Ikigai, le secret de longévité des japonais.
Un livre-jeu pour se glisser dans la peau d’une future star de kpop avec Revolution K pop de Ae Jung.
livre et carnet
Où avez-vous envie de vous évader cet été?

Hikikomori

Alors qu’une bonne partie de la population est confinée par obligation, certaines personnes font le choix de vivre retranchées. C’est ce que les japonais appellent les Hikikomori.
hikikomori
Depuis les années 1990, un demi millions de japonais ont décidé de vivre isolés dans leur chambre et de couper tout contact avec la société extérieure.
Le profil type du Hikikomori? Essentiellement des hommes, jeunes. La majorité des hikikomoris résident chez leurs parents, confinés dans leur chambre. Cela crée un malaise familial, allant jusqu’au sentiment de honte d’avoir un enfant qui ne remplira pas son rôle social.
hikikomori
Pourquoi? Même si plusieurs études ont été menées, on ne peut qu’émettre des hypothèses. Pression sociale ou professionnelle, rupture familiale, problèmes scolaires… Chacun a sa propre raison de ne voir en l’isolement l’unique solution pour échapper à la pression extérieure. D’autant plus que la société japonaise est peu encline à avoir recours aux cabinets de psychologues.
Mais elle se soucie malgré tout de ce phénomène. Un budget lui est d’ailleurs alloué (près de 20 millions d’euros pour 2018) Le but étant de permettre aux hikikomori de subvenir à leurs propres besoins et ainsi éviter le drame à la mort de leurs parents. Une poignée d’entre eux a accepté de sortir un peu de chez eux pour participer à l’élaboration d’une revue : Hikipos, qui donne des conseils pour recréer du lien social. Une façon de trouver un petit job et de se réinsérer lentement.
hikikomori
Il faut noter que si ce phénomène est plutot répandu au Japon, on le retrouve de plus en plus en Occident (Etats Unis, France…) En cause, souvent la sédentarité, l’abus et l’isolement créé par les écrans… sans compter différentes formes de pressions sociales.
Et vous, plutot zen en confinement ou comme un lion en cage ?

Le Musée Ephémère

Le mois dernier, j’ai profité d’un dimanche en famille pour visiter le Musée Ephémère avec mon frère, mon fils et mon neveu.
Après avoir triomphé à Paris et dans le monde entier, l’expo événement s’est déplacée dans ma ville, contre toute attente. Il fallait que je vois ces T-Rex, Vélociraptor, Tricératops, Ptéranodons et autres créatures à taille réelle.


Des maquettes robotisées, structures en fibre de verre et effets spéciaux issus du monde du cinéma, et pour la première fois en Europe, l’incroyable Spinosaure géant animatronique, d’une longueur de 12 mètres: soit le plus grand automate jamais réalisé pour l’industrie du spectacle. On a également retrouvé la marionnette du bébé raptor du dernier Jurassic Park ainsi qu’un spectacle vivant.
Un quizz était proposé aux enfants (et aux adultes qui en avaient envie). Mon neveu s’est prêté au jeu avec passion. C’était un véritable moment enchanteur. J’ai juste trouvé le prix des entrées un peu élevé (8 euros pour les enfants et 10 pour les adultes) car le tour de l’expo se fait en une vingtaine de minutes. Bien sur, cela se justifie par l’entretien et l’itinérance de la collection.
Site internet : http://www.museedino.com
défi blogtober