Memories Of The Alhambra

memories of the alhambra
Titre original : Alhambeura Gungjeonui Chueok
Série coréenne de 16 épisodes d’un peu plus d’une heure, diffusée sur Netflix et tvN à l’automne 2018
Genres et thèmes : action, mystère, romance, science fiction
A partir de 15 ans
acteurs memories of the alhambra
Yoo Jin Woo, le PDG d’une société de jeux vidéos, s’investit énormément dans son travail.
Cependant, il traverse une période très difficile émotionnellement : son ex femme, enceinte, ayant divorcé pour épouser son meilleur ami. Ce dernier dirige une entreprise concurrente.
Un soir, il est contacté par Jong Sae Ju, un jeune geek qui souhaite lui vendre son jeu vidéo. Mais le garçon semble poursuivi par une entité mystérieuse et lui donne rendez-vous à Grenade, en Espagne dans une auberge dirigée par des coréens. Alors que Jin Woo s’y rend, il teste le jeu en réalité augmentée et découvre des failles mystérieuses qui vont bouleverser sa vie privée.


J’ai voulu regarder ce drama, soyons honnête, pour l’acteur principal qui est mon préféré. Il a toujours de bons dramas et je m’attendais donc à être transportée… C’est donc sans grosse surprise que cette série est mon coup de cœur de début d’année.
Le scénario est au top. Il est écrit par le scénariste de W,  un autre drama qui m’avait scotchée. Encore une fois, le quotidien est bouleversé par l’effacement entre sa frontière et celle du virtuel. Cette fois, les jeux vidéos sont à l’honneur. Il pourrait donc tout à fait être possible de vivre une situation plus ou moins similaire dans un avenir proche, bien que l’histoire soit romancée pour la télé. Mais c’est d’autant plus préoccupant… Beaucoup d’émotions que ce soit coté suspens, romantique ou science fiction.
memories of the alhambra
Pour le casting, c’est le top. Il y a bien sur Hyun Bin, mon chouchou. On le retrouve dans un rôle qu’il a l’habitude d’endosser : celui de l’homme riche et agaçant, masque cachant ses faiblesses et son cœur. Mais aussi Park Shin Hye, une actrice que j’adore et qui se démarque dans chacun de ses dramas. (vue par exemple dans Heartstrings ou You’re Beautiful) Les acteurs secondaires sont très bons aussi. On retrouve Chan Yeol, rappeur principal du groupe Exo. C’est la première fois que je le voyais jouer mais je n’ai pas été déçue, son personnage est attachant et très réaliste, aux antipodes de son coté sexy sur scène. Je pense que les fans ne vont pas être déçues non plus.
Les décors sont superbes, notamment les prises effectuées dans les ruelles de Grenade. Je ne connais pas l’Espagne, mais cela donne envie d’y aller. Egalement celles réalisées dans une église à Séoul en fin de série, sont superbes. Les effets spéciaux sont convaincants et réalistes. On a vraiment l’impression que jeu vidéo et réalité s’entremelent.
Je ne veux pas trop vous en dévoiler pour celles et ceux qui voudraient regarder le drama. Je ne peux que vivement vous encourager à le faire. Netflix a réalisé un bel investissement. Gros coup de cœur au point où il me tardait le soir pour regarder mon épisode du jour !
memories of the alhambra

When Time Stopped

when time stopped affiche
Titre original : Sigani Meomchuneun Geu Ttae / 시간이 멈추는 그 때
Série coréenne de 12 épisodes de 65 mn chacun diffusée du 24/10 au 29/11/2018 sur KBS W
Genre et thèmes : romance, voyage temporel
acteurs when time stopped
Jun Wu est une personne capable d’arrêter le temps. Il utilise ce pouvoir pour voler les œuvres d’art comme il est restaurateur et les rapporte à son ami, un vieil antiquaire chez qui il vit. Il décide de déménager et s’installe au sous sol d’un immeuble dont la jeune propriétaire, Kim Seon Ah, est harcelée par des usuriers. Parallèlement, Dieu lance une congrégation de faucheurs pour éliminer les humains qui ont des pouvoirs dits divins.


Un drama dont le synopsis est intéressant et prometteur. J’avoue l’avoir choisi car je suis fan de l’acteur principal, Kim Hyun Joong. Aimant les histoires de voyage dans le temps, je pensais me régaler… Mais hélas, les choix scénaristiques ne sont pas du tout à la hauteur de mes attentes. Il y a beaucoup trop de longueurs, cela manque d’action et surtout, je trouve qu’on s’attarde trop sur les histoires des personnages secondaires (les habitants de l’immeuble) par rapport à la durée du drama. Le scénariste aurait du plutot se concentrer sur le trio de personnages principaux, avec quelques introspections pour le meilleur ami de Seon Ah, mais c’est tout. Trop de délayage a tué le rythme du drama que je préfère reléguer dans les oubliettes.
Dommage car pour le retour d’un de mes acteurs préférés sur petit écran, j’avais de grandes espérances, d’autant plus que les acteurs sont plutot bons.

Un jour avec, un jour sans

un jour avec un jour sans affiche
Titre original : 지금은맞고그때는틀리다, Jigeumeun-matgo-geuttaeneun-tteullida
Film sud coréen de Hong Sang Soo
Sorti le :17 février 2016 en France (2015 en Corée)
Durée : 2h01
Avec : Jae-yeong Jeong, Min-Hee Kim, Yeo-jeong Yoon
Genre : Drame
Nombreuses récompenses, dont le Léopard d’Or et le Prix d’interprétation masculine pour Jae Yeong Jeong au Festival de Locarno 2015.

Le réalisateur Ham Cheonsoo arrive un jour trop tôt dans la ville de Suwon, où il a été invité à parler de son oeuvre. Il profite de cette journée d’attente pour visiter un palais de la ville. Il y rencontre Yoon Heejeong, une artiste peintre locale avec laquelle il va discuter, dîner, boire… Mais il n’est pas tout à fait honnête avec Yoon Heejeong, malgré sa forte attirance pour elle.
scene un jour avec un jour sans
Ce film m’a été conseillé par un collègue de travail suite à une discussion sur le film Burning.
C’est donc sans surprise que j’ai découvert un film lent où il ne se passe pas grand chose. Durant la première heure de film, je découvre cette rencontre amoureuse, le jeu des acteurs et de séduction des personnages. J’ai beaucoup apprécié la scène du restaurant de sushi où Cheonsoo dévoile ses sentiments à la jeune peintre. Cela me semble être réaliste tout en ayant une certaine pointe de romantisme.
Malgré tout j’ai du mal avec deux points : tout d’abord, certains zooms de la caméra sont un peu brutaux, manquent de fluidité et gachent le coté intimiste de certaines scènes. Ensuite, les couleurs des scènes d’intérieur (le café, l’atelier de peinture) sont… bizarres. J’ai du mal à définir pourquoi mais ce choix des couleurs m’a donné une sensation de décalage temporel, de vintage… quelque chose qui m’a dérangé sans que je sache pourquoi.
scne un jour avec un jour sans
Au bout d’une heure, l’écran titre se relance… Et nous voilà plongé dans un second film. Même histoire, mêmes personnages… sauf que non. C’est bel et bien différent. Les premières lignes de dialogue sont les mêmes mais Cheonsoo est différent, comme dans un univers parallèle où il serait à la fois lui-même et un autre. C’est l’effet papillon. Les paroles et réactions de Heejeong varient, beaucoup ou légèrement. Et j’avoue avoir préféré cette Heejeong là.
On peut donc se dire que le choix des mots est très important. Selon ce que nous disons, la réaction d’autrui sera différente. Et avec l’effet boule de neige, cela aura un énorme impact sur le déroulement de nos vies, même si ce ne sont que d’infimes changements ici dans le scénario. Deux possibilités, deux fins, pourtant aucune n’est réellement heureuse ( mais après tout la vie réelle n’est pas un conte de fée) Il en est de même pour le choix d’être honnête ou de mentir délibérément.
Une découverte intelligente et sensible.

While You Were Sleeping

affiche while you were sleeping
Titre original : Dangsini Jamdeun Saie / 당신이 잠든 사이에
Série coréenne de 32 épisodes de 35 mn chacun diffusée du 27/09/2017 au 16/11/2017 sur SBS
Genre et thèmes : fantastique, romance, justice
casting while you were sleeping

Nam Hong Ju, une ancienne journaliste, a la capacité de voir le futur à travers ses rêves. Cependant, ils se transforment vite en cauchemars quand ils se réalisent sous forme d’accidents mortels qu’elle n’arrive pas à contrecarrer. Elle est hantée par sa propre mort, quand en face de chez elle viennent emménager deux garçons, Jeong Jae Chan, procureur, et son frère. Après des débuts difficiles, ils se lient d’amitié. Jae Chan fait lui aussi des rêves prémonitoires et finit par aider Hong Ju à éviter les catastrophes. Quel lien unit ces deux orphelins de père ? Et qui est Han Wu Tak, un jeune policier faisant lui aussi des reves prémonitoires ?
scenes du drama while you were sleeping
Un drama bien ficelé mêlant à la fois intrigue policière, fantastique et romance. On s’attache rapidement au trio de jeunes gens, et on aime à détester l’avocat Lee Yu Beom, le méchant de l’histoire. Les acteurs sont crédibles et très bons. Ils arrivent à faire passer de nombreux sentiments. Ils évoluent dans un décor moderne nécessitant peu d’effets spéciaux.
Les amateurs d’intrigue policière tout comme ceux de fantastique y trouveront leur compte grace aux histoires imbriquées les unes dans les autres : le passé des orphelins, les reves prémonitoires, les affaires véreuses de l’avocat Lee, le secret de Wu Tak… saupoudrées de romance entre le trio principal. Il y a aussi une bonne dose d’humour. De quoi se détendre tout en laissant le spectateur élaborer ses propres hypothèses jusqu’à la fin. Chaque rebondissement apporte une nouvelle pièce au puzzle mais laisse des zones d’ombre jusqu’au dernier épisode.
Un régal, je vous recommande ce drama.

Dream High 2

affiche dream high 2
Série coréenne de 16 épisodes d’une heure chacun diffusée du 30 janvier au 20 mars 2012 sur KBS2.
Genres : Ecole, comédie sentimentale, musical
acteurs dream high2
Alors que l’école Kirin était une école très réputée, elle n’arrive désormais plus à former et produire d’idoles. Son nouveau directeur Ju Jeong Wan n’arrive pas à remonter pente, suite aux départs de certains élèves. De plus, une loi interdit aux idoles mineures de se produire ou de s’entraîner après 22h00 et les obligeant à suivre au moins 20 heures de classe par semaine et contraint ainsi les directeurs d’agence. Pour cela, le producteur et directeur de l’agence OZ Entertainment, Lee Kang Cheol, décide de respecter la loi et de faire profil bas, en rachetant l’école Kirin et y en transférant tous ses petits protégés.
Ri An est une des chanteuses de HershE, le groupe féminin le plus connu de OZ Entertainment. Elle rêve de devenir actrice malgré son caractère très égoïste et colérique. Nana, la leader du groupe, est quant à elle, de nature enjouée et adore chanter. Sin Hae Seong est une étudiante de Kirin sans aucun talent, et qui tente désespérément de devenir une idole, encouragée par sa meilleure amie, Park Sun Dong. Jin Yu Jin, est lui aussi étudiant à la Kirin Arts School mais ne veut pas devenir une idole mais un rockeur.
Alors que les idoles fraichement débarquées vont tenter de se faire une place dans l’école, les étudiants, eux, vont tout faire pour être repérés par le proviseur Lee Kang Cheol afin de devenir des stars.


Ce drama n’est pas vraiment la suite de la première saison, seule l’école reste la même, car le casting a totalement changé. On peut donc découvrir de nouveaux personnages incarnés toujours par de jeunes talents prometteurs. J’avoue pourtant avoir moins accroché à ce casting, ayant préféré celui de la première saison. Ici, l’accent est plus donné à la musique avec de jeunes idols faisant leurs premiers pas à l’écran alors que dans la première saison on avait un mix entre chanteurs et acteurs en devenir.
Même si le scénario est très simpliste, j’aime les dramas musicaux et j’avais envie de voir cette suite. J’ai malgré tout bien aimé ce drama frais et ses personnages attachants (bien que stéréotypés) Le côté musical est réussi, les chansons sont entrainantes et les performances agréables à regarder. Un bon divertissement en soi, loin des productions américaines . Mais il ne m’a pas laissé un souvenir impérissable.
dream high 2

Dream High

Dream High ou Deurimhai / 드림하이
affiche dream high
Série coréenne de 16 épisodes de 65 mn diffusée du 03/01/2011 au 28/02/2011 sur KBS2 et actuellement sur Netflix
Genres : Ecole, musical, romance
acteurs dream high
L’école d’arts du spectacle de Kirin, à Séoul, ouvre ses portes par le biais d’un casting pour recruter de nouveaux élèves. Plusieurs tentent leur chance comme Jin Guk, un très bon danseur mais mauvais élève. Ou Kim Pil Suk, une fille à la voix en or qui souffre de son physique désavantageux. Go Hye Mi, quant à elle, est une fille au caractère bien trempé qui reve de devenir chanteuse classique et se voit déçue d’intégrer une telle école. Son amie, Yun Baek Hee, la suit dans cette aventure mais elles deviennent rapidement rivales. Song Sam Dong est un campagnard rêvant d’avoir sa propre ferme, mais en croisant le chemin de Go Hye Mi, il en tombe amoureux et la suit jusqu’à Kirin.


C’est l’un des premiers dramas coréens que j’ai regardé et j’ai beaucoup aimé. Bien sur à l’époque j’étais plus jeune et le type romance/école me plaisait beaucoup.
Cette série un peu légère aborde malgré tout des sujets sérieux, surtout lors de l’adolescence : le physique, l’amitié, la rivalité, les résultats scolaires, les reves qu’on souhaite atteindre, l’amour… Et il est facile de s’identifier aux héros. De plus, le drama peut s’enorgueillir d’un casting de rêve avec ses nombreuses idols et ses guest stars prestigieuses, et une bande son complètement à la hauteur.
Un très bon divertissement tout en musique avec à l’époque de jeunes acteurs très talentueux.
La série est actuellement disponible sur Netflix. Il existe une saison 2, encore indisponible sur cette plateforme.
acteurs dream high

Psychokinesis

Titre original : Yeomryeok / 염력 / 念力
Film sud coréen de Yeon Sang Ho
Sorti le 31 janvier 2018 et actuellement sur Netflix
Genre : action, aventure, comédie, fantastique
Durée : 1h41
à partir de 15 ans

affiche psychokinesis
Seok Heon est un quadragénaire divorcé, surveillant dans une banque, vivant pauvrement et réalisant de petites entourloupes pour joindre les deux bouts. Après avoir bu une eau étrangement contaminée lors d’une promenade, il se découvre des pouvoirs télékinétiques. Un soir, sa fille, Ru Mi, l’appelle en pleurant. Devenue orpheline de mère suite à un accident, elle lui demande de venir aux funérailles de son ancienne épouse. C’est alors que Seok Heon apprend tout de la vie de sa fille : gérante d’un restaurant de poulet, celle-ci et les commerçants voisins sont persécutés par un grand groupe désireux d’acquérir les terrains. C’est ainsi que lors d’une rixe, la mère de Ru Mi est décédée. Il tente de raisonner sa fille en lui disant d’abandonner son magasin et de venir vivre avec lui, comme il compte gagner beaucoup d’argent en se produisant comme magicien grace à ses nouveaux pouvoirs. Mais Ru Mi refuse violemment et organise la résistance des commerçants. Seok Heon va devoir protéger sa fille d’une manière moins raisonnable.
image du film psychokinesis
Après Train To Busan qui m’avait émerveillée, j’avais hate de voir la nouvelle production de Yeon Sang Ho. Encore une fois, je ne suis pas déçue. Les mêmes thèmes sont abordés : les relations humaines difficiles, le divorce, les choix qu’on doit assumer, le sacrifice des parents pour leurs enfants.
Si le personnage de Seok Heon est plutot drole au début, il se fait rapidement rattraper par les événements et passe d’anti héros à vrai héros. Il fait d’ailleurs un peu penser à Peter Parker/Spiderman, que ce soit quand il découvre maladroitement ses pouvoirs ou lorsqu’il vole (au sens propre du terme) sauver sa fille et les commerçants. Ses pouvoirs un peu loufoques contrebalancent avec la cruauté inhumaine mais tellement réelle des grandes entreprises et leur argent (qui est lui aussi à sa façon un super pouvoir). Certaines scènes sont violentes, voire choquantes (par exemple ici dans le cas du décès accidentel mais ultra violent de la mère, ou lorsque la police tire à la lance à incendie sur un commerçant acculé et suspendu à un balcon pour le faire tomber et mourir) Encore une fois, Yeon Sang Ho ne fait pas dans la dentelle et montre la réalité crue et nue. Un style scénaristique bien loin des superproductions hollywoodiennes.
Seul petit point noir (s’il faudrait faire un reproche), je n’ai pas vraiment compris comment l’eau a été contaminée par une étrange force surnaturelle. Je sais que je dois me reteindre en blonde… Mais en attendant, si quelqu’un a vu le film et peut m’expliquer ce passage…
Une belle découverte que je vous recommande à tous.

Blood

affiche drama blood
Titre original : Beulleodeu / 블러드
Série sud coréenne de 20 épisoddes de 60 mn diffusée du 16 février au 21 avril 2015 sur KBS2 et actuellement sur Netflix
Genres et thème : drame, fantastique, médical, romance, vampire
Acteurs:
acteurs drama blood
Durant leurs études, un jeune couple de chercheurs est infecté mystérieusement par un virus mutant les humains en vampires. Ceux-ci s’enfuient et quelques temps plus tard, donnent naissance à un enfant lui aussi porteur du virus,
Park Ji Sang. Traqués par d’autres infectés, le père est tout d’abord assassiné, puis la mère suit quelques années plus tard. Bien que terrifié par sa propre identité durant son adolescence, Ji Sang grandit et rejoint le monde des humains, devenant ainsi chirurgien. Pour cela, il est aidé par son unique ami Ju Hyun Wu, un jeune scientifique qui se base sur les recherches des parents Park pour créer une pilule permettant de controler la soif de sang de Ji Sang.
Alors que ce dernier est recruté au sein d’un hopital spécialisé en cancérologie, en qualité de chef d’équipe pour la section chirurgicale, il y fait la rencontre de Yu Ri Ta, jeune femme et médecin aussi arrogante que compétente, se trouvant aussi être la nièce du directeur de l’établissement.
Discrédité auprès des autres médecins par son jeune âge, Ji Sang gagne rapidement leur confiance lorsqu’il reçoit du directeur l’autorisation de relever Ri Ta au cours d’une opération délicate. Peu à peu, celle ci commence à avoir des doutes quant à l’humanité du médecin. Sans compter que les infectés ayant assassiné la famille Park semblent de retour.
Parallèlement, le directeur de l’hopital ouvre une section caritative pour soigner les cancers des plus démunis. Mais des recherches médicamenteuses sont pratiquées secrètement sur les patients, laissant les médecins sur la touche. Ceux ci ne tardent pas à s’alarmer devant les effets secondaires affectant les patients, dont une effroyable soif de sang.
ahn jae hyun blood
Un drama que j’ai dévoré ! Mon gros coup de cœur de l’été.
Le scénario est très bien ficelé. Il y a plusieurs histoires qui s’imbriquent l’une dans l’autre : celle du directeur qui souhaite trouver un remède miracle à sa propre maladie et qui cache d’autres squelettes dans son placard ; celle de Yu Ri Ta, médecin de génie orpheline ; celle du nouveau directeur de chirurgie, un médecin réputé qui n’a aucune déontologie pour arriver à ses fins ; celle des parents Park et de leur mentor qui effectuaient autrefois des recherches sur le sang humain et les virus ; celles des personnages secondaires qui ont tous leur croix à porter… et bien sur celle de Ji Sang, le héros, vampire malgré lui qui espère devenir humain.
ahn jae hyun blood
Les décors sont simples, faisant des allers et retours entre une ville moderne et des bois superbes et rafraichissants. Les effets spéciaux sont savamment distillés, uniquement présents lors des transformations des vampires et leurs combats, mais aussi lors des opérations chirurgicales très réalistes. Les acteurs rendent le scénario crédible et créent des personnages attachants. Ceux ci ne sont ni complètement noirs ni complètement blancs, teintés de gris clair à gris foncé, chaque rebondissement faisant que le lecteur revoit son jugement sur le méchant comme sur le bon.
Une belle découverte et une grande réussite pour la fan de vampires et de fantastique que je suis. Les amateurs de suspens ou de série médicale ne seront pas en reste. Le mélange des genres se faisant lui aussi savamment. Une pointe de romance pour relever le tout, mais celle-ci n’est pas trop lourde, juste prévisible.

Les nouilles asiatiques

Vous aimez manger des nouilles? Vous avez pu remarquer qu’il en existe de bien différentes. Petite revue ici pour en savoir plus. Et vous ne passerez plus pour des nouilles !

Sachez en préambule, qu’on ne parle de nouilles que pour les spécialités asiatiques (j’ai donc fait un pléonasme dans le titre de mon article mais c’était volontaire!) Les ‘autres’ sont appelées pates.

nouilles asiatiques

Les nouilles de riz
Certainement les nouilles les plus répandues dans beaucoup de pays asiatiques. Elles sont blanches et parfois un peu transparentes. Elles peuvent avoir une forme de ruban assez large, plus ou moins épais ou bien être très fines, comme des vermicelles. Elles ne contiennent pas de gluten puisqu’elles sont fabriquées avec de la farine de riz mélangée à de l’eau ou bien avec du riz broyé que l’on fait cuire sous forme de galettes très fines que l’on coupe ensuite en nouilles, avant de les faire sécher et de les emballer.

Pour les cuisiner, on les plonge en général dans de l’eau bouillante (pour les plus grosses) puis on les laisse se réhydrater en dehors du feu, plus ou moins longtemps selon leur taille. Pour les plus fines, on les trempe juste dans de l’eau chaude. Dans les deux cas, on les rince à l’eau froide pour stopper la cuisson.

Les nouilles de riz plates en forme de ruban sont l’ingrédient indispensable au plat thaïlandais appelé Pad thaï. Il s’agit de nouilles sautées avec des légumes et une sauce, que l’on sert avec des cacahuètes concassées. Ce plat se décline à l’infini.

On utilise aussi les nouilles de riz dans la soupe traditionnelle vietnamienne appelée Pho. Les vermicelles de riz sont parfaits pour préparer des salades fraicheur. On les retrouve aussi dans le plat vietnamien appelé Bo Bun. Ou également dans les rouleaux de printemps ou dans les nems.

pho

Les nouilles d’amidon ou vermicelles de soja
Les plus connues chez nous. Ce sont les nouilles faites avec de l’amidon de haricots mungo (ou soja) appelées vermicelles de soja. Il existe aussi des nouilles préparées avec de la fécule de pommes de terre (Harusame) utilisées au Japon et des nouilles préparées à partir de fécule de patate douce (dangmyeon), très utilisées dans la cuisine coréenne. Elles sont en général très fines et elles restent transparentes même après cuisson.

Les vermicelles de soja s’utilisent comme les vermicelles de riz, notamment dans les rouleaux de printemps, dans les pâtés impériaux mais aussi dans les salades ou dans les soupes.

Avec les dangmyeon, on prépare un des plats traditionnels de la cuisine coréenne : le japchae. Il s’agit de nouilles sautées aux légumes. Les nouilles de fécule de patate douce y apportent beaucoup de légèreté et de fraicheur.

japchae

Les nouilles de sarrasin ou Soba
Très populaires au Japon mais aussi en Corée, elles sont préparées avec de la farine de sarrasin. Parfois, on y ajoute un peu de farine de blé car la pâte se travaille plus facilement. On les reconnaît grâce à leur couleur brune plus ou moins prononcée. Elles ont la taille et la forme de spaghettis mais sont un peu plus plates.

Elles se cuisent dans de l’eau bouillante, comme des pâtes mais avec une durée de cuisson assez courte. Une fois cuites, elles peuvent être rafraichies sous l’eau froide puis préparées en salade.

Elles sont très bonnes sautées, à l’image des yakisoba, grand classique de la cuisine japonaise.Elles peuvent aussi entrer dans la composition d’une soupe.

yakisoba

Les nouilles de blé

On les retrouve aussi bien en Chine, qu’au Japon mais aussi en Corée, au Vietnam,… Leur nom varie selon le pays. En voici un petit panorama avec leur nom japonais, pour plus de praticité :

~ Udon : Ce sont des nouilles blanches faites avec de la farine de blé. En version sèche, elles ressemblent à des spaghettis blancs et plats. En version fraiche, elles sont plus épaisses, tubulaires et de texture un peu élastique.

Les Udon sont traditionnellement servies dans des bouillons, soit en version froide, soit en version chaude. On peut aussi les faire sauter, comme dans cette recette de Yaki udon.

udon

~ Somen : Ce sont des nouilles très fines préparées avec de la farine de blé.

Les Somen sont plutôt préparées en soupe et sont très populaires en soupes froides, les étés au Japon étant très chauds. Elles sont trop fines pour être préparées en nouilles sautées.

somen

~ Ramen : Originaires de Chine, elles ont été adoptées au Japon suite à l’émigration des chinois à la fin du 19ème siècle. Elles sont également préparées avec de la farine de blé et une eau alcaline très particulière, qui fait office de levure.

Ce sont les nouilles qu’on retrouve traditionnellement dans les sachets instantanés. Les Ramen sont une sorte de nouilles mais c’est aussi le nom d’une soupe préparée avec les Ramen. Au Japon, elles sont consommées dans des restaurants spécialisés mais aussi dans des échoppes de rue. Les Ramen sont l’emblème de la street food. Elles se préparent aussi en nouilles sautées.

ramen

~ Nouilles de blé aux œufs appelées très souvent nouilles chinoises en France :

Elles ressemblent à des spaghettis mais leur couleur est plus jaune, selon la quantité d’œufs utilisés. Elles sont vendues en nid ou en plaques et se retrouvent dans bon nombres de cuisines asiatiques.

Pour les cuisiner, il faut les plonger dans de l’eau bouillante puis les retirer du feu. Couvrir la casserole puis laisser reposer quelques minutes. Rincer les à l’eau froide avant de les utiliser.

Elles sont parfaites pour préparer des nouilles sautées, le grand classique des plats à emporter des restaurants chinois.

Les nouilles sautées se marient très bien avec des légumes coupés en très fines lanières, le bœuf coupé également en lanières, le poisson, les crevettes ou le tofu pour les versions végétariennes. Le secret de la réussite des nouilles sautées : couper tous les ingrédients en petits morceaux, préparer la sauce, faire précuire les nouilles puis faire sauter le tout dans un wok.

nouilles sautées

Qui a faim ?

Forgotten

forgotten affiche
Film sud coréen de Hang-Jun Zhang sorti le 29 novembre 2017 et le 21 février 2018 sur Netflix
Durée : 1h 48min
Avec Ha-Neul Kang, Mu-Yeol Kim, Seong-kun Mun
Genre : Thriller
Age conseillé : à partir de 16 ans
kang ha neul dans forgotten
Jin Seok, un étudiant lambda de 21ans, admire son grand frère, Yu Seok. Pour lui, il incarne la perfection. Les deux garçons et leurs parents déménagent et s’installent dans une étrange maison dont l’une des chambres sert de débarras à l’ancien propriétaire et ne doit être ouverte sous aucun prétexte. Un soir qu’il entend des bruits étranges dans cette chambre, Jin Seok est arreté in extremis par son frère qui lui propose d’aller prendre l’air pour oublier. Mais Yu Seok se fait enlever et ne réapparaît que 19 jours plus tard, sans le moindre souvenir. De plus, il semble être devenu une personne totalement différente. Jin Seok décide de mener l’enquête discrètement. Mais comme ce dernier est sous traitement médicamenteux lourd, Yu Seok a vite fait de se défendre en disant que son frère n’arrive plus à faire la différence entre ses cauchemars et la réalité. Lequel des deux a raison ?


Un film déroutant et passionnant, une grande claque cinématographique. Un thriller psychologique plein de rebondissements qui fait travailler les méninges. Lorsqu’on croit tenir une piste, un retournement de situation la dément ausssitot. Tout cela grace au scénario bien ficelé et au talent des acteurs car tout repose sur leur jeu, leur façon de transmettre les sentiments. La fin est complètement surprenante. En tant que fan de Fight Club, je m’attendais à quelque chose de similaire, mais le dénouement est autre. N’en disons pas plus, je ne veux pas spolier mais vous inviter à voir ce superbe film Netflix.

forgotten affiche