Les dramas inspirés de webtoon

Netflix propose de nombreux dramas asiatiques mais aussi quelques créations originales. Grande consommatrice de dramas coréens, je me régale sur la plateforme, même si je n’ai pas le temps de tout voir ce qui me tente. Dans cet article, je vais récapituler les dramas inspirés de webtoon, que j’ai pu voir. Vous pouvez donc accéder à mes fiches et avis détaillés en cliquant sur les titres.

Un webtoon est une bd diffusée sur internet par épisodes. Le phénomène prend de plus en plus d’ampleur ces dernières années et même certains artistes européens (et donc français) s’y mettent. Si je ne me suis pas abonnée à une plateforme de lecture, c’est essentiellement pour des raisons budgétaires. Mais on y retrouve de tout, et notamment de jolies pépites. Certaines sont sorties en version papier chez Delcourt, sous la collection « kbooks ». Mais ce sera l’objet d’un autre article.

Nevertheless
Yu Na Bi est étudiante en arts. Elle vient de rompre avec son premier amour, un professeur d’art infidèle qui l’a humiliée lors d’une exposition universitaire. Depuis, elle ne croit plus en l’amour, et ne veut plus se laisser emporter. Cependant, lorsqu’elle rencontre Park Jae Eon, ses barrières semblent tomber. Pourtant ses amis lui déconseillent de sortir avec ce garçon. Bien qu’il soit gentil et amical avec tout le monde, il est réputé pour être un serial dragueur. Il ne souhaite plus avoir de relation sérieuse et trace des lignes fermes entre lui et les autres. Mais quand il rencontre Yu Na Bi, il se veut franchir ces limites.
Un drama original qui change complètement dans sa façon d’aborder ses personnages. Ce n’est pas un coup de coeur, mais j’ai beaucoup aimé.

Navillera
Sim Deok Cheol, un retraité, est bouleversé par la mort de son ami en maison de retraite. Durant leur dernière rencontre, il lui avait conseillé de poursuivre ses rêves. Lors d’une sortie, il se retrouve par hasard devant une salle de répétition où Chae Rok s’adonne à la danse classique. Le septuagénaire est subjugué et décide de réaliser son rêve d’enfance : apprendre à danser. Il va ainsi se lier avec Chae Rok, danseur talentueux mais blessé moralement par un père taulard et le décès de sa mère. Chacun va soutenir l’autre et l’aider à se dépasser.
Une série slice of life qui pousse à se dépasser soi même, remplie de scènes poétiques et humaines. Spectateur sensible, attention aux émotions et aux larmes !

Strangers From Hell
Après avoir déniché un stage dans une petite entreprise de Séoul, Yun Jong Wu emménage dans une résidence à loyer réduit. D’ailleurs, l’endroit est insalubre et sa chambre ressemble à un placard. Il n’est pourtant pas au bout de ses surprises lorsqu’il découvre que les résidents ont un comportement étrange et suspect. On dit que « L’enfer c’est les autres ». Serait-ce possible que Jong Wu vienne de pénétrer aux marches de l’enfer ? Jong Wu réussira-t-il à sortir saint d’esprit de toute cette mésaventure ?
Une série qui m’a complètement déçue. Je l’ai d’ailleurs abandonnée au bout de 2 épisodes… Je ne recommande pas.

Love Alarm (2 saisons)
La société est bouleversée par l’arrivée de la nouvelle application téléphonique qui vous avertit à chaque fois qu’une personne qui vous aime se trouve à moins de 10 mètres. Kim Jo Jo est une lycéenne qui paraît toujours joyeuse. Elle cache cependant son lourd passé et son malheur : elle vit chez sa tante qui la déteste depuis que ses parents sont morts sur l’ile de Jeju et que sa grand mère est hospitalisée.
Hwang Seon Oh est quant à lui l’élève le plus populaire de son école puisqu’il en plus d’être mannequin, il est fils d’une actrice célèbre et d’un politicien engagé. Il est très proche de Lee Hee Yeong. Il découvre un jour que son ami est amoureux de Jo Jo. Mais un incident va rapprocher Seon Oh de cette dernière.
Un sujet moderne très plébiscité puisque deux saisons ont été tournées. Même si ma préférence va rarement aux comédies romantiques, j’ai beaucoup aimé.

Sweet Home
Cha Hyeon Su, un lycéen victime de harcèlement scolaire, emménage dans l’immeuble Green Home après le décès de toute sa famille. Au bord du suicide, il ne doit sa survie qu’à la jeune Lee Eun Yu, une ex-ballerine aux allures rebelles. Soudain, les locataires de l’immeuble Green Home se retrouvent enfermés dans la propriété. Un soir, une femme au visage déformé enfonce les portes des logements voisins et essaye d’entrer pour se nourrir. Elle se transforme en monstre sous les yeux médusés de la copropriété. Parallèlement, les autorités informent que le pays est envahi par un nouveau virus qui transforme en monstres les humains incapables de controler leurs émotions et désirs.
Un drama horrifique original qui m’a captivée. De nombreux thèmes importants sont abordés en background. J’aimerais beaucoup lire la version webtoon et j’attends une saison 2 avec une certaine impatience.

Kingdom (2 saisons et un film)
Dans la première saison : Alors que sa jeune épouse est enceinte, le roi décède. Son beau-père décide d’appeler le meilleur médecin du pays pour le maintenir en vie le temps que la jeune femme accouche d’un héritier qui puisse monter sur le trone. Parallèlement, le pays est touché par une étrange maladie où les personnes contaminées deviennent des noctambules assoiffés de sang et de tripes. Le fils aîné du roi, issu d’une concubine et actuel héritier, enquête sur ce mystère, pensant qu’il est lié au mal qui ronge son père.
Mon tout premier drama issu de webtoon et ce fut une grande claque. Un mélange historique et zombie qui m’a de suite captivée. Une troisième saison est en cours de tournage, le sujet étant vaste et regorgeant encore de nombreux mystères.

Toutes ces séries ne sont qu’un léger prisme du catalogue car je ne peux pas tout voir. J’ai également repéré la série DP/Deserter Pursuit.
Appelé à l’armée pour son service militaire obligatoire comme tous les Coréens de son âge, An Jun Ho est un jeune soldat ordinaire, calme et aussi discret que possible, mais tenace. Le sergent Park Beom Gu, ayant remarqué ses capacités d’observations, va le transférer au D.P., diminutif de Deserter Pursuit, dont la tâche est de retrouver et d’attraper les soldats déserteurs. C’est ainsi que Jun Ho va faire équipe avec l’excentrique caporal Han Ho Yeol pour remplir cette mission qui va le confronter à la sinistre et absurde réalité d’un système défaillant.
Une série qui a connu un franc succès cet été . Je l’ai vue plus tard et ce fut un réel coup de coeur. Une seconde saison est prévue pour 2022.

Et en exclusivité internationale, sachez que mon prochain visionnage de drama sera Hellbound.
Notre monde fait désormais face à des phénomènes et des créatures surnaturelles. La population doit se battre pour réussir à survivre dans ce chaos. Simultanément, une nouvelle religion voit le jour. Le charismatique et mystérieux Jeong Jin Su, le gourou de l’Église de la Vérité Nouvelle, interprète ces phénomènes comme des signes de Dieu censés mener au Jugement. Il affirme que les dieux de la mort punissent ceux ayant commis de mauvaises actions. Face à cette nouvelle menace, le directeur de programme d’une station de radiodiffusion, Bae Yong Jae essaie de découvrir la vérité sur ce groupe religieux.
La bande annonce m’a scotchée et je suis curieuse de découvrir cet univers particulier. La diffusion a commencé ce 19 novembre dernier.

Quel genre de série aimez vous ?
Seriez vous tenté par l’une d’entre elle ?

Journal de visionnages ~Septembre 2021

En Septembre, j’ai repris les challenges, dont le Pumpkin Autumn Challenge qui inclus littérature et cinéma. De ce fait, je préfère scinder mon article récap habituel en deux, histoire de ne pas trop vous lasser. Aujourd’hui, nous commençons avec le cinéma et les séries.

Visionnages films :

Jamie (comédie musicale américaine- Amazon Prime- Coup de coeur)
Jamie New, un adolescent de 16 ans, a du mal à trouver sa place et notamment au lycée de Sheffield. Alors que son entourage le presse de trouver un métier « convenable », lui a bien d’autres rêves en tête, celui de faire une carrière de drag queen. Même s’il ignore à quoi ressemblera son avenir, une chose est sûre  pour lui, il est déterminé à impressionner le monde dans lequel il évolue. Sa mère est un soutien pour lui comme son amie musulmane. Grâce à sa force personnelle, il va vouloir vaincre les préjugés, tout en bravant les moqueries et l’intimidation, et ne pas céder aux tentatives d’agressions. Son but ultime étant d’entrer dans la lumière !

Adapté d’une comédie musicale qui connaît un succès planétaire ces dernières années, ce film est aussi tiré d’une histoire vraie. J’avais très envie de le découvrir et je n’ai pas été déçue. Les interprétations sont bonnes, que ce soit au niveau narratif, des chorégraphies comme les parties chantées (originales). De nombreux sujets touchants les adolescents sont abordés et notamment la discrimination, l’identité sexuelle ou religieuse, le divorce des parents,… J’ai donc passé un très bon moment et je le recommande à qui aime les comédies musicales.

Big Fish (film américain – Amazon Prime)
L’histoire à la fois drôle et poignante d’Edward Bloom, un père débordant d’imagination, et de son fils William. Ce dernier retourne au domicile familial pour être au chevet de son père, atteint d’un cancer. L’aventure débute lorsque William tentera de discerner le vrai du faux dans les propos de son père mourant.

Je poursuis mon exploration de la filmographie de Tim Burton. J’aime beaucoup l’acteur Ewan Mc Gregor en général et là encore j’apprécie sa prestation. Ce drame est décalé, un tantinet étrange. Il est raconté à la manière d’un conte. Il m’a fait penser aux opus d’Alice au pays des merveilles que Burton a réalisé. Une fois encore, le thème aborde les conflits familiaux avec un père qui étouffe son fils par sa personnalité spéciale. L’enfant veut être différent de lui et ne se réalise qu’à la mort de son père, en acceptant leurs différences comme leurs similitudes. J’ai bien aimé ce film mais il ne fait pas partie de mes favoris du réalisateur. Sans doute qu’il est un peu trop « lumineux » à mon goût.

Cendrillon (comédie musicale américaine – Amazon Prime)
Cendrillon vit avec sa belle mère et ses deux sœurs. Ces dernières rêvent de faire un bon mariage et renflouer la fortune familiale. Alors qu’un noble convoite plutot Cendrillon, celle-ci préférerait devenir styliste. Mais à cette époque, impossible pour une femme d’être marchande sur un étal du marché. Parallèlement, le roi des lieux souhaite marier son fils rapidement et assurer sa succession. Mais le Prince fêtard ne l’entend pas de cette oreille.

Un remake du conte que nous connaissons tous, façon comédie musicale et transposition de thèmes modernes. Pour moi, c’est un gros bof. Je ne connais pas Camilla Cabelo (shame on me apparemment?) et même si elle chante bien, je m’attendais à une autre dimension du féminisme promis. C’est plutot plat, effleuré… La marraine la fée homme gay insupportable ou le crieur noir faisant ses annonces version rap, c’est too much pour moi. Je n’ai pas non plus adhéré aux reprises musicales comme  « Somebody to Love » (Queen) ou « Rhythm Nation » (Janet Jackson). On nous vend de l’original alors qu’il y a tromperie sur la marchandise. Seul point positif,c ‘est la première fois que j’apprécie Pierce Brosnan dans un rôle !

Nightbooks/ Les Pages de l’Angoisse (film jeunesse américain – Netflix)
Alex est un garçon, écrivain amateur d’histoires effrayantes. Rejeté pour ses gouts, il décide de bruler ses manuscrits. Il se fait emprisonner par une sorcière maléfique dans son appartement new-yorkais. Il y rencontre Yasmin. Elle lui apprend qu’il doit raconter une nouvelle histoire effrayante chaque nuit pour rester en vie

Ce film est tiré du livre jeunesse « Otage de la nuit » dont je vous avais déjà parlé dans cette rubrique. L’ayant apprécié, j’ai voulu voir sa version live et je n’ai pas été déçue. Fidèle au roman, ce film jeunesse ne tombe pas dans le cliché cucul. Même s’il prend quelques raccourcis par rapport au livre, il est diablement efficace pour les enfants et les adultes aussi ! Les monstres dans la serre et la découverte de la sorcière dans la maison de pain d ‘épice sont diablement effrayant. Une réécriture d’Hansel et Gretel réussie. Je vous le recommande pour un halloween en famille.

Les chroniques de Spiderwick (film jeunesse américain – Netflix)
Après son divorce, Helen Grace a dû quitter New York avec ses jumeaux, Jared et Simon, et sa fille, Mallory, pour trouver refuge dans l’ancienne résidence de son grand-oncle, l’éminent naturaliste Arthur Spiderwick. Une nouvelle vie commence pour les Grace dans cette bâtisse isolée, un rien sinistre, où les trois enfants ne tardent pas à faire d’étranges rencontres. Après avoir mis à jour la cachette d’un espiègle farfadet, Jared découvre au grenier un somptueux ouvrage, rédigé par Arthur Spiderwick. Bravant les avertissements solennels de son ancêtre, Jared ouvre le précieux livre, qui lui dévoile un univers merveilleux, peuplé de gobelins, de fées, de trolls, de sylphes délicats, d’oiseaux exotiques et de porcins voraces. Mais un ogre maléfique du nom de Mulgarath hante aussi ce Monde Invisible qu’il souhaite contrôler. Pour cela, il doit s’emparer du Guide. Prêt à tout pour parvenir à ses fins, le rusé Mulgarath tend un piège diabolique aux trois enfants, puis se lance avec sa meute hurlante à l’assaut de la Résidence…

Un autre film tiré d’une série de cinq romans jeunesse. Il date de 2008, mais j’avoue ne pas l’avoir encore vu jusqu’alors. Une très belle découverte. J’ai vite été hapée par cet univers à la fois magique et angoissant. Les jeunes acteurs sont très bons et les effets spéciaux réussis. Cela m’a donné envie de lire la série complète (mais ce sera pour plus tard!) Je vous le recommande également pour un moment fantastique en famille.

Visionnages séries :
Castlevania Saisons 1, 2 et 3 (série animée américaine – Netflix)

Après que l’humaine Lisa Tepes ait été accusée de sorcellerie puis condamnée au bûcher, son époux Dracula décide de se venger en exterminant la totalité de l’espèce humaine. Il est contré dans son action par Trevor Belmont, un humain chasseur de vampires, Sypha Belnades, une magicienne, et Adrian Alucard Tepes, son fils mi-humain mi-vampire

En fan de vampires, je n’ai pas hésité à me lancer dans cette série animée pour adultes basée sur les jeux vidéos éponyme. Etant une bille aux jeux vidéos, je ne les ai pas testé, mais mes sources m’indiquent que les 4 saisons s’inspirent essentiellement du troisième opus. Si les dessins ont parfois quelques défauts, c’est globalement une très bonne série. L’animation est bonne, les effets 3D bien intégrés et les doublages (je regarde en anglais) très bons. Le scénario est palpitant mais s’adresse à un public adulte : les scènes de violences sont nombreuses (bagarres, torture, décapitation et j’en passe) avec également quelques scènes de sexe dans la troisième saison. Elle secouera les plus religieux parmi nous avec sa critique, notamment des chrétiens, et n’hésite pas à montrer un christ renversé dans un prieuré ou des religieux fanatiques crucifiant un monstre. On est bien loin de Twilight;) Il me reste une saison à regarder, soit une dizaine d’épisodes. Ce sera pour octobre.

Mais aussi :
Cliquez pour accéder aux fiches

Nevertheless (drame coréen – Netflix)
Une série romantique mais originale qui a suscité amour comme dédain. Je vous en ai rédigé une fiche complète.

Move to heaven (drame coréen – Netflix – Coup de coeur)
Mon coup de coeur série de l’année (rien que ça) Je vous invite à lire sa fiche

Toutes les œuvres présentées dans cet article ont été visionnées dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge, sauf pour Big Fish.

Nevertheless

Série coréenne de dix épisodes de 70 minutes environ diffusé de juin à aout 2021 sur JTBC et Netflix en France
Genre et thèmes : comédie, romance, drame, triangle amoureux
A partir de 15 ans
Site web officiel : Lien

Yu Na Bi est étudiante en arts. Elle vient de rompre avec son premier amour, un professeur d’art infidèle qui l’a humiliée lors d’une exposition universitaire. Depuis, elle ne croit plus en l’amour, et ne veut plus se laisser emporter. Cependant, lorsqu’elle rencontre Park Jae Eon, ses barrières semblent tomber. Pourtant ses amis lui déconseillent de sortir avec ce garçon. Bien qu’il soit gentil et amical avec tout le monde, il est réputé pour être un serial dragueur. Il ne souhaite plus avoir de relation sérieuse et trace des lignes fermes entre lui et les autres. Mais quand il rencontre Yu Na Bi, il se veut franchir ces limites.

Ce drama est l’adaptation du webtoon du même nom de l’auteur Jeong Won.

En fan de Song Kang (vu dans Love Alarm ou encore Sweet Home) et d’adaptations de webtoon, j’avais repéré ce drama, bien que je ne sois pas une adepte des romances. Et ce fut une bonne surprise.
Les deux premiers épisodes sont déroutants et montrent une sexualité qu’on n’a pas l’habitude de voir dans ce genre de production : un artiste créant une statue érotique, une étudiante qui utilise une appli pour des plans culs, ou même entrer dans les rêves érotiques de Na Bi (avec du nu)… De même, d’autres sujets sont abordés sans tabou, comme par exemple les règles. Cela m’a un peu déstabilisée, mais la suite s’édulcore un peu pour revenir à un niveau plus habituel.


Malgré tout, ce scénario n’est pas tombé dans le classique, malgré a présence d’un triangle amoureux. L’héroine n’est pas naive, cucul et béate d’admiration devant le beau gosse qui joue avec elle. Ce qui aurait pu être le cas vu son attitude dans les scènes flash back avec son ex. Ici Na Bi ne sait pas vraiment ce qu’elle veut. Elle cède à ses pulsions, puis rejette Jae Eon, et ainsi de suite. J’ai personnellement eu mal au coeur pour le garçon qui, même s’il ne fait pas vraiment d’efforts, ne mérite pas ça. Ce sont aussi les histoires d’amour modernes avec toutes leur ambivalence, loin des schémas classiques des dramas!

De même pour les personnages secondaires : on assiste à un amour naissant entre deux étudiants, amis de longue date malgré leurs caractères opposés. Là encore, la fille est aux antipodes des stéréotypes, étant friande de relations d’un soir et d’alcool, alors que le garçon est plus posé et réfléchi. Un autre couple de deux jeunes étudiantes, dont l’une découvre son lesbianisme, est aussi atypique. Chaque acteur est crédible et attachant.

Le tout se passe dans une école d’art et j’ai trouvé intéressant de voir plusieurs techniques développées (sculpture, poterie, etc)

Beaucoup de personnes ont critiqué négativement ce drama, trouvant les personnages creux et le rythme s’essoufflant. C’est vrai qu’il y a quelques couacs. Je pense notamment au personnage de la mère de Na Bi qui n’est pas du tout développé. Et on ne sait pas pourquoi elle déteste autant son beau père. Malgré tout, je ne suis pas déçue car j’ai trouvé les personnages réalistes dans leurs craintes, leurs maladresses, le poids du passé, leurs hésitations… bien loin des clichés à l’eau de rose.
Ce n’est pas un drama coup de coeur mais j’ai beaucoup aimé.

Vu dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge