La Pérégrination vers l’Ouest

La Pérégrination vers l’Ouest est un roman chinois de Wu Cheng En. C’est un classique de la littérature chinoise, également connu sous le nom de Saiyūki au Japon ou Tây Du Ký au Vietnam. Il est à la base de nombreuses œuvres cinématographiques ou mangas asiatiques.
peinture traditionnelle la pérégrination vers l'ouest
Il retrace l’expédition du moine bouddhiste Xuan Zang de son vrai nom (surnommé Táng Sān Zàng , titre honorifique pour les moines ayant la maîtrise de l’ensemble du canon bouddhiste) Xuán Zàng se rendit de Chine en Inde pour en rapporter les textes authentiques du courant de la « Conscience seule » afin de les traduire en chinois. Cette épopée se base sur le voyage réel du personnage historique, sauf que celui-ci aurait eu lieu au XVIe siècle.
Lors de son expédition, le moine rencontre de nombreux êtres fantastiques et essentiellement des monstres prêts à le dévorer pour obtenir l’immortalité car sa chair pure donnerait dit-on 10 000 années de vie à qui la mangerait. Des divinités l’aident et notamment en mettant sous ses ordres quatre protecteurs : Sun Wu Kong (Son Goku en japonais) un singe immortel, Longwang Sanjun le troisième fils du roi Dragon, Zhu Ba Jie un cochon monture, et Sha He Shang le moine des sables. Cette mission leur permettra de racheter leurs fautes passées, d’être pardonnés par le Ciel et de devenir à leur tour des Bouddhas ou des Saints du bouddhisme.
livre pérégrination vers l'ouest
C’est donc un roman fantastique et épique de part les combats du quatuor. Outre la qualité de l’écriture, un des attraits de l’œuvre est qu’elle offre plusieurs niveaux de lecture ainsi qu’une grande variété de thèmes. De plus le ton parfois humoristique en fait une satire de la société de l’époque.
Particulièrement célèbre, Voyage vers l’Ouest est à la base d’une multitude d’adaptations : suites et imitations littéraires, rouleaux peints, versions simplifiées et illustrées pour les enfants, bandes dessinées, théâtre, opéra de Pékin, feuilletons télévisés ou téléfilms.
Je vous ai d’ailleurs parlé du drama coréen Hwayuki qui reprend les personnages emblématiques de l’histoire.
Pour ma part, j’ai également lu et vu les mangas Dragon Ball qu’on ne présente plus, et Saiyuki de Kazuya Minekura . Et la version bd du célèbre mangaka Osamu Tesuka : La légende de Songoku
personnages dragon ball
N’hésitez pas à me dire si ce genre d’article vous intéresse, je continuerai à vous présenter des légendes asiatiques.

Hwayuki ~ A Korean Odyssey

hwayuki
Titre original : Hwayugi / 화유기
Série coréenne de 20 épisodes de 70 minutes diffusée
du 23/12/2017 au 04/03/2018 sur Netflix et tvN
Genre : contes et légendes, dieux, démons, fantastique
A partir de 15 ans
Site officiel : http://program.tving.com/tvn/akoreanodyssey/
Acteurs et Staff
acteurs et staff hwaiyuki
A Korean Odyssey est une réinterprétation moderne du roman chinois « Journey To The West » du célèbre écrivain Wu Cheng’en. Roman racontant la fameuse légende du roi singe (article à venir) dont s’inspire d’autres œuvres célèbres comme Dragon Ball pour ne citer qu’elle.
Jin Seon Mi est PDG dans l’immobilier, elle a le pouvoir d’exorciser des démons vivants dans les lieux hantés. Ce qui lui vaut de faire de belles affaires. Lorsqu’elle était petite, elle a été piégée par le Roi des Diables qui l’a envoyée libérer Son Oh Gong, un dieu singe mineur, puissant et vif d’esprit, mais aussi de nature colérique et espiègle. Ce dernier lui propose sa protection à chaque fois qu’elle prononcera son nom et ce en échange de sa liberté. Mais Oh Gong ne respecte pas son contrat et s’arrange pour que Seon Mi ne sache pas son nom.
De nos jours, Oh Gong vit aux crochets de Wu Hwi Cheol, alias le Roi des Diables, un PDG d’agence de divertissement qui essaye d’obtenir une promotion au rang de Dieu afin de pouvoir sauver de son destin fatal la femme qu’il a aimé autrefois. Pour cela, il est à la recherche de Sam Jang, une prêtresse humaine puissante, afin de pouvoir la manger et devenir le plus puissant des dieux. Cependant, il découvre que Sam Jang n’est d’autre que Jin Seon Mi. Parvenir à son but, il s’arrange pour la duper à nouveau en lui faisant recroiser la route d’Oh Gong et en faisant en sorte que le singe tienne sa promesse.
hwayuki affiches
J’étais très enthousiaste de découvrir une version coréenne de la fameuse histoire du roi singe. J’ai beaucoup aimé les premiers épisodes qui sont un mélange de fantastique (voire horreur) et d’action : Seon Mi doit combattre des esprits maléfiques (un esprit hantant une marionnette, un esprit hantant un tableau, un démon de la cupidité, une sirène amoureuse d’un humain…) jusqu’à l’arrivée du zombie. Puis l’histoire ‘se ramollit’ un peu et devient plus romantique en mettant l’accent sur la relation entre Seon Mi et Oh Gong. Bien sur, c’est le nerf de l’histoire mais personnellement, je me serais bien passé de certaines scènes un peu sirupeuses qui cassent le rythme. Ce n’est que mon avis personnel et bien sur les fans de romantisme y trouveront leur compte. J’ai aussi bien aimé la fin avec l’arrivée de la prêtresse Asaneyo, retour à un rythme plus ‘action’ et une nouvelle tranche de mystère. Malgré tout, les premiers épisodes restent mes préférés et sans doute ceux qui collent le plus avec l’oeuvre originale.
zombi hwayuki
En effet, le drama parle beaucoup d’amour: que ce soit l’amour véritable entre le Roi des Diables et la Reine Mère (je ne suis pas fan de romantisme mais j’ai adoré ce couple maudit) ou celui entre Seon Mi et Oh Gong, l’amour fraternel entre le Général Hiver et la Fée Eté ou celui de PK et Mademoiselle Nantie, sans oublier l’amour filial que cette dernière donne à sa mère hospitalisée… et bien d’autres exemples encore. On se rend compte que c’est l’amour qui fait tourner le monde, en bien ou en mal, qui est le moteur de chacun et qui nous pousse à nous surpasser.
Coté effets spéciaux, ils sont inégaux mais restent corrects. L’histoire se passe à l’époque moderne mais j’ai bien aimé les flashbacks dans le passé avec tout ce que cela implique comme beauté des costumes et des décors. Quant à l’interprétation, je tire mon chapeau à Cha Seung Won qui est tout simplement grandiose. Il nous fait passer du rire aux larmes en un clin d’oeil tout en gardant sa prestance. Le drama vaut d’être vu rien que pour son personnage.
En résumé, un très bon divertissement qui mêle de nombreux genres. Un succès mérité.