It’s Ok Not To Be Okay ~les looks de Ko Mun Young

It’s Ok Not To Be Ok est mon drama coup de coeur de l’année. Dans cette série coréenne, l’héroine principale, Ko Mun Young, est une écrivaine spécialisée dans les contes pour enfants. Atteinte de troubles de la personnalité, elle n’en a pas moins pour autant un grand goût pour la mode… un peu extravagante, mais toujours remarquable.


Au début du drama, Ko Mun Young porte des vêtements sombres, souvent noirs. Elle ressemble vraiment à une princesse gothique et se qualifie elle même de sorcière. Ce sont mes looks préférés, à la fois élégants et très féminins.
ko moon young
Au contact de Moon Kang Tae, sa personnalité va s’ouvrir. Cela se traduit également dans ses tenues vestimentaires qui deviennent blanches, puis se colorent peu à peu.
ko moon young
En faisant des recherches sur Internet, je me suis aperçue que ces tenues sont souvent signées par de grandes maisons de couture, voire de luxe comme Kenzo, Chanel ou Dolce & Gabbana. On retrouve notamment des pièces de Louis Vuitton. Cela ajoute du rêve à l’histoire mais les téléspectatrices ne sont pas prêtes de pouvoir copier ces looks !
ko moon young
Si l’univers de la mode vous intéresse vous avez sans aucun doute déjà entendu parler de Kim Minju puisqu’elle est nulle autre que la grande gagnante du reality show coréen du style « Next in Fashion », et depuis, sa réputation n’est plus à faire. En effet, elle a habillé, entre autre, les membres du groupe de kpop Red Velvet, mais également Seo Ye Ji pour certaines tenues dans ce drama.
ko moon young
Ces robes ne sont rien sans les superbes (et vertigineuses) chaussures, ainsi que les accessoires que l’auteure porte.
ko moon young
Je ne suis pas la seule à avoir apprécié ce côté fashion et de nombreux articles et autres vidéos circulent sur le net, si cela vous intéresse. Par exemple :

It’s Ok To Not Be Ok

it's ok not to be ok poster
Série coréenne de 16 épisodes de 70 minutes environ diffusée du 20/06 au 09/08/2020 sur tvN et actuellement disponible sur Netflix en France
Genres et thèmes : drame, fantastique, psychologique, romance
A partir de 15 ans
acteurs it's ok not to be ok
Moon Kang Tae est un bel infirmier dans un service psychiatrique. Intelligent et conçu pour ce métier,il s’occupe de Sang Tae, son frère ainé autiste. Ceux-ci déménagent régulièrement depuis que Sang Tae a assisté à l’assassinat de leur mère quand ils étaient enfants. Depuis, ce dernier a une peur bleue des papillons, pensant qu’ils viennent le tuer à son tour. Kang Tae croise l’auteure de contes Ko Moon Young dont Sang Tae, dessinateur dans l’âme, est fan. Mais cette femme souffre d’un trouble de la personnalité antisociale. Ce trio improbable va apprendre à s’apprivoiser et dépasser leurs peurs.


Cette série a fait le buzz cet été. J’avais déjà très envie de la voir, autant pour son scénario que pour son casting. Je suis en effet fan de Kim Soo Hyun qui choisit toujours de belles productions.
Dès les premières images, je suis conquise : l’introduction est la lecture d’un des contes de Moon Young avec des personnages en stop motion… mais surtout une ambiance que ne renierait pas Tim Burton, mon cinéaste préféré. D’ailleurs, dans le dernier épisode, on retrouve la même chose, avec le dernier album de Moon Young, inspiré de sa vie avec les deux garçons. La boucle est bouclée, je suis enchantée (au sens premier du terme)

La réalisation est vraiment magnifique et travaillée, et ce jusque dans les moindres détails. Tout ce qui touche à l’autrice est onirique. Ses tenues sont dignes d’une princesse, certes extravagante. J’envisage d’ailleurs de vous rédiger un article spécial à ce sujet (dès que j’aurai un peu de temps!) De même, les décors sont superbes : que ce soit le château où vit Moon Young, ou bien la forêt alentours. Un site charmant et gothique qui correspond bien au personnage de conte.
chateau it's ok not to be ok
Les personnages sont tous attachants et bien construits également. J’ai eu un gros coup de coeur pour Moon Young. Je n’avais pas reconnue cette actrice que j’avais déjà croisée dans Hwarang, et j’avouerai même qu’en général je n’aime pas trop les personnages féminins qui sont bien souvent des archétypes de la nunuche (Tout du moins dans les comédies ou les séries traitant d’amour) Ici, Moon Young renverse les stéréotypes. C’est une femme forte, qui cache sa fragilité. Elle a un caractère bien trempé, rehaussé par ses problèmes psychologiques du à une enfance plus que difficile. Elle est brute dans ses paroles (et n’hésite pas à employer des gros mots), mais toujours sincère. Ce qui fait, qu’après le choc, elle a bien souvent aidé des patients de l’hopital psychiatrique. Elle aime se qualifier de jolie sorcière et porte les tenues adéquates, et agit en conséquence. C’est une véritable artiste qui n’a pas peur de dire ce qu’elle pense… ni de draguer les hommes ouvertement. Ce qui crée des situations cocasses qui n’ont pas manqué de me faire rire aux éclats.
it's ok not to be ok
Sang Tae est également un personnage plus qu’attachant. Il ressemble un peu à Moon Young pour son coté direct. Au fil des épisodes il va évoluer pour sortir de son cocon et devenir un grand frère hors du commun. A noter que l’acteur qui l’incarne n’est pas du tout autiste et réalise ici une véritable performance. On y croit très facilement.
acteurs it'sz ok not to be ok
Les personnages secondaires sont aussi un véritable régal et bien travaillés, ce qui est plutot rares. Ils ne sont pas là pour le decorum et j’ai beaucoup aimé les petites romances qui se sont distillées en filigrane de l’histoire principale ; que ce soit entre les patients de l’hopital psychiatrique, son directeur et la cantinière, ou l’infirmière Ju Ri et l’éditeur de Moon Young.
Pour revenir au côté non conventionnel du drama, cela a créé quelques polémiques en Asie. D’abord par rapport au comportement de Moon Young, dont j’ai parlé plus haut. Cela reflète très bien la société actuelle où les femmes sont plutot traitées comme des objets sexuels mais n’ont pas le droit de montrer leur sexualité ou leurs désirs à ce sujet (pour résumer) C’est une tendance qu’on retrouve aussi en Occident et pas seulement en Asie, hélas (voir la polémique actuelle des tenues jugées inappropriées pour aller à l’école) Un autre personnage a été également critiqué : celui du fils du sénateur qui a quelques tendances à l’exhibitionnisme. On le voit nu sous son manteau (bien sur, le sexe n’est pas montré). Personnellement, j’ai trouvé les scènes avec lui très très droles, mais apparemment la plupart du monde a été choqué…
kwak dong yeon
Un univers onirique qui vire parfois au cauchemar, rempli de psychologie. Le meurtre de la mère des garçons donne lieu à une deuxième branche de l’histoire, passionnante. Elle est explorée du côté psychologique et non pas policier. Ce que j’ai beaucoup apprécié. De nombreuses pistes sont distillées au fil des épisodes, mais la fin reste inattendue de ce côté là. Car on s’attend bien sur à un happy end, comme dans tous les contes. Beaucoup d’émotions également, préparez vos mouchoirs ! Une leçon de vie à prendre. Mon coeur de coeur de l’année !

Histoire de l’enfant qui n’a pas de sentiment, conte écrit par Moon Young, en coréen avec sous-titre anglais