Hikikomori

Alors qu’une bonne partie de la population est confinée par obligation, certaines personnes font le choix de vivre retranchées. C’est ce que les japonais appellent les Hikikomori.
hikikomori
Depuis les années 1990, un demi millions de japonais ont décidé de vivre isolés dans leur chambre et de couper tout contact avec la société extérieure.
Le profil type du Hikikomori? Essentiellement des hommes, jeunes. La majorité des hikikomoris résident chez leurs parents, confinés dans leur chambre. Cela crée un malaise familial, allant jusqu’au sentiment de honte d’avoir un enfant qui ne remplira pas son rôle social.
hikikomori
Pourquoi? Même si plusieurs études ont été menées, on ne peut qu’émettre des hypothèses. Pression sociale ou professionnelle, rupture familiale, problèmes scolaires… Chacun a sa propre raison de ne voir en l’isolement l’unique solution pour échapper à la pression extérieure. D’autant plus que la société japonaise est peu encline à avoir recours aux cabinets de psychologues.
Mais elle se soucie malgré tout de ce phénomène. Un budget lui est d’ailleurs alloué (près de 20 millions d’euros pour 2018) Le but étant de permettre aux hikikomori de subvenir à leurs propres besoins et ainsi éviter le drame à la mort de leurs parents. Une poignée d’entre eux a accepté de sortir un peu de chez eux pour participer à l’élaboration d’une revue : Hikipos, qui donne des conseils pour recréer du lien social. Une façon de trouver un petit job et de se réinsérer lentement.
hikikomori
Il faut noter que si ce phénomène est plutot répandu au Japon, on le retrouve de plus en plus en Occident (Etats Unis, France…) En cause, souvent la sédentarité, l’abus et l’isolement créé par les écrans… sans compter différentes formes de pressions sociales.
Et vous, plutot zen en confinement ou comme un lion en cage ?